Chouette Magazine

Walter

Walter

L'Air du Temps

Catégorie : Autres

Chroniqueur depuis septembre 2014

C'était mieux avant ?

publiée le 06 octobre 2015


Nous entendons souvent dire autour de nous que c’était mieux avant. Mais est ce vraiment le cas ?


Pour tous ceux d’entre nous qui utilisons au quotidien, et nous sommes nombreux, des applications sur nos Smartphones, probablement pas.


Nos Smartphone débordent d’App’s qui nous sont toutes devenues indispensables.


Il y en a qui nous font économiser nos chers Euros, comme VIBER, qui nous permet d’appeler gratuitement le monde entier via satellite, ou WHATSAPP avec laquelle envoyer photos et messages en temps réel tout aussi gratuitement.


Pour les fans de couponing, toutes les promos de tous les magasins, du melon au balai se trouvent sur MY SHOPI .


Pour les adeptes du déplacement en bus, tous les horaires dans toute la Wallonie sont sur PROCHAIN BUS.


Vous, votre bonheur c’est les résultats sportifs ? N’hésitez pas à télécharger LIVE SCORE, football, tennis basket etc.. Tout y est.


Plus bucolique, votre dada à vous c’est la pèche le dimanche et donc il est impératif que chargiez YAHOO MÉTÉO, vous saurez enfin comment vous habiller et ce d’Ostende à Durbuy.


Pour aller travailler vous prenez le train, c’est bien. Vous connaissez dons SNCB, tous les horaires de tous les trains en Belgique.


Une alternative, de style réseaux social, voyez sur BE TRAIN.


Il y en a évidemment des centaines d’autres tout aussi utiles ou inutiles, d’autres encore plus hot...


A vous de chercher chauss App à votre pointure.


L'ADT s'intéresse à un des mystères qui régit notre monde !

publiée le 19 mai 2015


Le Nombre D’or est en effet à la base de nombreuses réalisations depuis des millénaires. Selon les époques et les régions on le connait également sous le nom de ‘divine proportion’, ‘division sacrée’ ou encore section dorée.


Un principe simple et mystérieux, que l’on retrouve aussi bien dans la nature que dans les sciences, mais également dans les arts.


Cette divine proportion se retrouve dans le corps humain, les étamines des fleurs, les cathédrales ou dans la construction des pyramides, ou encore dans l’art de la Renaissance. Tout comme dans nombre d’éléments présents sur notre planète.


En mathématiques ce concept s’illustre par la lettre grecque PHI, le nombre d’or se présente aussi sous forme d’équation via la formule (1+v5)/2 ou le nombre 1,6180339.


Le nombre d’or est connu depuis les Babyloniens qui s’en servaient sur leurs tablettes d’argile et a traversé les siècles jusqu'à nos tablettes numériques…


Pour comprendre le caractère unique et la beauté de cette proportion, qui détermine la nature et le cheminement esthétique dans les arts et l’architecture depuis 2500 ans il faut pousser la recherche beaucoup plus loin.


En procèdant ainsi, on peut découvrir son implication dans par exemple la conception du Parthénon, ou dans l’implantation de l’oreille interne humaine, mais aussi dans celle des pétales de rose, ou encore plus surprenant dans certains fruits comme l’ananas.


Mais le plus bluffant reste son application dans l’ADN humain.


Par ailleurs, sans la suite de FIBONACCI intimement liée au nombre d’or, les mathématiques n’auraient pas pu résoudre les énigmes majeures qui se posent à nous, telle le Big Bang,


Ni nous amener si rapidement à l’ère numérique qui est la notre en 2015.


La Gentrification

publiée le 05 mai 2015


L’air du temps est à la Gentrification, un mot relativement récent en Belgique. Mais qui a déjà une longue histoire dans les pays Anglo-saxons, où le phénomène est né.


Aux États-Unis, des quartiers comme Harlem ou le Bronx qui étaient jusque dans les années nonante des ghettos, ont été touchés les premiers par la gentrification.


Ensuite comme une trainée de poudre d’autres villes ont été touchées comme Londres et la zone de Shoreditch, ou Berlin et son quartier Ku’damm.


Le reste du monde n’y échappe pas non plus, Palermo à Buenos Aire, de Woodstock à Cape Town ou encore le Brera à Milan. Plus près de nous, Paris a également ses arrondissements gentrifiés à l’image des Xe-XIe-XIX- et XXe.


Qu’en est-il chez nous. C’est surtout à Bruxelles que le phénomène est le plus perceptible.


Notamment dans les quartiers Dansaert, de la Bourse, du Canal mais aussi dans l « emblématique quartier des Marolles ».


Comment se traduit au quotidien cette gentrification ?


C’est un concept, qui consiste à s’emparer d’un quartier populaire et peu avenant, de gentiment virer ceux qui y habitent, une population défavorisée et de s’y installer.


Cela se traduit tout d’abord par une hausse des loyers et une rénovation pointue des bâtiments.


Ensuite il se produit un changement de type de commerces, une zone récemment gentrifiée se repère aisément.


Elle déborde de boutiques de créateurs connus et branchés, de bars à jus healthy, de cafés tendance, d’épiceries bio, et surtout par une myriade de galeries d’art contemporain.


Les Hipsters qui constituent le gros du contingent de ces nouveaux habitants sont eux aussi reconnaissables au premier coup d’oeil.


Le bonnet retroussé et en pointe de couleur flashy vissé en permanence sur la tête, la barbe taillée et les vêtements So cool de créateurs en vue. Le tout issu du commerce équitable.


Si vous en connaissez un et que vous voulez lui faire plaisir offrez lui une paire de Stan Smith.


Le hipster est une catégorie circulante, il sera bientôt à nos portes.


Aie aie.


L'air du temps aime les belles histoires...

publiée le 21 avril 2015


...et celle qui suit nous a séduits. Les années en 15 sont souvent annonciatrices de grands changements, historiquement parlant, 1515/1715—1815 (Waterloo).


L’adt a rencontré Delphine Neuprez pour qui 2015 sera assurément de cette veine là. Delphine Neuprez est la créatrice et la tète pensante de l’enseigne de e-Commerce 'La Maison Bruxelloise', site de vente en ligne spécialisé en mobilier, luminaires et accessoires vintage.


En plein boum de ce style mélangeant allègrement les créations issues des années 1950, 1960,1970, nous avons posé la question à Delphine Neuprez, pourquoi avoir crée son site de vente en ligne 'La Maison Bruxelloise'.


La réponse fuse immédiatement, par passion. Passion pour le bel ouvrage de ces époques où les lignes effilées des pieds compas, disputaient l’élégance au mobilier en bois noble tel que teck, noyer américain ou encore le palissandre.


Mais aussi pour les couleurs joyeuses qu’utilisaient les fabricants de luminaires, chaises, tables tels le belge W.Vandermeeren ou les italiens de Stilnovo entre autres.


Tout comme pour faire partager ses trouvailles au plus grand nombres d’entre nous.


En effet à ‘La Maison Bruxelloise’ vous trouverez qui une enfilade en teck, qui une série de chaises danoises, ou encore un rocking chair de H.J. Wegner, ainsi que de nombreuses lampes et autres accessoires déco.


L’idéal est de s’abonner à la newsletter du site afin de ne rien rater des aventures de Delphine et ce pour les amateurs du genre.


La Maison Bruxelloise vend ses trouvailles directement, sans intermédiaire, ce qui lui permait de pratiquer des prix tout doux, et ce pour des pièces de qualité.


En conclusion Delphine Neuprez nous parle de son autre passion pour la création, protéiforme, contemporaine qu’elle défend toujours avec panache, et qu’elle vous invite à découvrir sur son site.


Delphine Neuprez
www.lamaisonbruxelloise.be
info@lamaisonbruxelloise.be


L'adt est à la consommation locale, mais en est-on vraiment proche ?

publiée le 03 mars 2015


Regardons à cet égard autour de nous, à la maison comme au travail. Sur la table en manguier de la salle à manger (le manguier pousse rapidement dans des pays pas trop regardant sur le durable), est posé un plat en bambou fabriqué par ex. au Vietnam, sur lequel sont disposés des fruits tels que des mangues du Pérou, des figues du Costa Rica ou de Turquie, des bananes de Colombie, des raisins d’Égypte alors que nous sommes en février.


Pour la cuisine, c’est la même chose, les ustensiles proviennent soit de Chine ou d’Inde. Quand aux ingrédients que nous voulons consommer tout au long de l’année, ils proviennent forcément d’ailleurs. Essayez de trouver des haricots princesses ailleurs qu’au Kenya en ce début d’année.


Après la salle à manger et la cuisine, la chambre n’y échappe pas, là où les draps, couettes et autres coussins doivent, pour pouvoir séduire, afficher un prix made in Bengladesh ou autre. Et il en va ainsi de beaucoup de produits pour lesquels le prix est l’élément décisif.


Fatigué d’une journée bien remplie vous désirez lire un livre d’un auteur belge, sauf qu’il est imprimé en Chine. Vous préférez regarder la tv, celle-ci est également « Made in China ». Finalement, vous passez la soirée devant l’ordinateur, là vous êtes aux Philippines.


Le lendemain vous attrapez un rhume, chez le pharmacien on vous explique que le générique est nettement moins cher et tout aussi efficace. Ce que l’on ne vous dit pas c’est qu’il est fabriqué à Bhopal, en Inde.


Une fois remis vous repartez au volant d’une rutilante coréenne.


Epuisé, vous décidez de prendre quelques jours de vacances, par exemple en république dominicaine, histoire de faire profiter l’économie locale de vos euros durement gagnés.


Cela ne fait aucun doute qu’en Belgique, on consomme très local.


L'adt s'intéresse au Père Noël

publiée le 16 décembre 2014


L’air du temps s’intéresse en cette période festive, a celui qui domine de la tête et des épaules ce mois de décembre LE PÈRE NOEL.


Nous savons tous d’où il vient, comment il se déplace et ce qu’il fait.


Mais moins nombreux sont ceux qui savent d’où vient son look contemporain. Voyons donc cela.


Il est établi que l’image du papy enrobé, comme dirait Obélix, date des années 30-35 et ait son origine en Amérique, comme beaucoup de choses. Un dessinateur publicitaire du nom de H Sundblom décide à cette période de créer un PÈRE NOEL rond habillé d’un costume rouge, rehaussé de fourrure et flanqué d’une impressionnante barbe blanche. Il réalise en fait une commande que lui a faite l’entreprise COCA-COLA, qui espérait ainsi booster ses ventes en plein hiver, d’une boisson rafraîchissante …


Une image immédiatement popularisée au niveau mondial par l’ensemble des médias. Cette image d’Epinal sera encore intensifiée en Europe du nord après la deuxième guerre mondiale, chaque soldat US devenant un représentant.


En effet qui peut aujourd’hui imaginer un PÈRE NOEL rachitique, jeune et sans barbe …. Rien qu’à y penser …


Et pourquoi le sapin est il le deuxième pilier de la fête de NOEL ? Au 16ème siècle, pour la première fois est apparue en Alsace la tradition du sapin, seul arbre encore vert à cette période de l’année. On y regroupait les roses, les pommes et les friandises, nettement moins coûteux qu’aujourd’hui, non !


Ensuite au 19ème siècle le sapin se parera d’une étoile en son sommet, qui rappellera l’étoile de Bethléem qui guida les rois-mages.


Les boules de sapin étaient a l’origine des pommes, mais vers 1850 une très mauvaise récolte a poussé un verrier à créer des boules en verre.


Modèles que nous utilisons depuis lors.


L'adt s'intéresse aux saisons qui passent

publiée le 09 décembre 2014


L’air du temps s’est aussi s’intéressé aux saisons qui passent et nous font ressentir leur frimas ou apprécier leur douceur.


Décembre c’est plutôt subir, mes frimas le gel et parfois la neige.


C’est aussi la période de l’année où le nez aime à couler, la gorge s’enrouer, les articulations se raidir.


Heureusement depuis la nuit des temps l’homme se sert des bienfaits de dame nature, fleurs, plantes, herbes afin de se débarrasser de ces désagréments.


Leurs pouvoirs sont parfois ‘magiques’. prenez par exemple la SAUGE et le THYM, très simple à préparer en infusion qu’ils soient frais ou lyophilisés. Ils combattront efficacement, naturellement et de manière peu chère les microbes qui s’attaqueront à vos bronches ou à votre gorge, à eux deux ils renforceront votre résistance à l’hiver et ce en infusion ou en gargarisme.


De même si une petite déprime ou un coup de mou vous tombe dessus pas besoin de vous ruiner en boissons énergisantes type « qui vous donnent des ailes », mais une infusion au romarin vous requinquera bien plus naturellement.


Au rayon des magiciennes, je demande ÉCHINACÉE bonne à presque tout en cette saison automnale, elle renforce, sous forme d’infusion également, le système immunitaire dans son ensemble.


Prise tout l’hiver elle éloignera rhumes, toux, etc..


Autre plante archi-connue, la CAMOMILLE, qui n’a jamais penché sa tête, recouverte d’un linge, au dessus d’un bol rempli d’eau bouillante et de fleurs de camomille afin de dégager des sinus bouchés.


Si ce sont vos articulations qui vous font souffrir en ces périodes de forte humidité, faites infuser de la REINE DES PRÉS, elle apaisera notablement douleurs rhumatismales et état grippal.


Dans l’ensemble, préfèrez des plantes séchées, leur efficacité n’en sera que plus grande.


Évitez d’y rajouter du sucre, préférez-y des fruits rouges surgelés par ex. Pour un résultat max. laissez infuser -+ un quart d’heure.


Voilà grâce à votre Chouette magazine, vous allez passer un hiver top.


L'adt est-il à la nostalgie ?

publiée le 18 novembre 2014


A voir le retour fracassant du style vintage, représenté par les années 50, 60,70 n’en doutons pas un seul instant.


En effet nous ne pouvons ouvrir un magazine de mode, de déco, de fooding ou autre, sans être frappé par l’omniprésence du style atomic représentatif de la période 1950-1960.


Les vêtements s’inspirent, comme dans ces années là, du style campus U.S. , la musique copie les rythmes et mélodies de Tamla Motown, Phil Spector et autres Led Zeppelin.


L’alimentation n’est pas en reste, en singeant par les couleurs et le graphisme, les emballages d’il y a cinquante, voire soixante ans.


Quand au mobilier et à la déco en général, partout des sideboards, highboard, vitrines au look Danish style en teck. Tous montés sur pieds compas.


Les tables basses s’appellent à nouveaux coffee table et ont des formes organiques, les luminaires sont à balanciers et de style potence à la Jean Prouvé. Tout est 5ties, 6ties, 7ties.


Pour illustrer la chose, adt a repéré sur la toile, un site particulièrement bien fait. Wallon qui plus est, assez rare pour le signaler. En effet WWW.VINTAGEMARKET.BE (contact@vintagemarket.be) est une plateforme internet dédiée à la vente de pièces estampillées vintage authentique.


Crée par une jeune entrepreneur, Magali Nelly, ce site unique vise à promouvoir en Wallonie, mais pas seulement, la preuve la nouvelle s-version en anglais afin de conquérir de nouvelles terres, la vente de mobilier, luminaires, vêtements clairement et authentiquement estampillés vintage.


C’est la fierté de Magali, elle accepte sur son site uniquement des pièces d’origine, vous n’achèterez donc jamais sur WWW.VINTAGEMARKET.BE, du MIC (made in china) vulgairement copié de pièces créées par de géniaux concepteurs à l’époque.


Les marchands professionnels vous y proposent leurs dernières trouvailles en exclusivité et ce de manière régulière. Facile à utiliser aussi bien pour commander que pour payer, le site évolue comme il se doit sur l’ensemble des réseaux sociaux. A vous d’y allez voir.


Pour nous un site Belge-Wallon qui promotionne des articles, des idées, des valeurs dans l’air du temps, on dit encore.


Nos Murs

publiée le 21 octobre 2014


Aujourd’hui l’Air du temps va s’intéresser à nos murs.


En effet, depuis le 16ème siècle et tout au long des suivants, il était de bon ton pour les nantis de tous poils de se faire tirer le portrait. A ces époques, évidemment pas de polaroid, de coolpix ou de Smartphone 12 millions de pixels. Ces braves gens devaient donc convoquer un portraitiste à leur domicile, qui venait avec pinceaux, peintures chevalet et autre attirail.


Et une fois le portrait terminé, encadré il finissait sur le plus beau mur du logis.


Et ainsi toutes les classes sociales ont suivi en suspendant toutes sortes d’huiles sur toiles, représentant des sujets mode de leurs époques respectives.


Au 21ème siècle Instagram, pinterest, Photoshop et les autres ont remisé tout cela au rayon du kitsch, et nous ont fait découvrir la photographie d’art.


Cette dernière est devenue sur le temps d’une décade un art florissant. Des galeries fleurissent un peu partout dans le monde, qui défendent chacune à leur manière la photographie contemporaine.


En 2014 il est devenu hype d’accrocher à nos cimaises des photos montées sur dibon ou perspex, et ce en grand format de préférence. Bien fini les portraits d’ancêtres figés dans leur dorure devenue kitch.


Sur internet aussi les galeries virtuelles se développent, comme Lumas ou Yellow Corner, qui possèdent aussi des magasins physiques.


On y trouve des centaines d’artistes représentés, abordant de multiples sujets. Les prix démarrent de manière fort démocratique et peuvent bien sur, pour des tirages très limités flamber. De +-100,00 euros à plusieurs milliers d’euros.


Néanmoins lorsque l’on constate certains prix d’artistes cotés, en salle de ventes, cela peut devenir, avec un peu de flair un investissement non négligeable.


Dans L’Air du Temps

publiée le 07 octobre 2014


Vous travaillez dans une entreprise qui a pris conscience que l’environnement direct de ses collaborateurs est devenu un élément majeur de leur bien être, donc de leur productivité.


Si oui votre entreprise est dans l’air du temps.


En effet à la suite des nombreuses START up californiennes et européennes, nombre de nos nouvelles entreprises se voient gratifiées de beaux reportages photos, dans nombre de magazines papier glacé life-style.


La sphère du travail subit une réelle r-évolution. Aussi bien dans l’aménagement du temps de travail ; Mr c Slim, l’homme le plus riche du monde (mexicain) prône un idéal dans lequel nous travaillerions moins (trois jours semaine), mais plus longtemps (70 ans), ce qui permettrait selon lui de créer plus (emplois, loisirs…), et de vivre mieux ( - de stress, - de maladies….).


Que dans celui de l’aménagement intérieur de nos lieux de travail et de nos tenues vestimentaires.


Le look Mad Men est loin, aujourd’hui vive la cool attitude, fini les cravates robes strictes et autres carcans post eighties, jeans, pull over et chaussures sport s’imposent.


Les horaires sont flexibles, les cantines servent des produits bio, hautement traçables, les salles de réunion ressemblent de plus en plus à des lounge bar, des amphis de campus.


Aujourd’hui il faut pouvoir se rencontrer, échanger et ce en permanence, fini donc le cloisonnement égoïste, vive l’ouverture d’esprit à tout crin.


Dans ce type d’entreprise, chacun pourrait se croire indépendant et totalement libre, travaillant face à un mur de briques nues, utilisant du matériel de style industriel, se relaxant au creux d’une lounge chair danish style, aux pieds de laquelle se trouve un tapis en laine à longs poils.


Beau tout ça, mais à ce jeu-là, la frontière entre travail et vie privée en prend un coup, on est vite tenté de faire plus pour le premier et moins pour la seconde.


Surtout qu’il y a aussi les tables de Ping pong, le terrain de tennis, la piscine etc.……


Et n’oubliez pas toute vérité est négociable.


Chronique "L’Air du Temps (adt)"

publiée le 23 septembre 2014


Votre Chouette magazine vous offre une nouvelle rubrique, l’Air Du Temps.


Chronique dans laquelle nous aborderons au fil des semaines ce qui fait, précisément, cet adt.


Nous verrons de quoi il se nourrit au quotidien, pour insidieusement transformer le nôtre, des orientations qu’il nous suggère de suivre.


Aborder un concept aussi Proustien qu’intemporel, qui capte tout ce qui l’entoure pour le restituer au plus grand nombre, est un jeu captivant, qui peut mener au cœur de notre époque.


Aujourd’hui il se compose d’éléments et d’idées issus en grande partie d’internet et des réseaux sociaux, avec par exemple la consommation collaborative, partager est devenu hype.


Nous ne pouvons tenter de capturer l’adt, que lorsque nous sommes en mode slow, encore un concept très dans l’adt, que notre esprit est au repos, que nous rêvassons, imaginons.


Il est à la fois évolutif et contradictoire.


Il nous prie instamment de partager nos vies sur de nombreux supports, nous pousse à donner notre avis sur tout et à tout le monde.


Il aimera aussi nous mettre en mode bio, manger moins de viande, plus de fruit et légumes. Que nous gaspillions, polluions moins nos éléments vitaux que l’air et l’eau.


Dès la prochaine édition nous aborderons des sujets précis, parlerons de personnes, qui influent sur l’adt.


A bientôt et n’oubliez jamais que toute vérité est négociable.


Chouette Magazine (Ma Coccinelle Communication) | rue de l'Abyme 5, RAMILLIES (Belgique) | +32 81 34 27 33

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter