Chouette Magazine

Xavier Faure

Xavier Faure

Modélisme

Catégorie : Vie Quotidienne

Chroniqueur depuis septembre 2016

Joyeux anniverssaiiiiiiiirrrrr, Joyeux anniverssaiiiiiiirrrrrrr,…

publiée le 12 septembre 2017


Ouftiiiii, comme le temps passe !!!


Déjà un an !!! Un an que nous nous retrouvons entre passionné(e)s de modélisme autours de cette chronique.


Et nous avons déjà abordés pas mal de thèmes et de sujets différents, mais tous reliés au même plaisir de la miniature (parfois plus vraiment « mini » d’ailleurs…), au même souci du détail, au même plaisir de piloter ou de faire évoluer ses modèles.


J’ai visité pour vous des clubs, des expos, j’ai assisté à des concours et à des démonstrations… Nous avons tâté ensemble de l’aéromodélisme ancien ou plus moderne avec les avions à réaction, du planeur, du train électrique (à toutes les échelles), de la voiture radioguidée, du modélisme naval et à vapeur, de la maquette plastique… Nous avons vu des drones, des planeurs hyper sophistiqués, des voiliers de compétition. J’ai rencontré pour vous (et aussi un peu pour moi) une foule incroyable de gens, tous passionnés, tous avides de partager et, pourquoi pas, de vous donner à vous aussi l’envie de vous lancer dans ce magnifique hobby.


Mais, rassurez-vous, nous sommes encore loin d’avoir fait le tour complet du proprio !!!


Bien sur, avec (malheureusement…) le retour annoncé de la mauvaise saison, certains d’entre vous vont entrer en « léthargie modéliste » et regagner les ateliers. D’autres continueront leurs activités sans changements. Les activités extérieures des clubs vont commencer à se raréfier, par contre, les expos et autres salons sont déjà au programme.


En tous cas, pour ce qui est de l’extérieur, je vous parlerai bientôt d’avions anciens et de voitures… Pour ce qui est du modélisme d’intérieur, j’ai visité pour vous, ce 21 août une grande expo à Mons qui avait l’avantage de regrouper presque toutes les facettes de notre hobby.


Pour ceux d’entre vous qui voudraient inscrire quelques dates dans leurs agendas, voici une petite liste non exhaustive des prochains évènements « modélistiques » près de notre région :
• Voiture R/C (www.mrcl.be)
M.R.C.L. – Bierset 16 et 17 sept. : Championnat du monde 1/8
M.R.C.L. – Bierset 23 et 24 sept. : Course nocturne !!!


• Drones R/C (www.busards.be)
Visite et découverte d’une école de pilotage de drone


• Avions et planeurs R/C
Voir sites internet et pages facebook des clubs locaux (R.H.P.A., J.A.C., Les Busards,…)


• Maquettes plastiques, figurines, modélisme « de table », …
JEMEPPE MODELISME – IPES Seraing Supérieur – 07 oct.
AFFLIGEM – Bellekouter Hall – 14 et 15 oct. (www.plasticandsteel.be)
FLEURUS – Salle Vieux Campinaire – Club « Les Caméléons » - 18 et 19 nov.


• Trains miniatures
WANZE – Expo trains – 16 et 17 sept. – (www.amaf.be)


Voilà déjà de quoi nous occuper tout au long des prochaines semaines.
Rendez-vous donc l’année prochaine pour souffler ensemble la deuxième bougie !!!
Modélistiquement vôtre


F3K... ké ksè kca??

publiée le 29 août 2017


Aaahhh… ça fait du bien de se retrouver après cette période de vacances !!! (même si, pour certains chanceux elles sont encore à venir…). On a fait le plein d’activités « modélistiques » et on a tous plein de choses à échanger et d’expériences à se raconter.


Pour ma part, le premier club auquel j’ai rendu visite dès le début de cette trêve c’est le club H.P.A. (Haneffe petite Aviation) qui organisait une rencontre de planeurs radiocommandés F3K.


Tout d’abord une première petite explication… : le F3K… de quoi s’agit-il ? En fait, au sein des associations et fédérations d’aéromodélisme, il existe aujourd’hui tant de sortes différentes d’appareils, mais aussi d’épreuves, qu’il a simplement fallu créer un certain nombre de catégories afin que les engins et pilotes puissent s’affronter à armes égales. Le « F3K » est simplement une de ces catégories de planeurs qui rassemble des adeptes d’un planeur très sophistiqué, lancé à la main.


Jusque-là, me direz-vous, rien de bien excitant et pas de quoi motiver un passionné. Détrompez-vous !!! Comme vous pouvez le voir sur les quelques photos que je vous ai ramenées, il s’agit d’abord de machines qui utilisent les technologies les plus avancées tant pour leur conception que pour les matériaux utilisés pour leur fabrication.


Un fuselage extrêmement fin et un profil d’aile le plus fin possible offrent à ces engins la possibilité de profiter du moindre courant ascendant et donc de faire durer le vol plané de longues minutes.


Un concours dans cette catégorie regroupe en fait plusieurs épreuves différentes que chaque pilote devra réussir au mieux de ses possibilités, en apprivoisant le vent ET la montre. Il y a des épreuves de plus long vol, mais aussi de vol chronométré (qu’on appelle aussi « précise ») ou le but est alors de rester en l’air un temps bien déterminé.


Mais je vous ai gardé le meilleur pour la fin… Car le plus spectaculaire dans cette catégorie est bien la façon dont les planeurs sont « mis en l’air ». Les plus fins observateurs auront remarqué que ces engins sont munis d’un petit « ergot » à l’extrémité de l’aile gauche (un au-dessus = l’extrados, et un en dessous = l’intrados). Au moment du « lancer », le pilote tient sa télécommande dans la main gauche et saisi son planeur (main droite) par le bout de l’aile, en plaçant un doigt dans chaque « ergot ». Puis, à la manière d’un « discobole », il fait un tour et demi sur lui-même et lance son planeur à la verticale, comme un sportif le ferait d’un disque !!!


Les plus adroits et les plus forts sont capables de lancer leur planeur à 75 m de hauteur !!! Et quand je vous aurai dit qu’ils sont plusieurs à voler en même temps, vous aurez compris qu’il y a réellement du spectacle dans ces compétitions du silence et de la glisse aérienne.


Encore un bon moment de modélisme donc…juste dommage que la météo n’était pas à 100 % de la partie, mais c’est aussi ça qui fait la difficulté de cette discipline non motorisée…


A très bientôt pour de nouvelles découvertes.



R.H.P.A. ou le "club des faucheurs de marguerites"...

publiée le 26 juin 2017


Bonjour à tous les « fanas »,


Après deux passages sur l’eau des étangs de Waremme et avec le retour des « vrais » beaux jours, il était temps de vous emmener à la découverte des trois clubs d’aéromodélisme de notre belle région.


Ce samedi dernier, je me suis donc mis en route vers le club « Les Busards », situé dans la campagne de Les Waleffes. Et…ohhh surprise…alors que l’ après-midi était déjà bien entamée et que la météo, quoique pas encore au beau-fixe, n’était cependant pas catastrophique : club fermé…pas une âme qui vive sur le parking. Ce n’est donc que partie remise pour ce club et j’ai continué ma route vers Haneffe pour vous faire découvrir le Royale Haneffe Petite Aviation.


Cette fois, on est réellement en rase campagne !!! c’est tellement vrai qu’il n’existe pas d’adresse postale du club, et donc il vous faudra encoder les coordonnées géographiques dans votre GPS pour y arriver sans encombre. (50°38’20’’ latitude Nord et 5°17’46’’ longitude Est).


En fait, je dois d’abord vous avouer que j’en ai profité pour faire un petit retour en arrière…


Le R.H.P.A. est sans doute un des plus anciens clubs d’aéromodélisme de Belgique, puisqu’il a été fondé en….1946 !!! Et c’est au sein de ce club (alors situé sur la commune de Saint-Georges) que j’ai commencé à apprendre à piloter des modèles réduits il y a plus ou moins 40 ans !!!


Situé cependant non loin des installations aéroportuaires de Liège-Bierset, le club a du se structurer et se doter d’un règlement un peu plus strict puisqu’il est par exemple interdit de voler à une altitude de plus de 100 m.


Aussi, en discutant avec les pilotes présents, je m’étonnais de ne pas voir d’avions à réaction sur la piste, mais uniquement des engins à propulsion électrique ou essence classique. La raison est toute simple : puisque les infrastructures sont complètement entourées de terres agricoles, il pourrait-être très dangereux, à cette saison où les blés commencent à murir, qu’un accident se produise avec un « Jet » et mette le feu à la campagne !!!


Par contre j’ai découvert un club extrêmement sympa (comme tous d’ailleurs…) et qui sent bon l’expérience, le plaisir de construire et de faire évoluer ses engins. Je pense que, pour ceux d’entre vous qui voudraient débuter, c’est l’endroit idéal car, même si la « petite mousse » n’est jamais loin (voir photo…) j’ai rencontré de vrais amoureux de l’aviation, du pilotage, de la construction de modèles, et de la bonne humeur.


Le club accueille aussi les modélistes « hélico », les planeurs ainsi que les pilotes de drones et autres disciplines plus récentes.


Enfin, au programme des prochaines activités du club, bloquez déjà dans vos agendas la date du 02 juillet (concours planeurs « lancé-main » - très spectaculaire), la date du 06/08 (concours SAM – « modèles antiques ») et celle du 03/09 (journée portes ouvertes).


Moi, j’y serai et je compte bien vous y retrouver !!!


'Mille sabords' comme dirait le capitaine haddock

publiée le 13 juin 2017


Bonjour à tous les fans de cette chronique, et à tous les « fanas » de la miniature !!


Comme promis, cette semaine, je vous emmène à nouveau au club de modélisme naval LIEGE MARINE CLUB, sur les étangs de Waremme.


En effet, le weekend des 20 et 21 mai derniers, les membres de ce sympathique club naval organisaient leur rencontre amicale et désormais traditionnelle : « Li Djou Del Tchôdire », entièrement consacrée, vous vous en doutez, au modélisme à vapeur.


Comme souvent dans le modélisme naval, ce n’est pas l’adrénaline de la compétition qui suscite la passion, mais bien, dans ce cas, l’amour de la belle mécanique et la nostalgie d’une époque aujourd’hui révolue où l’on prenait un peu plus le temps des choses. Un peu comme ces autres passionnés qui restaurent patiemment les réelles locomotives à vapeur du passé….


Et de belles mécaniques, j’en ai vu ce dimanche-là. Pour la plupart construites entièrement « maison » et reproduisant donc fidèlement les moteurs à vapeur d’il y a un siècle. C’est en 1769 que James Watt apporta une modification technique essentielle à la machine du savant Newcomen en dotant celle-ci d’une chambre de condensation ce qui en améliora grandement les performances et fit de lui l’inventeur de la machine à vapeur telle que nous la connaissons encore aujourd’hui.


Mais assez d’Histoire !!! Revenons à nos navigateurs…


Pour des raisons de facilité, le petit brûleur est alimenté au gaz et, lorsqu’il est allumé, il fait donc monter la pression d’une chaudière, laquelle produira la vapeur pour un « micromoteur » à pistons. Donc, la mise en service de ces petits modèles prend quand même un peu de temps, mais, ici, du temps on en a à revendre puisque c’est justement là que se retrouve une partie de la passion !!


Une fois, la pression atteinte, les manomètres contrôlés et les derniers réglages effectués, deux choses m’ont alors réellement impressionné : la première, c’est l’incroyable autonomie de ces petits bateaux puisque le modéliste peut alors largement dépasser les 20 à 30 minutes (vous avez bien lu !!) de jeu et d’évolutions sur l’eau sans ravitaillement ou autre « passage au stand ».


La seconde, c’est la grâce, la beauté et le charme tout à fait désuet des évolutions de ces modèles réduits qui correspondent aussi parfaitement à l’idée que nous avons de leurs aînés « grandeur nature ». Jusqu’à la vitesse des bateaux semble être à l’échelle des modèles. Et puis, véritable « cerise sur le gâteau », nos amis modélistes ont, pour la plupart, choisi de reproduire des modèles sur lesquels la machinerie reste visible, ce qui permet au spectateur d’admirer la mécanique « en marche »…


Et, comme toujours, lorsqu’on interroge ces passionnés sur leur hobby, ils sont comme leurs machines… : in-fa-ti-ga-bles !!!


Ah j’oubliais… un dernier détail qui m’a encore plus séduit dans cette démarche modéliste : saviez-vous que les eaux de « condensation » de ces petites machines à vapeur sont aussi chargées d’huile de graissage ?? Eh bien pas question pour nos amis « marins » de les rejeter dans les eaux de l’étang poissonneux (qu’ils partagent d’ailleurs avec de nombreux pêcheurs à la ligne). Non, non… après chaque navigation, on retire patiemment – à la seringue – ces quelques centilitres d’eau polluée que l’on conservera bien à l’écart de la nature qui les accueille.


Et là aussi je dis : B…R…A…V…O !!!


Et pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient en savoir et en voir plus, rendez-vous sur le site internet du club : www.liegemarineclub.com


A très bientôt pour la découverte d’autres clubs et d’autres activités.


Toute l'atmosphère d'un vrai club...

publiée le 30 mai 2017


Bonjour à tous les passionnés et à ceux qui vont bientôt le devenir,


Vous vous souvenez peut-être que, à l’occasion d’une de nos retrouvailles à la fin de l’année dernière, je vous avais confié que, parmi les innombrables facettes de notre hobby, j’avais personnellement choisi les maquettes « plastique », et que j’avais aussi acheté mon premier kit. Celui-ci est à présent terminé, le suivant est déjà acheté….mais il me manquait encore un petit « quelque chose ».


En effet, comment savoir si il est bien réussi, comment trouver une réponse à toutes les questions que je me suis posées pendant sa réalisation ?? Tout simplement en suivant les conseils que je vous ai déjà donnés à de nombreuses reprises !!!


Ce samedi dernier, j’ai donc poussé la porte du AMAY MODELES CLUB. Ce club d’ « acharnés de la maquette » tient régulièrement ses réunions dans un petit local polyvalent au centre du village de Fize-Fontaine mais je me demandais malgré tout à quoi pouvait bien ressembler une de leurs réunions….


Toc, toc, toc… « Bonjouuur »… une bonne dizaine de paires d’yeux me dévisagent, pour la plupart, par-dessus une paire de lunettes de lecture (les autres se reconnaîtront !!), mais j’ai déjà compris que la bonne humeur est au rendez-vous. « Aaahhh c’est le « Mr. Modélisme » du « Chouette Magazine » !!! Bienvenue !!! ». Notez bien que c’est à peu près le genre d’accueil que je reçois à chaque fois… Mais pas moins de trois minutes plus tard, je faisais déjà « partie des meubles », et nous échangions conseils et plaisanteries.


Après un petit tour de table pour prendre de nombreuses photos de chaque modéliste au travail, j’ai pu les observer avec attention… Et, à nouveau, c’est là que le mot maquettisme a pris tous son sens. En effet, si certains en sont au montage de telle ou telle partie de leur kit, derrière des lunettes grossissantes ou autres loupe tant les détails sont minuscules, d’autres scrutent leur écran d’ordinateur ou la documentation qu’ils ont recueillie pour y dénicher l’illustration ou l’information qui leur permettra de reproduire si fidèlement le modèle réel. Si beaucoup d’entre eux sont occupés par un modèle d’avion, j’ai pu découvrir aussi des véhicules militaires, des figurines ou autre modèle « intergalactique »…


Mais attention !!! On est bien loin du sérieux d’une bibliothèque !!! Tout cela se passe sur fond de « dernière plaisanterie du jour » ou encore de souvenir de la dernière visite d’un salon de modélisme ou de tel ou tel magasin…


Et puis est venu le moment tant redouté où l’un de mes nouveaux amis a lancé : « et votre premier modèle… vous l’avez apporté, j’espère…Nous sommes tous impatients de le voir… »


Aie, aie, aie… examen de passage en vue… je suis donc allé chercher mon « Spit » pour le montrer, un peu timide, je vous l’avoue… Verdict : « pas mal du tout pour un débutant ». Ce qui est certain, c’est qu’avec tous les conseils, trucs et astuces que j’ai déjà reçus, le suivant sera encore mieux réussi. Une fois encore, j’ai retrouvé cette ambiance « club » si particulière que seuls les vrais passionnés que nous sommes peuvent créer.


Pour ceux d’entre vous qui, comme moi, voudraient rejoindre les membres du AMAY MODELES CLUB, ils se réunissent tous les vendredi soir (à partir de 20.00) à leur local pour « refaire le monde » et partager un moment entre amis, et un samedi par mois (toute la journée) au même endroit, pour « modéliser » ensemble. N’hésitez surtout pas à les rejoindre.


Dans notre prochaine chronique, nous partirons à nouveau sur l’eau et nous embarquerons calmement avec quelques « fous de la vapeur… ».


Maman, les p'tits bâteaux qui vont sur l'eau...

publiée le 16 mai 2017


Hello les modélistes,


Dans notre tournée à la découverte des clubs et des différentes disciplines de notre hobby, nous sommes déjà allés plusieurs fois dans les airs, nous avons aussi déjà roulés sur terre, mais nous n’étions encore jamais partis naviguer.


C’est chose faite aujourd’hui puisque je vous emmène dans le sillage (c’est le cas de le dire…) des passionnés de modélisme naval radioguidé. Je me suis en effet rendu ce weekend dans les installations très « bucoliques » du club nautique « Liège Marine Club » qui fait évoluer ses modèles réduits sur le plan d’eau de la Rue des Prés à Waremme.


Finis les bruits de moteurs, les odeurs d’échappements ou autres acrobaties aériennes puisque cette fois, ce qui fait tout le charme de la discipline, c’est qu’il s’agit bien de « dompter » un élément capricieux… : le vent. J’ai eu, en effet, l’occasion d’assister à une manche du championnat de Belgique de voiliers radiocommandés.


Heureusement, j’ai tout de suite fait la connaissance de quelques membres avides de partager (comme tous les modélistes que nous sommes…) et de m’expliquer les « ficelles » de leur passion.


Mais attention !!! : Pas question de parler de bout de corde, de bois, de fil de fer, de piquet et autre banalités… Non, non… on parle de drisse, d’écoute, de bôme, de hauban, d’étai, de balancine, de barre de flèche, de carène, bref…tous les termes de la marine à voile sont ici d’application puisque, comme vous le voyez sur les photos il s’agit bien de véritables « machines de course ».


J’ai pu voir évoluer les modèles de deux catégories de voiliers : la classe « M » et la classe « IOM » (pour « International One Meter »). Dans la catégorie « M » le règlement est beaucoup plus souple, les voiliers sont plus grands et permettent donc quelques améliorations « perso ». Dans la classe « IOM », par contre, tout est règlementé (dimensions, surface des voiles, poids, profondeur de quille, etc…) de sorte que tous les bateaux prennent le départ avec des caractéristiques identiques. C’est beaucoup plus passionnant puisque c’est alors presque uniquement le « skipper » qui fera la différence grâce à son « sens du vent » et à ses options tactiques. Et cela donne des courses beaucoup plus captivantes où même le débutant peut avoir une réelle chance, pourvu qu’il soit juste un peu aidé par Eole…


Bien évidemment, vous aurez compris que ce n’est pas vraiment dans cette direction du modélisme qu’il faut vous orienter si vous recherchez avant tout l’adrénaline et les sensations fortes. Et je dois même vous avouer que la « camaraderie » l’emportait largement sur l’esprit de compétition !! Mais n’est-ce pas là aussi le but de notre loisir…


Alors, notez bien : pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient découvrir plus encore cette facette de notre passion, je leur recommande de bloquer déjà dans leurs agendas les dates des 20 et 21 mai.


Le club organise en effet sa traditionnelle rencontre internationale « Li Djoû del Tchôdire ». Une rencontre amicale de passionnés de modélisme naval à vapeur. A découvrir certainement et à savourer !!!


Pas de doutes, moi j’y serai pour vous en faire partager les meilleurs moments.


'Michel Vaillant' (presque) comme si vous y étiez !

publiée le 18 avril 2017


Bonjour à tous les fans de modèles réduits !
Comme je vous l’avais promis dans nos précédents numéros, j’ai commencé – pour vous – ma petite tournée des clubs de modélisme de notre région, toutes disciplines confondues.
Et ce samedi, ma curiosité m’a fait pousser la grille du M.R.C.L. – le Mini Racing Car Liège.


Vous l’aurez déjà compris, il s’agit d’un club de voitures radioguidées sur piste. Les magnifiques infrastructures de ce club sont idéalement situées juste à côté de l’aéroport de Liège-Bierset, sur un site propre qui leur est exclusivement réservé, et au sein duquel tout est mis en œuvre pour le plaisir des membres et des spectateurs.


Dans cette facette du radio-modélisme, trois catégories principales sont représentées en fonction de la taille de la voiture : aux échelles 1/5ème, 1/8ème et 1/10ème. C’est l’échelle 1/10ème qui est sans doute la plus pratiquée, et ce sont ces voitures que j’ai pu admirer lors de ma première visite.


Bien évidemment, nous ne sommes encore qu’au début de la saison puisque le club a rouvert ses portes le 24 mars, mais déjà il régnait une activité fébrile ce samedi. Si certains pilotes se disputaient le meilleur chrono sur la piste, d’autres dans les stands « rodaient » un moteur neuf ou encore réparaient (déjà !!!) une pièce mécanique endommagée.


J’ai été réellement étonné du niveau de mécanique et de technologie embarquée dans ces petits bolides. Elles ont réellement « tout d’une grande » : Moteur, suspensions, boîte de vitesses (si, si !!), châssis, … bref de véritables petits bijoux pour les amoureux de mécanique et d’automobile !!


Mais, là où le spectacle devient total, c’est lorsque les pilotes s’expriment sur la piste… jugez plutôt : j’ai demandé naïvement à un membre du club quelle était la vitesse approximative des voitures au bout de la ligne droite……. « Entre 95 et 100 km/h »...m’a-t-il répondu distraitement. Alors imaginez seulement ces engins d’à peine 50 cm de long lancés à une telle vitesse, c’est à couper le souffle…. Et lorsque, en plus, ils sont plusieurs en course, c’est le grand spectacle garanti !! Et rien ne manque au réalisme : freinages, dérapages contrôlés (et parfois incontrôlés…), ravitaillements en course…tout y est !


A nouveau donc, pour ceux d’entre vous qui seraient tentés par l’aventure, je ne saurais que trop leur conseiller de faire comme moi : pousser la porte et faire connaissance. Mais avant cela, en route (via Internet – YouTube : taper « mrcl ») pour visionner les vidéos réalisées dans le club, et surtout le reportage sur leur traditionnelle course… DE NUIT (vous avez bien lu !!)En tous cas, une chose est certaine : moi, j’ai déjà visité le site Internet du club, j’ai déjà noté les dates des compétitions qu’ils organisent de main de maître, et j’y retournerai rapidement. Mais d’abord, d’autres découvertes nous attendent. A bientôt.


M.R.C.L. - Chaussée de Liège, 4460 Grâce Hollogne - www.mrcl.be


C'est l'printemps!

publiée le 28 mars 2017


Ca y est… on sent (enfin) le retour des beaux jours.


Il y a 10 jours, Dame nature nous a gratifiés des premières « vraies » belles journées de printemps, et il n’en fallait pas plus pour nous remonter le moral.


Les terrasses des cafés se sont remplies, les tennismans ont préparé leurs terrains en brique, les pêcheurs ont ressorti leurs meilleures cannes, les golfeurs ont retrouvé les « greens » d’été…bref, tout le petit monde des loisirs s’est remis à bouger.


Et nous, les passionnés de modélisme n’avons certainement pas été en reste dans cette belle ambiance printanière. J’ai entendu rugir les premiers moteurs des avions et autres voitures R/C, j’ai déjà vu glisser les premiers bateaux sur le plan d’eau et les premiers planeurs dans le ciel calme de la soirée.


Bien évidemment, nous n’avons aucunement « chômé » pendant l’hiver…Qui a construit, qui a réparé, qui a amélioré. D’autres (comme moi…) qui pratiquent un modélisme « d’intérieur » n’ont simplement pas modifié leurs habitudes, mais pour tous, sans nul doute l’arrivée de la belle saison rime malgré tout avec cette envie de se retrouver, de se rencontrer.


Comme promis, tout au long des prochains numéros, je vous emmènerai à la rencontre des différents clubs modélistes de notre région afin de vous les faire découvrir, et, pourquoi pas, de vous donner envie à vous aussi d’y pousser la porte.


Entre autres et dans le désordre, nous irons donc à l’ A.M.A.F. (Association Mosane d’Amateurs Ferroviaires – www.amaf.be) pour les passionnés de chemins de fer. Nous irons aussi rendre visite au M.R.C.L. (Mini Racing Car Liège – www.mrcl.be) et découvrir leur magnifique circuit en bordure de l’aéroport de Liège.


Pour les amoureux de la navigation, nous ferons la connaissance du club LIEGE MARINE CLUB (www.liegemarineclub.com) qui fait régulièrement étape sur l’étang de Waremme.


Pour les fanas d’aéromodélisme, nous rencontrerons les passionnés du J.A.C. (Jeunes Aéro Club – www.jeuneaeroclub.be), du club LES BUSARDS (www.busards.be), ou encore du club R.H.P.A. (Royal Haneffe Petite Aviation – www.rhpa.be).


Il y aura encore une chronique consacrée au club de « Drift » (=en anglais : « glisser, déraper ») de Omal (page facebook : RCCOmal), et sans oublier, bien sur, nos amis du club de maquettisme AMAY MODELES CLUB (www.amaymodelesclub.org).


Bien entendu, j’en ai certainement oubliés !!! Si parmi vous il y a des modélistes qui pratiquent une discipline que je n’ai pas encore mentionnée, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. Ce sera l’occasion d’une belle rencontre supplémentaire et surtout le plaisir de faire découvrir votre passion.


Comme vous le voyez il y a « du pain sur la planche… ». Je dirais plutôt que la belle saison s’annonce riche de divertissements et de découvertes…


Les derniers détails...

publiée le 07 février 2017


Souvenez-vous de nos deux dernières chroniques : Nous avons d’abord tenté de bien discerner quel domaine de notre vaste hobby vous attirait le plus. Puis, dans notre dernier numéro, nous avons vu comment bien démarrer et bien acheter notre premier modèle. Et je vous ai quitté en vous conseillant vivement de vous affilier à un club local afin d’y puiser encore plus d’échanges, de trucs et astuces et de conseils. Enfin, le grand jour est arrivé et vous avez acheté votre premier modèle (moi c’est fait !!!). Si vous avez suivi mes conseils et ceux (encore plus avisés) d’un vendeur spécialisé, vous avez certainement fait un bon choix, raisonnable et à votre portée. B…R…A…V…O… !!!


Mais il reste encore quelques petits détails à mettre au point pour pouvoir profiter pleinement de votre nouvelle passion.


Il est, à mon sens, indispensable de pouvoir vous réserver un endroit consacré uniquement à votre passion naissante. Un coin de table dans la cuisine : non !!! Une place dans le salon : encore moins… (imaginez le bruit de votre mini-perceuse en pleine finale du 103.487ème épisode de « plus belle la vie » : la cata !!!). Rien de moins pratique que de devoir replier ou déménager toutes vos affaires constamment. Attention aussi : plus le modèle est grand, plus il vous faudra de la place… Croyez-moi (puisque j’en ai possédé et pratiqué) on ne construit pas un avion radiocommandé de deux mètres d’envergure sur un coin de table. Donc : de la place… même pour ceux parmi vous qui pratiquent le modélisme « d’intérieur ».


« On ne fait du bon travail qu’avec de bons outils… ». Voilà encore une partie de notre hobby qu’il convient de prendre en considération. En effet, certaines facettes du modélisme peuvent nécessiter l’acquisition d’outillage parfois onéreux. Je pense par exemple à l’aérographe, accessoire indispensable de beaucoup d’entre nous pour réaliser des peintures de précision. Je peux aussi parler de mini-perceuse, d’outillage de précision, sans oublier radios, moteurs, matériels roulants, etc... Donc bien réfléchir avant et toujours penser « budget global »… Une raison supplémentaire de faire le pas vers un club de modélistes. Ils ont souvent beaucoup de choses à prêter ou à échanger…


L’hiver (je l’espère) touche à sa fin, et avec le retour du printemps, j’en connais parmi vous qui vont commencer à ne plus « tenir en place » et à s’impatienter de retourner sur les terrains et les circuits.


D’autres se réjouissent aussi de pouvoir montrer aux copains la nouveauté de l’année et de pouvoir inaugurer telle ou telle construction ou essayer telle ou telle modification qu’ils ont réalisée pendant cette saison plus calme.


Nous irons bientôt à leur rencontre et découvrir ensemble « la vie des clubs » de notre région.


Comment bien continuer ?

publiée le 24 janvier 2017


Bonjour à tous… dans notre édition précédente, nous avons essayé de rassembler un maximum de conseils pour bien débuter dans ce hobby et y puiser directement la joie, la distraction et le plaisir du divertissement.


Primo, nous avons vu qu’avant tout achat, il fallait se poser de nombreuses questions quant à nos attentes, nos motivations et nos centres d’intérêt de (futur) modéliste.


Moi, perso, j’ai franchi ces premières étapes et donc, des revues spécialisées dans la discipline que j’ai choisie (les maquettes plastique) ont petit à petit pris place dans plusieurs pièces de la maison… c’est un excellent moyen de vous conforter dans votre premier choix !! Les librairies regorgent de revues consacrées à chaque facette de votre nouveau hobby et donc vous pouvez ainsi faire un peu plus connaissance avec ce nouvel univers, sans encore avoir investi dans un modèle ou de l’équipement.


Si la passion naissante résiste à ce nouveau test, vous pouvez alors envisager votre premier achat, votre premier modèle… Et là, je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas voir trop grand…, de laisser vos ambitions de grandeur et vos rêves les plus fous « au vestiaire ». En effet, un premier modèle trop compliqué à monter, trop sophistiqué, trop onéreux…bref hors de votre portée de débutant, et c’est la garantie d’une démotivation et d’une (ou plusieurs) déceptions…


Pour votre premier modèle, je ne saurais que trop vous conseiller de résister à la tentation des achats « online » et de vous rendre plutôt dans un magasin réellement spécialisé dans le modélisme. Seul un commerçant spécialisé saura vous prodiguer les conseils adaptés, vous orienter vers les modèles adéquats et vous conseiller le matériel et les accessoires éventuels du début. Malheureusement, ces commerces ne sont pas nombreux dans notre région, mais les quelques kilomètres de déplacement vaudront largement la peine. Posez-lui les bonnes questions et soyez curieux de tout !!!


Ca y est !!! Vous avez acheté votre premier modèle !!! C’est le plus beau et vous voici presque devenu modéliste… Mais attention…Si vous vous y mettez tout seul, dans votre petite bulle, c’est (presque) le « plantage » garanti !!!


Pour bien débuter et bien progresser dans ce hobby, il est – à mon sens – important et presque essentiel de fréquenter un club de passionnés. Ne fut-ce que pour les infrastructures parfaitement adaptées qu’ils vous offriront !!! Mais c’est là que vous découvrirez tous les trucs et astuces qui vous feront progresser et encore plus aimer votre nouveau hobby. Pour ceux d’entre vous qui seraient tentés par l’aéromodélisme, il est presque indispensable de faire partie d’un club, pour apprendre à bien piloter d’abord (apprendre seul = crash garanti !!!), mais aussi pour de simples questions (importantes) d’assurance. En plus, vous y découvrirez que les vieux « briscards » du modélisme sont toujours avides de partager et prodiguer leurs conseils.


Et c’est précisément là que notre hobby prend tout son sens… Le partage, les rencontres et les échanges conviviaux entre amis et passionnés.
A bientôt donc pour tenter de partager et de découvrir ensemble la « vie des clubs ».


Comment bien débuter ?

publiée le 10 janvier 2017


Ca y est !!! L’année 2016 est derrière nous et, pour cette nouvelle année 2017, vous avez pris la bonne résolution de franchir le pas et de vous lancer dans le modélisme !!!


Peut-être que le Père Noël vous a gâté et qu’il a déposé pour vous, au pied du sapin, le modèle de vos rêves…. J’espère surtout qu’il n’aura pas vu « trop grand »… !!!


En effet, même si nous sommes tous fascinés par les modèles ultra sophistiqués et détaillés que nous pouvons admirer ou voir évoluer dans les mains des « experts », il va nous falloir raison garder et (un peu) patienter.


Premièrement, il faut déterminer vers quelle discipline du modélisme nous souhaitons nous orienter. Tout au long des chroniques précédentes, je vous ai emmenés à la découverte de différentes facettes de notre passion. Et encore … Il y en a plusieurs que nous n’avons pas encore évoquées. Mais nous pouvons déjà déterminer si nous voulons un modélisme « statique » ou « dynamique ». En d’autres termes : des modèles « qui bougent » ou des modèles « de vitrine ».


Une fois ce choix établi, nous devons encore nous interroger – un peu – sur nos attentes. En effet, certains parmi nous sont plutôt des « impatients » et sont pressés du résultat final. D’autres prendront plus de plaisir et de délassement dans la minutie et le détail.


Nous devons toujours garder à l’esprit que c’est la frustration d’un mauvais choix de départ qui nous conduit à renoncer.


Autre critère de choix très important … : le budget que nous sommes prêts à consacrer à notre passion naissante !!! Rien de plus décourageant que de se lancer dans la réalisation d’un réseau de trains électriques ou dans la construction d’un engin radiocommandé et de se rendre compte en chemin que la place manque ou que le budget ne nous permettra pas de concrétiser nos ambitions.


Nous progressons… Nous savons maintenant si nous voulons du modélisme d’extérieur ou d’intérieur, si nous voulons construire ou pratiquer, et quel budget nous pouvons y consacrer. Mais nous ne sommes pas encore au bout de nos peines !!! En effet, prenons, par exemple, l’aéromodélisme (que j’ai moi-même pratiqué). Nous devons encore choisir si nous voulons voir évoluer des avions, des hélicos, des drones… des modèles à construire ou « sortis de boîte » (ready to fly), des modèles à propulsion électrique ou thermique… et plein d’autres questions encore.


Je vous propose, au fil des prochaines chroniques d’essayer de vous aider au mieux de conseils pour faire votre (bon) choix. Moi, j’ai choisi et je me remets au modélisme de maquettes plastiques !!


Mais nous verrons que, à chaque fois, un conseil primordial reviendra : prenez votre temps et surtout fréquentez un club de passionnés comme vous. Ils ont tant et tant de conseils à donner et d’expérience à échanger.


Je consacrerai, en même temps, plusieurs chroniques à vous faire découvrir la vie des clubs de l’intérieur.


Comment bien débuter ?

publiée le 10 janvier 2017


Ca y est !!! L’année 2016 est derrière nous et, pour cette nouvelle année 2017, vous avez pris la bonne résolution de franchir le pas et de vous lancer dans le modélisme !!!


Peut-être que le Père Noël vous a gâté et qu’il a déposé pour vous, au pied du sapin, le modèle de vos rêves…. J’espère surtout qu’il n’aura pas vu « trop grand »… !!!


En effet, même si nous sommes tous fascinés par les modèles ultra sophistiqués et détaillés que nous pouvons admirer ou voir évoluer dans les mains des « experts », il va nous falloir raison garder et (un peu) patienter.


Premièrement, il faut déterminer vers quelle discipline du modélisme nous souhaitons nous orienter. Tout au long des chroniques précédentes, je vous ai emmenés à la découverte de différentes facettes de notre passion. Et encore … Il y en a plusieurs que nous n’avons pas encore évoquées. Mais nous pouvons déjà déterminer si nous voulons un modélisme « statique » ou « dynamique ». En d’autres termes : des modèles « qui bougent » ou des modèles « de vitrine ».


Une fois ce choix établi, nous devons encore nous interroger – un peu – sur nos attentes. En effet, certains parmi nous sont plutôt des « impatients » et sont pressés du résultat final. D’autres prendront plus de plaisir et de délassement dans la minutie et le détail.


Nous devons toujours garder à l’esprit que c’est la frustration d’un mauvais choix de départ qui nous conduit à renoncer.


Autre critère de choix très important … : le budget que nous sommes prêts à consacrer à notre passion naissante !!! Rien de plus décourageant que de se lancer dans la réalisation d’un réseau de trains électriques ou dans la construction d’un engin radiocommandé et de se rendre compte en chemin que la place manque ou que le budget ne nous permettra pas de concrétiser nos ambitions.


Nous progressons… Nous savons maintenant si nous voulons du modélisme d’extérieur ou d’intérieur, si nous voulons construire ou pratiquer, et quel budget nous pouvons y consacrer. Mais nous ne sommes pas encore au bout de nos peines !!! En effet, prenons, par exemple, l’aéromodélisme (que j’ai moi-même pratiqué). Nous devons encore choisir si nous voulons voir évoluer des avions, des hélicos, des drones… des modèles à construire ou « sortis de boîte » (ready to fly), des modèles à propulsion électrique ou thermique… et plein d’autres questions encore.


Je vous propose, au fil des prochaines chroniques d’essayer de vous aider au mieux de conseils pour faire votre (bon) choix. Moi, j’ai choisi et je me remets au modélisme de maquettes plastiques !!


Mais nous verrons que, à chaque fois, un conseil primordial reviendra : prenez votre temps et surtout fréquentez un club de passionnés comme vous. Ils ont tant et tant de conseils à donner et d’expérience à échanger.


Je consacrerai, en même temps, plusieurs chroniques à vous faire découvrir la vie des clubs de l’intérieur.


En plein chantier

publiée le 06 décembre 2016


Bonjour à tous et bienvenue cette semaine dans votre chronique de la passion…


Cette fois, je suis resté les pieds sur terre mais j’ai quitté (provisoirement) le monde de l’immobile pour me retrouver en plein chantier !!!


« Pourquoi en plein chantier ? », me demanderez-vous… Eh bien parce que nous allons faire, cette semaine, la connaissance de Roland qui, depuis déjà plusieurs années construit pas à pas son réseau de trains miniatures. Et il est toujours en construction et en évolution…


Notre ami Roland a été piqué par le moustique des « p’tits trains » quand il était gamin… Son papa faisait déjà des maquettes et possédait un petit réseau. Puis, comme c’est le cas pour beaucoup d’entre nous, Roland reçu un « coffret de départ » et, de fil en aiguille(-ages), son modèle s’est agrandi. Puis l’intérêt diminue petit à petit… on démonte et on range dans les placards ...


Mais, il y a quelques années, lorsque Roland emménage dans sa nouvelle maison, il décide de tout ressortir des cartons et de s’y remettre. Et cette fois, ce sera une pièce entière de l’habitation qui sera consacrée à sa passion. Grâce à beaucoup de documentations, de recherches Internet et autres visites d’expos, il définit le tracé de son circuit et, pour corser le tout (sinon ce ne serait pas drôle…) il choisit de s’aider le moins possible de modèles et autres décors du commerce, et donc d’en concevoir et d’en imaginer la plus grande partie.


Et c’est là que notre passion commune trouve tout son intérêt car, pour mener à bien son projet, Roland a dû déployer des trésors d’ingéniosité et de créativité.


Il a d’abord choisi l’échelle. Compte tenu de la place disponible, c’est le HO (= 1/87ème.) qui s’est imposé. Puis il a choisi son époque (II et III – soit +/- des années -30 à la fin des années -60, sauf erreur de ma part). Enfin, il a tracé son plan de voies…Et c’est là que le premier « obstacle » s’est présenté…La disposition de la pièce ne lui permettait pas un accès aisé à son poste de contrôle. Heureusement, il a pu compter sur « Huggy-les-bons-tuyaux »… C’est son épouse – ingénieur – qui lui a imaginé la solution, certes pas « super-pratique », mais au moins le chantier continuait.


Puis il a fallu construire les décors. Là encore, Roland (et son Huggy …) ont trouvé un truc bien à eux. Pour mouler et modeler les paysages et reliefs, Roland utilise un mélange « maison » de papier journal (PAS le Chouette Magazine !!!) et d’eau, qu’il passe au « mixer » et mélange avec du plâtre. Il utilise aussi les bandes plâtrées orthopédiques. Et je vous laisse juger sur les quelques photos à quel point le résultat final est réussi. Pour les bâtiments et les rues, c’est du « depron » (une mousse bien connue des modélistes) qui est beaucoup utilisée et littéralement sculptée !!! Même les pavés des rues sont reproduits.


C’est ce qui est fascinant dans notre hobby, c’est que chacun peut développer lui-même ses propres techniques de réalisation. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises pratiques, mais seulement la volonté de se rapprocher le plus possible de la réalité. Je dois bien reconnaître que peu d’activités de loisirs laissent autant de place à cette forme d’improvisation créative. C’est ce qui fait le plaisir du modélisme.


Voici la période des fêtes de fin d’année qui approche…


Même si notre ami Roland rêve peut-être de locomotives et de wagons, j’essayerai moi aussi, dans mes deux prochaines chroniques de vous donner quelques idées de cadeaux à glisser sous le sapin, mais aussi quelques précieux conseils pour bien débuter (sans échec…) dans le monde du modélisme.


Et je serai aussi allé rendre une petite visite à la réunion de nos amis du AMAY MODELES CLUB (le 10/12 à Villers le Bouillet – voir édition précédente).


Encore plein de choses à vous raconter donc…


Les petites maquettes de 'Quand on était gamins'... c'est du passé !

publiée le 22 novembre 2016


Bonjour à tous ceux qui suivent cette chronique, ceux qui la découvrent… et les autres… Je vous emmène cette semaine à la découverte du « monde de l’immobile » …


En effet, avec les membres du AMAY MODELES CLUB, nous allons entrer dans l’univers de la maquette « plastique » … oui, oui… comme celles que nous avons tous faites quand nous étions gamins… enfin plus vraiment ! Voyez plutôt :


Comme on dit en navigation maritime : « rouge sur rouge : rien ne bouge… ». Ici, plus question d’avions téléguidés, de drones aux vitesses vertigineuses ou de trains électriques… On ne parle plus que de maquettes statiques. Mais attention… plusieurs disciplines et catégories permettent quand même à chacun de trouver sa « spécialité ».


Il y a par exemple les catégories « aéronautique », « véhicules blindés », « voitures », « bateaux », « figurines » et d’autres encore. Et au sein de chacune, on trouve des modélistes qui pratiquent le « sorti de boîte » (= on monte la maquette telle qu’elle est fournie dans la boîte), d’autres préfèrent améliorer un kit existant, et d’autres enfin s’orientent plus volontiers vers le 100 % « fait main ».


Ce qui est intéressant de noter (pour les débutants…) c’est que, même si la base est identique, la façon d’aborder la maquette, de la monter et de la décorer sera différente selon la catégorie pratiquée. Ainsi, le montage d’un avion se fera en « sous-ensembles », alors qu’un véhicule blindé s’assemble entièrement et se peint après… Tout est aussi une question de savoir si des détails intérieurs devront rester visibles ou pas.


Vous le voyez, ce qui de premier abord semblerait plutôt monotone offre en fait au modéliste débutant ou confirmé une très vaste palette de sujets et de modèles.


Pour débuter, si le virus vous prend, rien de plus simple : il suffit de savoir peindre au pinceau (puis à l’aérographe…), une boîte d’un modèle abordable, de la colle, de la couleur et quelques outils de précision, bref… rien de bien compliqué ni de bien onéreux ! Le plus difficile à trouver encore sera le trésor de patience et de minutie….


Plus tard, pour évoluer et se perfectionner dans son hobby, il sera nécessaire de fréquenter un club de modélistes afin de pouvoir échanger des techniques et des expériences. Il vous faudra aussi collecter un maximum d’informations et d’illustrations (via Internet ou dans des revues spécialisées) sur le modèle que vous réalisez afin de lui donner cette touche finale qui lui donnera (presque) vie.


Lors des expositions, des compétitions sont aussi régulièrement organisées où chacun peut défendre sa chance, du débutant au « Master ». D’ailleurs, les membres de notre sympathique club mosan se déplaçaient le week-end passé en Angleterre pour exposer leurs réalisations perso lors d’une grande manifestation internationale. C’est vous dire si la qualité de leurs réalisations est déjà du niveau des « pros » !


Pour ceux d’entre vous qui seraient tentés par l’aventure, les membres du club amaytois se réunissent tous les vendredis à leur local (voir adresse ci-dessous), à partir de 20 h. pour bavarder et « refaire le monde » du modélisme. Mais, une fois par mois, un samedi, une réunion est organisée durant toute la journée pour construire et modéliser. La prochaine est prévue le samedi 10 décembre… à bon entendeur… salut !


Je crois que moi, je ne résisterai pas à aller y faire un petit tour… Peut-être qu’on s’y rencontrera… Qui sait… Entre modélistes passionnés…


AMAY MODELES CLUB - Rue des Ecoles, 2 à Villers le Bouillet
Facebook : AMAY MODELES CLUB


Des trains miniatures... plus vrais que nature !

publiée le 8 novembre 2016


Cela faisait déjà plusieurs chroniques que je vous l’annonçais, et le weekend dernier, je me suis enfin rendu à ce qui est actuellement le plus grand évènement « mini »-ferroviaire bisannuel en Belgique, la « Grande expo », organisée par Meta Media Groep, éditeur – entre autres – du plus grand magazine de modélisme ferroviaire belge.


Dès l’arrivée sur les parkings du Brabanthal de Leuven, l’ambiance fleure déjà bon la vapeur puisque les visiteurs étaient accueillis par un petit train à vapeur vive pour la plus grande joie des plus petits (mais aussi de quelques plus grands, nostalgiques de cette époque).


Comme beaucoup d’entre nous, le grand enfant que je suis resté a, dès l’entrée de cette exposition, été comblé et ébahi par la beauté des réseaux exposés. Voyez plutôt le programme alléchant qui m’attendait : 6.000 m² d’expo, plus de 30 réseaux miniatures venus de toute l’Europe, dont certains exposés pour la première fois en Belgique, un concours de mini-réseaux auquel participent une petite vingtaine de modélistes et enfin plus de 60 stands d’artisans et de détaillants de pièces et matériels en rapport avec le modélisme ferroviaire.


D’une manière générale, ce qui est absolument fascinant dans notre hobby et ses nombreuses facettes, c’est cette volonté des modélistes de vouloir toujours se rapprocher le plus possible de la réalité du thème qu’ils reproduisent. Nous en avions déjà une idée avec l’aéromodélisme et ses maquettes volantes, mais, ici, nous montons encore d’un cran dans le réalisme et la reproduction.


Je vous laisse juger de cela sur les quelques photos que j’ai sélectionnées pour vous dans la moisson que j’ai rapportée de cette visite, mais j’ai été absolument subjugué par le souci du détail qui guide ces passionnés dans leurs réalisations. Nature, bâtiments, patines et vieillissements des matériels roulants, tout – absolument tout – fait l’objet des soins les plus attentionnés afin de nous donner l’illusion de la réalité. Certains vont même jusqu’à faire circuler, sur leur réseau, des trains dont la composition est exactement la même que dans la réalité !!! C’est vous dire « l’acharnement » qu’ils mettent à modéliser notre monde.


Bien évidemment, il faut malgré tout accepter certaines contraintes liées à la miniaturisation, mais heureusement, le plaisir des yeux et du jeu l’emporte largement.


Cette fois encore, comme dans beaucoup de domaines du modélisme, l’électronique et la technologie moderne viennent en aide à nos amis pour leur permettre de « peaufiner » encore leur monde virtuel. En effet, il est aujourd’hui tout à fait possible de faire circuler sur un même réseau un grand nombre de trains différents (les locomotives sont, en effet, équipées d’un « décodeur » qui leur permet d’être gérées indépendamment). Aussi, les plus sophistiquées peuvent encore reproduire le bruit de leur moteur (ou de leur vapeur), le crissement caractéristique de leurs freins, etc… De quoi ajouter encore au réalisme.


Ce qu’il est surprenant de constater aussi sur certains réseaux exposés aux regards, c’est le fait que le train miniature en lui-même n’est plus le centre d’intérêt principal, mais est devenu le prétexte d’une scénographie dans laquelle il s’intègre, sans plus y être l’attrait principal. C’est particulièrement le cas dans la partie de l’expo réservée aux mini-réseaux. C’est alors le modélisme et le thème qui prennent le dessus sur le plaisir de rouler et sur le jeu, mais sans rien enlever au plaisir des yeux.


Comme je m’y attendais, le nombre et la diversité des sujets exposés ne peuvent pas vous être racontés dans une seule chronique. C’est la raison pour laquelle, je vous laisse déjà admirer quelques photos que j’ai ramenée, mais que je vous donne rendez-vous dans ces pages afin de vous présenter alors plus en détails certaines de ces magnifiques réalisations.


Drônes téléguidés = 100% a-dré-na-li-ne !!

publiée le 25 octobre 2016


Ce dimanche 09 octobre, j’ai eu l’occasion d’assister à la première rencontre amicale de drones téléguidés, organisée de main de maître par les dynamiques membres du club d’aéromodélisme J.A.C. à Jandrenouille.
Si comme moi, vous trouvez déjà que le moustique qui vous empêche de dormir les nuits d’été est d’une rapidité étonnante, et est aussi agile à vous échapper, alors laissez-moi vous dire qu’avec ces drones de compétition, vous n’avez rien vu !!!


Je vous emmène donc à la découverte de ce nouveau volet de notre hobby qui, il faut bien le dire, sans l’avènement des technologies modernes, n’aurait jamais vu le jour.
Nous avons tous vu dans les magasins de jouets ces petits engins aux formes « intergalactiques », munis de trois ou quatre hélices et censés nous amuser de longues heures. Je dois bien vous avouer que j’étais moi-même un peu sceptique quant aux réelles possibilités de divertissement de ces drones.


Si j’avais su….la découverte qui m’attendait !!!
Les drones de vitesse et de compétition sont en réalité des engins d’une sophistication extrême, dotés de surcroît des technologies de télécommunications les plus récentes. Jugez plutôt … :
Châssis en fibres de carbone, quatre moteurs électriques « brushless » (sans frotteurs) capables d’atteindre des vitesses de rotation très élevées, régulateurs de vitesse électroniques, et…mini caméra « HD » embarquée.
Ca, c’est pour « la bête » au repos… vous pouvez en découvrir une sur les photos que j’ai ramenées.
Mais, dès que l’engin prend son envol, on reste alors complètement « scotché » par la vitesse vertigineuse (largement plus de 100 Km/h. – vous avez bien lu !!!) et, surtout, par l’adresse incroyable des pilotes. Vous aurez en effet tout compris lorsque je vous aurai dit qu’ils ne voient pas leurs modèles réduits, mais « regardent » et contrôlent leurs vols grâce à la mini-caméra embarquée qui leur envoie une image « on board » de leur appareil. Ils captent cette image sur des « lunettes-écran » qui leur donnent donc une vision comme s’ils étaient réellement à bord de leurs engins !!!


Moi qui ai pratiqué – entre autres – l’aéromodélisme, je sais déjà combien il est difficile d’accomplir des gestes sur la télécommande sans la regarder, et combien il est parfois difficile aussi de savoir dans quelle position exacte se trouve votre appareil lorsqu’il est un peu éloigné. Mais là… je vous avoue que je suis resté sans voix de les voir contrôler ces moustiques volants à de telles vitesses et en regardant tranquillement au travers de ce qui ressemble à une paire de « lunettes » !!!


Et la compétition, ça consiste en quoi ? – me demanderez-vous.
Sans trop entrer dans les détails, un « circuit » est tracé sur le sol au moyen de repères de couleurs vives. Ce circuit est, en plus, parsemé d’obstacles du genre virages serrés, tunnels, cerceaux, etc… que les drones doivent franchir. Quatre engins au départ pour quelques tours…


3…2…1…GO !!!
Et c’est parti pour un festival … parfois semé de contacts assez rudes avec le sol car pour « corser » le tout, cela se passe à quelques (centi)mètres du sol… Heureusement, ces engins sont d’une solidité incroyable et résistent souvent aux culbutes les plus spectaculaires (pas comme mes avions...- ceux qui me connaissent auront compris…).


Alors, je vous invite à visionner sans tarder les deux liens suivants :
https://www.youtube.com/watch?v=mLq1OvHU6Co
https://www.youtube.com/watch?v=5XOe96v-anQ


Ces deux reportages ont été tournés sur place pendant cette rencontre amicale. Comme moi, ils vous feront découvrir cette facette incroyable de notre hobby, et, après cette grosse décharge d’adrénaline, retour au calme dans notre prochain journal avec ma visite à la plus grande expo de trains électriques de Belgique.


A très bientôt.
Modélistiquement vôtre.


J'ai rencontré un "pa-ssio-nné" !!

publiée le 11 octobre 2016


J’ai rencontré Marcel… Il a 64 ans et est à la retraite (heureuse) d’une carrière à « La Poste ».
Jusque-là, rien de bien exceptionnel me direz-vous sauf que notre ami voue une véritable passion à une discipline bien particulière du modélisme, à savoir :
Le train électrique à l’échelle « Z ».


Comme beaucoup de modélistes ferroviaires, Marcel avait bien reçu, lorsqu’il était enfant, le fameux coffret de départ avec son circuit en « ovale », mais cela n’avait alors pas suscité l’éclosion d’une passion. Il préférait alors reproduire fidèlement des maquettes de soldats du 1er. Empire.
Jusqu’à ce jour de 1976 lorsque, à l’occasion d’une balade dans une galerie commerciale, Marcel s’est arrêté un instant devant la vitrine d’un magasin de jouets dans laquelle tournait, sur un tout petit espace, ce train électrique vraiment « mini, mini ». Et ce fut le déclic d’une vraie « marotte » qui, malgré des hauts et des bas, ne l’a plus quitté.
Ce n’est cependant que depuis trois ans qu’il a enfin pu concrétiser réellement son rêve de modéliste et réaliser entièrement le réseau définitif qu’il m’a présenté avec tant de fierté légitime !!!


Mais d’abord… l’échelle « Z »… Kéksèksa ??
L’échelle de réduction la plus courante (et que nous connaissons tous) en ce qui concerne le train électrique est l’échelle que l’on appelle « HO ». Il s’agit alors d’une réduction au 1/87ème, donc où 1 m. réel est représenté par +/- 1,15 cm. Il y a ensuite l’échelle « N », au 1/160ème, où 1 m. réel équivaut à +/- 6 mm. Vient enfin cette fameuse échelle « Z » qui tarabuste notre ami depuis tant d’années avec son 1/220ème (vous avez bien lu !!). Dans cet univers vraiment « mini », 1 m. réel est représenté par +/- 4,5 mm. Pour mieux vous imaginer ce que cela représente, découvrez les photos d’une locomotive et d’un wagon devant mon GSM, ou encore de la dernière acquisition de Marcel : une ancienne locomotive à vapeur des chemins de fer Belges…. Elle tient dans le creux de sa main !!!


C’est vous dire s’il faut vraiment être modéliste passionné (et patient) pour se lancer dans cette aventure et relever ce défi de reconstituer notre monde en si petit. Mais le réseau que nous présente aujourd’hui Marcel, et que j’ai eu la chance de découvrir en détails est l’aboutissement de toutes ces années et de tout son savoir-faire de minutie. Il est tout simplement ma-gni-fi-que !!! Quel réalisme et quel souci du détail et du travail bien fait !!! Rien ne manque. Tout est reproduit jusqu’au moindre détail, ce qui compte tenu de l’échelle est réellement une prouesse. De la gare de marchandises, en passant par l’atelier de locomotives, puis en suivant la ligne à travers la forêt et la ville voisine, tout, absolument tout a été reproduit. Il me faudrait rien qu’une chronique entière pour vous détailler l’ensemble !!


Le plus difficile, me raconte-t-il, c’est de trouver les décors, les bâtiments et autres accessoires à cette échelle. Alors, comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, en vrai modéliste, Marcel les a presque tous créés et fabriqués.
Même si, dans notre pays, très peu de clubs et d’infrastructures se consacrent à cette petite partie du modélisme ferroviaire, sa passion le fait aussi voyager. Tous les deux ans, notre ami se rend en Allemagne, à Altenbeken où se déroule une rencontre exclusivement orientée vers cette discipline.
Heureusement, grâce à Internet, Marcel peut aujourd’hui communiquer et partager sa passion avec d’autres « mini-cheminots » (www.le-Z-forum.forumactif.com ou encore www.ztrain.eu et www.z-trains-us.fr). Mais il m’a confié que l’informatique n’entrera pas de sitôt dans son hobby. En effet, pour lui, c’est encore le plaisir de manoeuvrer et de « faire rouler » qui l’emporte.


Aujourd’hui Marcel continue à étoffer son impressionnante collection de trains qu’il adore mettre en service sur son réseau. C’est le plaisir de chercher et d’acquérir tel ou tel modèle rare qui a remplacé celui de la construction et de la mise au point.
Et même si le plus beau des réseaux, c’est celui que l’on n’a pas encore construit, j’ai bien compris que ce qui enthousiasme le plus notre ami, c’est de parler et de partager sa passion.
Alors, si comme lui vous êtes un « fana » de trains électriques aux petites échelles (et même aux autres d’ailleurs…), n’hésitez pas à le rejoindre sur le forum Internet (voir ci-dessus).


Dans notre prochaine édition, je vous raconterai ma visite du 09/10 au J.A.C. où se tiendra une rencontre internationale de pilotes de drones téléguidés.
Puis nous irons aussi à l’expo internationale de trains électriques à Louvain (15 et 16 octobre), et nous rencontrerons Greg qui est impatient de nous faire connaître son club de maquettes plastiques et dioramas.


Encore de « chouettes » chroniques à venir donc.
A bientôt.


Avions téléguidés... à réaction !!

publiée le 27 septembre 2016


Comme promis dans notre édition précédente, voici donc ma deuxième petite « bafouille ».


J’ai eu l’occasion, le dimanche 04 septembre dernier, d’assister à une rencontre amicale de pilotes d’avions téléguidés…. Jusque-là, rien de bien exceptionnel me direz-vous, sauf qu’il s’agissait d’avions propulsés par des moteurs…. à réaction !!!!


De véritables « jets » en miniature (mais quand même d’une taille plus que respectable pour certains), et qui volent à une vitesse vertigineuse grâce à ces petits bijoux de technologie que sont ces mini-réacteurs.


Et tout y est… !!! Démarrage comme les « vrais », accélération, puissance, bruit… on se serait cru à un véritable meeting aérien !!!


Pour avoir déjà pratiqué moi-même de l’aéromodélisme - mais pas à ce niveau de maîtrise - je peux aussi vous dire que l’habileté des pilotes qui dirigent ces bolides n’a d’égale que la beauté des figures acrobatiques qu’ils réalisent.


Mais attention…. Expérience exigée !!! Ce sont des « joujoux » à ne surtout pas mettre entre toutes les mains sous peine de voir très vite le premier vol se terminer, en mille morceaux, dans le champ voisin.


Fort heureusement, j’ai aussi pu constater que la technologie moderne et l’électronique de pointe sont entrées par la grande porte dans ce genre de hobby afin de rendre les évolutions aériennes de ces engins moins stressantes pour le pilote. (Voir photo).


Et ce sont alors gyroscope, trains d’atterrissage escamotable avec freins (eh oui, il faut bien stopper ces beaux oiseaux avant la fin de la piste…), radiocommande qui « parle » au pilote, double assistance électronique et autres merveilles de technologie qui évoluent devant les yeux.


Si l’on ajoute à cela que, par manque de chance, cette rencontre placée avant tout sous le signe de la bonne humeur et de la passion commune s’est déroulée sans doute le seul dimanche du mois durant lequel les conditions météo n’ont vraiment pas été favorables, partagées entre averses et grosses bourrasques de vent.


Alors, je n’ai qu’un mot à dire : waouuuuhhhh…., ou plutôt : ouffftttiiiiiiii….. !!!


Qu’il est loin le temps des petits planeurs en blasa que l’on collait à la colle à bois qu’on entoilait au papier et qu’on lançait à la main… Mais c’est la magie de ce monde « réduit »… : c’est de pouvoir offrir à ses passionnés autant de joie et de plaisir, que le moteur soit un simple élastique ou une turbine ultra sophistiquée.


Aussi, pour vous amis lecteurs et amateurs de spectacle et de vol réduit, je vous rappelle la rencontre amicale de drones de vitesse qui aura lieu ce dimanche 09 octobre (dès 10.00 h) dans les installations du club d’aéromodélisme J.A.C. (rue de Boneffe – 1350 ORP JAUCHE). J’y serai pour vous raconter cet événement dans notre prochaine chronique, et franchement, si la météo est de la partie – croisons les doigts – cela vaut réellement la peine de venir une heure ou deux (entrée gratuite !!!).


Enfin, je ne voudrais pas terminer cette édition sans remercier Marcel (Grand-Hallet), Greg (Amay), Jacques, et d’autres lecteurs pour les nombreux encouragements qu’ils m’ont déjà adressés pour cette nouvelle chronique.


Bien sûr, nous irons chez Marcel, passionné de trains électrique à l’échelle « Z » (= 1/220 ème…mini,mini…). Nous rencontrerons aussi Greg et les membres de son club de maquettes plastiques et de « dioramas », et comme promis je vous donne aussi rendez-vous à la grande expo de trains électriques qui se tiendra à la mi-octobre près de Louvain.


« Modélistement » vôtre.


Ca y est, la voici, la voilà...

publiée le 13 septembre 2016


Je vous propose d’animer le plus souvent possible une nouvelle chronique consacrée au MODELISME.


Pour beaucoup d’entre nous, nous sommes restés de « grands enfants » et nous restons toujours fascinés par les prouesses de ces passionnés qui n’ont de cesse de reproduire le plus fidèlement possible le monde qui nous entoure, mais en « mini »….et parfois en « mini-mini », mais aussi en « maxi-mini » !!!


Avec moi vous découvrirez au fil des éditions que le modélisme est un hobby aussi vaste et varié que le monde « réel » grandeur nature…


Nous parlerons de maquettes, de diaporamas, d’avions, de planeurs, de voitures, de bateaux radioguidés, de trains électriques, de drones téléguidés, de « slot-racing », de bateaux en bois,… bref tout ce qui pourrait se « réduire » fera tôt ou tard la « une » de notre nouvelle chronique.


Je vous ferai visiter les clubs environnants, j’essayerai de vous informer des différentes manifestations organisées par tous ces passionnés dans notre région et bien sûr je vous en fournirai les coordonnées complètes de sorte que ceux d’entre vous qui se découvriraient une vocation puissent entrer en contact avec les responsables de clubs.


Amis (futurs) modélistes, cette chronique se veut aussi la vôtre. Si vous pratiquez ce hobby, si vous souhaitez qu’un thème particulier soit abordé, qu’une manifestation au sein de votre club soit mise à l’honneur, n’hésitez surtout pas à me contacter (voir ci-dessous). Je me ferai un plaisir d’y consacrer une chronique.


Pour vous mettre déjà l’eau à la bouche, dans notre prochaine édition je vous présenterai un petit reportage que j’ai réalisé au sein du club J.A.C. (Jandrenouille) qui organisait ce dernier week-end une manifestation réservée aux avions téléguidés…. À réaction !!! . Comme les vrais et super spectaculaire !!!


Je vous informe déjà aussi que le 09/10 se tiendra, au même club (= J.A.C. à Jandrenouille) un meeting consacré aux drones téléguidés. A voir absolument !!! Vitesse incroyable, parcours d’obstacles, engins hors du commun !!! J’y serai et vous découvrirez un petit reportage dans une prochaine chronique.


Aussi, le week-end suivant (15 et 16/10) se tiendra au « Brabanthal » à Louvain la plus grande expo de réseaux de trains miniatures de Belgique (www.expotrainminiature.be). J’y ferai sans doute un petit tour…


Voilà déjà deux manifestations à inscrire sans tarder à votre agenda du week-end !!! Et rassurez-vous…d’autres seront programmées tout au long de l’année.


Rendez-vous est donc pris…avec vous…pour un moment de détente et de loisir consacré à notre passion commune.


« Modélistement » vôtre. PS. : Vous pouvez me transmettre toute info ou me contacter pour cette rubrique sur l’adresse : xavier@chouettemag.be


Chouette Magazine (Ma Coccinelle Communication) | rue de l'Abyme 5, RAMILLIES (Belgique) | +32 81 34 27 33

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter