Chouette Magazine

Marie Clément

Marie Clément

Conseils Vétérinaire

Catégorie : Santé

Chroniqueuse depuis février 2014



Cabinet Marie Clément

chée de Charleroi 45, bloc 4 - Thorembais

081 26 36 81 - 0479 71 30 65

La stérilisation, pour une vie longue et paisible... et moins de chatons malheureux !

publiée le 29 mars 2016


Beaucoup de propriétaires d’animaux considèrent encore que la stérilisation d’un animal est un acte « contre nature ». Il faut néanmoins savoir que l’ovariectomie de la chatte n’a pas pour seul intérêt de faire disparaître les comportements de chaleurs parfois difficiles à supporter mais qu’elle a également d’inestimables avantages en ce qui concerne l’état de santé futur de votre minette.


La stérilisation et la castration sont des interventions chirurgicales empêchant votre chat de se reproduire. La stérilisation se réfère à l’ablation des ovaires de la femelle, et la castration se réfère à l’ablation des testicules du mâle.


La stérilisation de votre chat femelle présente différents avantages, tant pour votre confort que pour sa santé. Evidemment, la stérilisation fait disparaître tous comportements de chaleur (miaulements intempestifs souvent nocturnes, demande d’affection excessives, troubles du comportement. De plus, elle permet de diminuer les maladies sexuellement transmissibles et tout transfert de maladies contagieuses.
Enfin, l’ovariectomie limite le risque d’apparition de tumeurs mammaires (cancer d’origine souvent hormonale chez la chatte). Sachant que les tumeurs mammaires sont très fréquentes chez la chatte (14 % de l’ensemble des cancers) et que ces tumeurs sont la plupart du temps malignes (dans 80 % des cas), la stérilisation est vivement recommandée. L’âge auquel est effectuée l’opération influe sur le risque ultérieur de développer des masses mammaires. Ainsi, une stérilisation avant les premières chaleurs (vers 6 mois) diminue de 91 % le risque d’apparition de tumeurs mammaires.
L’âge idéal de stérilisation de la chatte se situe donc juste avant les premières chaleurs (vers 6 mois).


Pour les chats mâles aussi, la castration est recommandée.
Les chats entiers ont tendance à fuguer pendant la saison des chaleurs. De plus, l’instinct de reproduction leur fait perdre la tête… ils traversent les routes et maraudent sans avoir conscience du danger… à la recherche de femelles. Ils sont également très territoriaux, n’hésitant pas à se battre violemment avec tout congénère qui se trouve « chez eux ». Ils reviennent à la maison, après plusieurs jours, avec des blessures de guerre… mais aussi avec des maladies contagieuses.
Le chat mâle peut aussi marquer son territoire en projetant quelques petites gouttes d’urine fort odorante sur le bas des murs (dans la maison comme à l’extérieur). Il se place le dos au mur, frétille de la queue qu’il met à la verticale et projette son urine à l’horizontale. L’odeur de l’urine d’un mâle adulte est si forte qu’on repère généralement depuis la cage d’escalier l’appartement d’un chat mâle entier.
Pour éviter ces désagréments, on castre les chats dès l’âge de 6-7 mois. L’opération est assez rapide et consiste à enlever les testicules.


Le seul inconvénient de la stérilisation est la prise de poids qui peut survenir après l’opération. Une alimentation adaptée à son nouveau statut permettra à votre animal de garder sa ligne !


Signe du traineau.... mais qu'est-ce que ça veut dire ???

publiée le 8 décembre 2015


Votre chien se frotte le derrière par terre, se lèche frénétiquement l'anus ou éprouve de la douleur lorsqu'il fait ses besoins ? Parasitisme ou problèmes de glandes anales ?


Les glandes anales, qu'est-ce que c’est ?
L’anus est bordé de part et d’autre de glandes appelées « glandes anales ». Celles-ci produisent un liquide épais recouvrant les selles lors de leur émission. Ce liquide, possède une odeur très forte et sert de marqueur du territoire pour les animaux. En cas de stress important, ces glandes pourront être vidangées spontanément par votre chien. Lors d’obstruction du canal excréteur d’une glande ou lors d’épaississement du liquide rendant la vidange difficile, une inflammation rapide et importante de la glande dans un premier temps puis de la zone péri-anale apparait. Vous pouvez alors observer le signe du traineau, votre chien se frotte les fesses par terre. En cas de persistance de l’état inflammatoire, une infection est à craindre pouvant aboutir à la formation d’un abcès voire d’une ulcération de la glande anale. Ce sont des infections souvent très douloureuses.


Pourquoi les glandes ne se vident pas ?
Plusieurs raisons peuvent provoquer l'engorgement des sacs anaux. L'émission de selles molles pendant plusieurs jours peut être une cause favorisante, de fait le liquide contenu dans les glandes anales n'a pas le temps de s'écouler lors de la diarrhée. De même, une obstruction des petits canaux par lesquels le liquide doit s’échapper par un corps étranger comme un œuf de ver intestinal empêche le bon écoulement du liquide. Pensez donc à bien vermifuger votre animal. L'obésité chez le chien peut également aboutir à l'obstruction du conduit. Enfin, une tumeur dans la région de l’anus peut venir comprimer les canaux d’évacuation de la sécrétion.


...Ou parasitisme ?
La présence de vers intestinaux notamment localisés dans la partie distale du tube digestif (le gros intestin) pourront entrainer des irritations de l’anus. En effet, certains vers adultes ou segments de vers sont mobiles et peuvent transiter le long du colon et du rectum pour émerger au niveau de l’anus créant ainsi une démangeaison rapidement transformée en irritation locale...entrainant également le signe du traineau !


Que faire en cas de signe du traineau ?
Contre le parasitisme, une vermifugation régulière au minimum 3 fois par an avec les antiparasitaires internes que vous trouverez chez votre vétérinaire : Milbémax, Drontal, Profender…


Pour la bonne santé des glandes anales, une vidange manuelle peut être nécessaire. Celle-ci évite une rétention trop importante du liquide et donc diminue les risques d'inflammation et d'infection. Ce geste technique est réalisé par votre vétérinaire. En cas d’infection récurrente d’une glande anale, une exérèse chirurgicale pourra être pratiquée ne gênant en rien le comportement social de votre compagnon.


Intoxication à la mort aux rats... chiens et chats, prenez garde!

publiée le 24 novembre 2015


Les intoxications par les anticoagulants (aussi appelés mort aux rats ou anti-vitamines K) sont la seconde cause d’intoxication chez le chien et le chat après les insecticides. Ce sont des produits utilisés pour éliminer les rongeurs nuisibles (rats, souris, loirs, campagnols, ragondins, rats musqués,…). Ils sont en vente libre. Les produits les plus anciens sont toxiques après plusieurs ingestions chez le rat tandis que les produits de nouvelle génération sont toxiques en ingestion unique. Ils sont donc également plus toxiques pour nos animaux domestiques. Ils se présentent sous des formes variées : céréales enrobées, granulés, blocs de paraffine hydrofuges. Le chien, le chat et les lapins sont sensibles aux anticoagulants. Les ruminants (bovins, caprins, ovins) y sont davantage résistants.


Nos animaux domestiques s’intoxiquent en consommant directement un appât qui n’a pas été correctement dissimulé ou non mis hors de portée (par acte de malveillance) ou en consommant un rongeur intoxiqué.
Pour les produits de première génération, plusieurs ingestions sont nécessaires pour déclencher l’intoxication. Pour les produits de seconde génération, la première ingestion est toxique. Choisissez bien l'endroit de conservation de la boite... ce sont des produits qui ont vraiment bon goût pour les animaux, les chiens et chats peuvent déchirer l'emballage et ingérer le tout!!!


Comment ça fonctionne? Les anticoagulants bloquent l’activation de la vitamine K1 qui est indispensable à la coagulation. L’animal saigne donc sans pouvoir s'arrêter, jusqu’à en mourir.
Si l'animal présente une plaie, l'hémorragie sera visible mais souvent les symptômes sont vagues et les hémorragies internes. La toxicité dépend du produit et de la quantité ingérée. Attention aux chats chasseurs : ils s'intoxiquent en consommant sur plusieurs jours des proies ayant ingéré le produit, sans avoir eux-mêmes accès au produit.


Les symptômes apparaissent entre 2 et 10 jours après ingestion de l'appât. Dans les cas graves, la mort survient rapidement. Les formes plus classiques débutent par de la fatigue, de l'anorexie, de la toux provoqués par les saignements internes. Ensuite les symptômes dépendent de la localisation des saignements: par exemple : des difficultés respiratoires comme de la toux (saignements thoraciques), des convulsions (saignements cérébraux), des saignements de nez, des selles noirâtres contenant du sang digéré (méléna), des urines rouges, vomissements contenant du sang, des hématomes...


Comment être certain que son animal est intoxiqué? Une simple prise de sang permet de tester la coagulation. Si vous voyez votre animal ingérer un produit anticoagulant et que vous êtes sûr que la quantité ingérée est infime (appât simplement léché ou seulement quelques graines ingérées), en une seule fois : il suffit de surveiller votre animal pendant une dizaine de jours. Si la quantité ingérée est importante : il faut vous rendre chez votre vétérinaire. Il peut vous proposer de faire vomir votre animal et de poursuivre le traitement en faisant avaler du charbon activé. On met en place un traitement antidote après vérification de la coagulation grâce à la prise de sang. N’oubliez pas d'apporter l'emballage du produit chez votre vétérinaire!!


Bébé arrive...pour une bonne cohabitation avec Médor!

publiée le 22 septembre 2015


Avant toute chose, il est important de comprendre que chaque chien a un tempérament différent. La race ne garantit aucunement la bonne entente du chien avec l'enfant. De plus, vous ne devez jamais oublier qu'un chien reste un chien et que même s'il ADORE tous les enfants, un accident est vite arrivé. Il n'y a donc pas de risque à courir : il ne faut jamais laisser un enfant avec un animal sans supervision.


La première étape à faire avant même l'arrivée de Bébé est de modifier votre routine habituelle et d'adopter (le plus possible) les nouveaux horaires en fonction de ceux que vous aurez lors de l’arrivée du bébé. Pourquoi? Parce que tout changement de routine est un stress pour le chien et qu'il faut lui laisser du temps pour s'adapter. De plus, lors du congé de maternité, la maman sera plus à la maison et son attention va se porter sur son compagnon à 4 pattes. Medor va s'habituer a cette situation et a ces marques d'attention si plaisantes. L'arrivée de bébé à la maison va considérablement changer votre vie, et par conséquent celle de votre chien. Alors qu'il était habitué à avoir toute votre attention, celle-ci se portera désormais sur votre bébé et votre chien risque de se sentir un peu délaissé au début. Essayez donc de lui consacrer 15 minutes/ jour (au minimum) et ce depuis le congé de maternité, afin d'eviter de passer de tout à rien! Certains chiens s'adaptent rapidement à la nouvelle situation et prennent le rôle de protecteur ou gardien. D'autres chiens en revanche sont plus lents à réagir et auront besoin d'un peu d'aide pour se sentir à l'aise dans cette nouvelle structure familiale.


Avant que le bébé arrive, laissez le chien explorer la chambre, sentir les jouets, les couches, la poudre, les crèmes et toutes les choses que vous utiliserez avec l’enfant. De cette manière, il s’habituera à toutes ces nouvelles odeurs. Si votre chien veut prendre un des objets du bébé, il faut lui dire « Non! » et lui dire de le laisser là. Ne le laissez pas non plus se coucher sur le linge du bébé (pour éviter qu’il ne le fasse lorsque l’enfant sera arrivé.)


Une fois que votre bébé est né, demandez à votre conjoint d’apporter un morceau de linge que le bébé a utilisé. Faites le sentir au chien (on peut même lui donner une gâterie pour qu’il associe l’odeur à quelque chose de positif ) et laissez-le dans la maison afin qu'il apprivoise cette nouvelle odeur. Enfin! C’est le grand jour de l’arrivée du bébé à la maison! Pendant que votre conjoint (ou autre) s’occupe de l’enfant, vous allez dire bonjour à votre toutou que vous n’avez pas vu depuis quelques jours. En faisant cela, vous accordez toute votre attention au chien qui risque d’être très énervé et très content de vous revoir. Laisser le se calmer puis l'heure des grandes présentations est arrivée!


Votre chien doit pouvoir sentir et explorer le bébé. Il est conseillé d’utiliser une laisse pour garder le contrôle si jamais un agression subite (ou un mouvement brusque non agressif ) devait survenir. Si votre chien a l’air d’avoir peur de l’enfant, encouragez-le gaiement à sentir l’enfant, flattez-le et massez-le dès qu’il se calme et se montre plus curieux face au bébé. NE PAS LE CONFRONTER EN LUI TENANT L’ENFANT DEVANT LE VISAGE!! Et surtout rester calme!


Si votre animal a beaucoup de difficulté à se calmer ou adopte un comportement non désiré, d’autres méthodes existent pour modifier ces comportements. À ce stade, il est préférable de consulter un spécialiste pour éviter les erreurs.


Quoi qu’il en soit, une fois bien préparés, la majorité des chiens deviennent de merveilleux compagnons pour les enfants. Mettez toutes les chances de votre côté!


La tonte du cheval : juste pour le look ?

publiée le 31 mars 2015


Pourquoi certains propriétaires décident de tondre leur cheval quand d’autres, dans les mêmes conditions, préfèreront le laisser “au naturel” ? En d’autres termes : faut-il ou ne faut-il pas tondre son cheval pour l’hiver ? Voici quelques pistes de réflexion.


Le poil d’hiver a des propriétés isolantes remarquables : il protège le cheval de l’humidité extérieure tout en le gardant bien au chaud. Outre son “poil de nounours”, le cheval est doté d’un système qui lui permet de hérisser son poil lorsqu’il a froid : une mince couche d’air se forme alors à la surface de sa peau, formant ainsi une couverture naturelle et particulièrement efficace. Seul inconvénient : ce poil d’hiver est conçu pour protéger le cheval de l’extérieur et non de l’intérieur. Lors d’un effort physique, le cheval transpire exagérément (vous avez déjà essayé de faire un footing enveloppé dans un manteau épais ?) et l’humidité produite ne s’évapore que très difficilement sous cette épaisse couche de poils. Le cheval risque alors de prendre froid, d’où l’intérêt de mettre un soin tout particulier à le sécher après le travail. Ce processus de séchage est toutefois très long, il faudrait que le cheval marche au pas pendant plusieurs heures avant d’être parfaitement sec ou que vous passiez la nuit à le bouchonner ! Le poil d’hiver est particulièrement adapté aux chevaux qui ne travaillent pas.


- LA TONTE D'HIVER :
Avantages : Même après une séance de travail intensive, le cheval ne dégouline pas de sueur et est donc très facile à sécher ! Plus besoin de passer 3 heures à marcher un cheval en main et à le bouchonner avec de la paille…
Inconvénients : La tonte est une étape traumatisante pour le cheval car il perd tout d’un coup énormément de chaleur dans son corps : durant la tonte, pensez d’ailleurs à le couvrir très rapidement. L’autre inconvénient c’est qu’il faut toujours couvrir un cheval, que cela soit avec des couvertures plus ou moins épaisses au repos, ou bien avec un couvre-reins en début et en fin de travail. Enfin, le fait de porter une couverture tout au long de la journée entraîne des risques de blessure, notamment au niveau du garrot.
A conseiller pour : les chevaux de sport ainsi que les chevaux qui travaillent de manière plus ou moins intensive chaque jour, vivant de préférence au box.


- LE PELAGE D'HIVER AU NATUREL :
Avantages : Le poil est une protection naturelle contre le froid : le cheval n’aura pas besoin d’être couvert de tout l’hiver, même s’il reste en prairie.
Inconvénients : Le cheval transpire énormément durant les séances, et il est très difficile (et long !) de le sécher après le travail.
A conseiller pour : Les chevaux rustiques, qui ne sont montés que quelques fois par semaine.


La malpropreté chez le chat... une fatalité ?

publiée le 10 février 2015


D' habitude, le chat est un animal très méticuleux lorsqu'il s'agit de la propreté, il se servira toujours d'une litière à l'intérieur ou de terre dans le jardin. Il est capable d'utiliser une litière dès l'âge de 2 mois. Cela peut donc sembler inquiétant lorsqu'un chat commence à s'oublier dans la maison. Un accident peut se produire ponctuellement si un chat est malade, s'il s'est fait enfermé dans une pièce ou si quelque chose l'a soudainement effrayé. Mais si la malpropreté à la maison persiste, vous devrez en rechercher les causes pour la santé et le bien-être du chat. Quelle qu'en soit la cause, évitez de le gronder. Cela ne fera qu'augmenter son anxiété et accroître le problème. De plus en langage félin, le mot «méchanceté» ou vengeance n'existe pas! Il faut donc chercher les causes qui peuvent être différentes et plus élaborées que ce que l'on pense.


Les causes les plus fréquentes mais aussi les plus simples à résoudre sont celles liées à l'environnement. Vous devez vous assurez que la litière est toujours propre (ramassage des excréments une fois/ jour et nettoyage complet du bac une fois/ semaine). De plus, les chats aiment l'intimité, veillez à placer le bac à litière dans un endroit où il n'y a pas trop de passage, pas trop près du lieu d'alimentation, ni près d'un éléctro-ménager (lave-linge ou lave-vaisselle)...les bruits peuvent les surprendre, les chats ne seront donc plus en confiance et craindront le bac! Ils ne comprennent pas d'où vient «l''ennemi». De plus, nos amis félins sont parfois difficiles, un changement de substrat (marque de litière ou parfum de la litière) peut les déranger et provoquer un refus d'utiliser le bac. Gardez donc les habitudes de Minou! Si plusieurs chats doivent cohabiter, veillez à mettre à leur disposition un nombre suffisant de bacs à litière (on compte une de plus que le nombre de chats présents dans la maison), ils n'aiment pas partager et ont chacun leurs préférences.


Qu'il s'agisse ou non d'un accident, une fois que le chat a souillé un endroit, son odorat ultrasensible l'encouragera à y retourner régulièrement pour y faire ses besoins. La meilleure manière de rompre cette habitude est d'éloigner le chat aussi longtemps que possible de l'endroit, d'éliminer toute odeur que le chat pourrait détecter et de changer la disposition de l'endroit en utilisant par exemple un meuble pour bloquer l'accès. Nettoyez le lieu en utilisant une solution à base de 10% de lessive en poudre biologique/enzymatique ou avec du vinaigre blanc. Rincez à l'eau froide et laissez sécher. Minou ne détectera plus d'odeur d'urine!


Cependant, le plus fréquemment et le plus difficile à identifier par les maîtres, reste les causes psychologiques. En effet, lorsqu’on parle de stress du chat, les maîtres ne peuvent en comprendre la raison. En revanche, les félins perçoivent très bien les modifications de l’environnement ou l’atmosphère plus ou moins tendue du noyau familial, et ils expriment leur malaise de façon très personnelle. Leur manifestation la plus courante consiste à marquer le territoire, en urinant ou en déféquant n’importe où afin de laisser leurs marques dans l’environnement, affirmant ainsi leur identité. Les motifs de tension les plus fréquents peuvent être :
l’arrivée d’invités ou d’enfants, souvent bruyants, l’arrivée d’un nouvel animal dans la maison, un deuil au sein de la famille, des modifications importantes de la routine familiale quotidienne,...


Des raisons de santé peuvent rendre un chat malpropre. Par exemple, un chat vieillissant a moins envie de s'aventurer sous la pluie ou avoir du mal à utiliser sa chatière. Il est de même avec les litières couvertes qui peuvent représenter un obstacle pour un chat ayant des douleurs articulaires.


Si la malpropreté persiste, votre Minou souffre peut être d'une pathologie de la vessie (cystite ou calculs urinaires) ou d'une maladie qui le fait boire plus que d'habitude, parlez-en avec votre vétérinaire...mais il existe des solutions!!


L'intoxication au chocolat

publiée le 27 janvier 2015


Le chocolat, une petite douceur qui nous fait plaisir mais nocive pour nos boules de poils. Le chocolat toxique pour nos animaux vrai ou faux? La réponse est oui. La toxicité dépend cependant du type de chocolat, de la taille de votre chien, et de la quantité ingérée. Alors pourquoi consommer du chocolat pour le chien est-il dangereux ? Quels sont les symptômes en cas d’ingestion ? Et enfin, comment faut-il réagir si son chien a mangé du chocolat ?
La fréquence des intoxications du chien par le chocolat est plus importante pendant la période des fêtes de fin d'année. Il existe aussi une augmentation des cas d'intoxication recensés par les Centres Anti-poisons Vétérinaires à Pâques.


Pourquoi les chiens ne peuvent-ils pas manger de chocolat?
Le cacao contenu dans le chocolat contient principalement de la théobromine et, dans une moindre mesure, de la caféine. La théobromine est un composant que nous, les humains, pouvons tout à fait digérer mais ce n’est pas le cas pour nos chiens. En effet, lorsqu’un chien a mangé du chocolat, son organisme a beaucoup de mal à l'éliminer. C’est pour cela que le chocolat pour les chiens représente un poison à une certaine dose. Et attention, les doses s'accumulent tout au long de la vie de votre compagnon...donc même un petit morceau tous les jours peut provoquer une intoxication au bout de quelques années! Cependant tous les chocolats ne présentent pas la même dose de théobromine. Ainsi, le chocolat noir et le chocolat à cuire qui contiennent beaucoup de cacao sont les plus dangereux. Dans une moindre mesure, suit le chocolat au lait. Enfin, le chocolat blanc qui contient très peu de cacao est moins, voire pas dangereux, pour les chiens.


Quels sont les signes et symptômes d'une intoxication au chocolat?
Si vous constatez que votre chien a ingurgité du chocolat, vérifiez la quantité ingérée, la teneur en cacao du chocolat mangé et enfin calculez le niveau de dangerosité en fonction du poids de votre chien. L’empoisonnement commence à partir de certaines doses :

  • 1 gramme de chocolat noir ingéré par kilo de poids corporel, soit 10 grammes pour un chien de 10 kg, 25 grammes pour un chien de 25 kg.
  • 10 grammes de chocolat au lait par kilo de poids corporel, soit 100 grammes pour un chien de 10 kg, 250 grammes pour un chien de 25 kg.


Après ingestion les symptômes apparaissent progressivement. À faible dose et au début d’un empoisonnement aigu, vous pouvez remarquer une hyperactivité prononcée, des vomissements et/ou de la diarrhée, votre chien peut boire et uriner de façon excessive et respirer plus rapidement que d'habitude. Si votre compagnon a ingéré des doses plus importantes, les symptômes sont différents, à savoir des tremblements musculaires et/ou des convulsions pouvant aller jusqu'à la perte de conscience. La mort survient dans un délai de 18 à 24 heures après l’apparition des troubles du rythme cardiaque, donc inutile de préciser qu’il faut agir rapidement.


Dans les premières heures, il faut essayer de faire vomir le chien intoxiqué. Si le niveau d’intoxication est élevé et que vous avez le moindre doute, appelez ou rendez-vous immédiatement chez votre vétérinaire, chaque heure compte. Il n’existe pas d’antidote, le vétérinaire mettra alors en place un traitement symptomatique pour limiter par exemple les convulsions ou encore l’absorption de la théobromine.


Le meilleur moyen d’éviter une intoxication au chocolat pouvant être mortelle pour votre chien est encore la prévention. Ne laissez pas à portée de museau tout poison potentiel pour votre chien!


L'arthrose...une douleur de saison!

publiée le 09 décembre 2014


L'arthrose du chien ou du chat, comme celle de l'homme, est un vieillissement prématuré des articulations. Les os sont protégés par ce qu'on appelle du cartilage articulaire. Dans les cas d'arthrose, ce cartilage se détériore progressivement et anormalement. Cette détérioration va faire disparaitre le rôle d'amortisseur des chocs du cartilage provoquant ainsi des douleurs. L'arthrose touche beaucoup les animaux de compagnie, simplement parce que ce sont des quadrupèdes et donc qu'ils sollicitent énormément leurs articulations. On estime que l'arthrose touche en moyenne un chien sur cinq...


Quels sont les signes et symptômes de l'arthrose? Comment savoir si votre animal en souffre?


L'arthrose provoque des symptômes discrets, souvent peu visibles et elle évolue lentement. Au début de la maladie, l'animal n'exprime que peu la douleur mais il la «montre» à son propriétaire en réduisant son activité habituelle (promenades plus courtes, pas d'entrain pour les jeux, difficultés pour monter les escaliers,...) De plus il peut montrer des signes de raideurs ou des difficultés à se lever après être resté longtemps couché. Ensuite seulement, peuvent apparaitre des boiteries. La raideur ou la boiterie apparait à froid, lorsque le chien s’est reposé et s'améliore après quelques mouvements. Dans les stades d'arthrose très sévère l'animal peut se plaindre à certaines occasions et lécher les articulations douloureuses. L'arthrose peut également le rendre agressif. Comme il a peur d'avoir mal, il grogne pour se défendre. Attention avec les jeunes enfants!!! Les changements de température ou un effort physique intense peuvent aggraver la douleur, on parle alors de crise aigüe d'arthrose et il faut rapidement traiter la douleur pour qu'elle ne devienne pas chronique.
Une douleur traitée rapidement nécessite un traitement moins long qu'une douleur installée depuis longtemps! Chez le chat, les symptômes sont encore plus discrets. Si vous remarquez que votre compagnon passe plus de temps à dormir, joue moins, ou s'il a difficile à sauter sur un meuble ou une chaise, s'il fait moins sa toilette, il est important de consulter un vétérinaire. C'est probablement la manifestation de l'arthrose !


Malheureusement, une fois installée l'arthrose ne disparait plus. Il est donc extrêmement important de réagir vite et de traiter l'animal le plus rapidement possible. Le traitement de l’arthrose consiste à freiner sa progression et à empêcher le chien de souffrir. Si le traitement est mis en place suffisamment tôt votre animal va rapidement retrouver une seconde jeunesse. Et si vous poursuivez correctement ce traitement il vivra encore de longues années.


Lors de crises aigües, votre vétérinaire administrera à votre animal un anti-inflammatoire. Au départ la durée d'administration des antidouleurs peut être relativement longue. Le but du traitement est d'éviter l'apparition de douleurs chroniques et donc de soulager votre animal. Attention, l'arthrose se manifeste chez les animaux âgés, il faut donc surveiller les fonctions rénales et hépatiques (par prise de sang) 2 fois/an lors de la prise d'anti-inflammatoires. Mais les médicaments ne suffisent pas au traitement. Un maintien de l'exercice physique régulier afin d'entretenir sa musculature ainsi qu'une surveillance du poids sont nécessaires à la meilleure récupération de votre animal. Beaucoup d’espoirs reposent sur des substances qui stimulent la régénération du cartilage. Les deux produits les plus utilisés sont la glucosamine et le sulfate de chondroïtine. Ils ont prouvé leur efficacité tant chez l'homme que l'animal. Un supplément alimentaire d’acides gras polyinsaturés oméga 3 est également très utile pour lutter contre l’inflammation.


L’arthrose est une maladie très invalidante pour le chien lorsqu’elle n’est pas traitée mais ce n'est pas une fatalité...La richesse des possibilités thérapeutiques disponibles aujourd’hui peut leur éviter bien des douleurs inutiles. Demandez conseil à votre vétérinaire...


Les chats... gourmets et gourmands ! (suite)

publiée le 21 octobre 2014


Contrairement au chien, que la domestication a profondément modifié à tous points de vue, le chat domestique a très peu changé, (en particulier d'un point de vue digestif), par rapport à son ancêtre Felis sylvestris lybica. Son comportement alimentaire est celui d'un prédateur, avec une quinzaine de petits repas par jour. Un accès à la gamelle en permanence est conseillé afin de favoriser ce comportement. Son aliment idéal se compose de près de 70 % d'eau, avec beaucoup de protéines (viandes), et très peu de glucides (sucres).


De manière générale, il peut recevoir principalement trois types d'alimentation:

  • l'aliment humide (boites, sachets fraicheurs, ...) : très appétant, équilibré si c'est une marque de qualité et il a une teneur en eau élevée. Par contre, il est coûteux (quand il est de qualité: marques haut de gamme hill's, royal canin, pro-plan, eukanuba) et sa conservation est courte une fois mis en contact avec l'air. De plus, il y a un risque de diarrhée s'il le chat n'est pas habitué.
  • l'aliment sec ou croquettes : bonne conservation, action abrasive sur les dents, équilibré si croquettes de qualité et pas très cher en coût journalier. Certains chats âgés peuvent présenter un risque de constipation en mangeant uniquement une alimentation sèche (Pour les chats au transit capricieux, un petit mélange d'aliment humide et sec apporte une solution.). L'appétence peut être variable : le mieux est d'habituer votre chaton le plus rapidement possible à ce mode alimentaire.
  • la ration ménagère : très appétente et proche de la nourriture naturelle. Mais plutôt coûteuse et triage possible par le chat. De plus, pour que cette ration soit équilibrée, elle est difficile à préparer car il faut bien doser chacun des composants. Pour la viande, on peut donner du poulet, de l'agneau, du dindonneau, du lapin, etc.... Pour les féculents, le mieux c'est le riz et les pâtes et comme légumes, des légumes verts des haricots et des carottes. Il faut aussi y ajouter de l'huile végétale (maïs, tournesol ou olive) et un peu de carbonate de calcium afin de lui apporter toutes les vitamines nécessaires. Si vous envisagez de cuisinez pour votre chat, demandez conseil à votre vétérinaire...Une ration équilibrée se calcule!


Si un chat mange de l'herbe, c'est par instinct car cela permet de faciliter le transit intestinal et d'éliminer les boules formées par les poils ingurgités lors de sa toilette. Par contre, contrairement à une idée reçue, elle ne permet pas d'éliminer les vers et ne remplace donc pas le vermifuge.


Il est essentiel que le chat reçoive une nourriture pour chat et pas pour chien. Pourquoi ? A cause de la taurine. La taurine est un acide aminé (partie de protéine) qui est nécessaire à la formation des sels biliaires, au fonctionnement du coeur, de la vue et du système reproducteur. Le chat ne sait pas le fabriquer en quantité suffisante pour être en bonne santé. Il doit donc la trouver dans la viande et dans les aliments pour chats (humide ou sec) qui en contiennent beaucoup plus que l'alimentation pour chiens car eux ils la fabriquent en quantité suffisante.


L'alimentation du chat varie aussi en fonction de son âge. L'alimentation chaton doit être donnée jusqu'à la stérilisation, soit le plus souvent jusqu'à l'âge de six mois. La transition de l'aliment "chaton" à l'aliment "adulte stérilisé" ou "adulte" doit se faire sur une semaine. Au départ, les nouvelles croquettes sont introduites en petites quantités, puis les proportions sont inversées progressivement au cours de la semaine. Ceci peut éviter quelques problèmes digestifs, diarrhées. En cas de stérilisation, le passage à un aliment spécifique "chat sterilisé" est fortement conseillé afin de limiter la prise de poids, et de prévenir l'apparition des cristaux urinaires. Entre 8 et 10 ans, il convient de passer à un aliment adapté aux besoins du chat âgé : moins riche en sel pour le coeur, avec moins de protéines, mais de meilleure qualité pour les reins, moins calorique (le chat devenant plus casanier), enrichi en antioxydants pour le vieillissement cérébral, et en protecteurs du cartilage pour les articulations…


Les chats... gourmets et gourmands !

publiée le 09 septembre 2014


L’alimentation du chat doit couvrir ses besoins d’entretien et ses autres dépenses énergétiques. La nourriture pour chat que vous choisirez doit donc être composée d’ingrédients de qualité, bien équilibrés et distribués en bonne quantité. La nourriture de Minou devra donc être justement proportionnée en fonction de ses besoins qui dépendent, entre autre, de son âge, sa santé, d’une éventuelle castration ou encore de sa race. Notez que le chat a tendance à ingérer toujours la même quantité de nourriture, qu’elle soit plus ou moins riche. Donc attention au surpoids, notamment pour un chat vivant en appartement.


Le chat est un carnivore plus strict que le chien, mais une ration équilibrée ne doit pas être composée uniquement de viande ou de poisson. Le chat est également plus sélectif que le chien et peut refuser une nourriture qui ne lui plait pas. Son approche vis-à-vis des aliments est avant tout stimulée par l’odorat. L’acuité olfactive initiale s’accroît quand le chat a faim et faiblit quand il est rassasié. Il préfère donc les aliments à 38 °C, la température du corps de ses proies naturelles. Il apprécie moins les aliments trop froids ou trop chauds. Si vous voulez ruser, servez-lui un mets qu’il aime moins à 0 °C!


Le chat est désormais un animal de compagnie très bien domestiqué. Cependant, l’instinct persiste et se manifeste aussi devant la gamelle. C’est ainsi qu’il attrape un morceau de nourriture avec ses pattes, le sort de l’écuelle et l’éloigne, pour ensuite le rattraper et éventuellement l’emporter ailleurs, ou le déposer au pied de son maître comme s’il s’agissait d’un trophée. C'est un comportement naturel qui reproduit le «jeu» avec la proie.


Sa façon de prendre la nourriture est généralement très délicate et l’on a constaté l’existence de trois modes de préhension de l’aliment, notamment quand il s’agit de croquettes : labial, lingual supérieur et sublingual.
Le mode labial, le plus courant, consiste à attraper la croquette avec les incisives sans utiliser la langue.

Le mode lingual supérieur consiste à attraper la croquette en la léchant.

Le mode sublingual ou lingual inférieur consiste à attraper la croquette avec la partie inférieure de la langue et à la tourner dans la bouche pour pouvoir l’ingérer. A chacun sa façon, mais comment mange votre Minou? Observez-le...


Le gout joue bien évidemment un rôle très important dans le choix de l'alimentation du chat et l’on a remarqué qu’il apprécie plus particulièrement le goût acide.
Le chat distingue quatre saveurs : le doux, l’amer, le salé et l’acide. Le goût est un véritable apprentissage dès le plus jeune âge. Le chat est conditionné par les premiers aliments qui lui sont proposés et est capable de refuser tout autre aliment s’il est trop habitué à un type alimentaire.


Les chats, par leur nature, chassent en solitaire et n’arrivent à se nourrir que lorsqu’ils capturent et tuent une proie.
Par conséquent, à la maison aussi, ils se comportent de la même manière. Ils préfèrent consommer 12 à 20 repas par 24 heures . Chaque repas ayant une durée de 2 à 3 minutes.
Alimentés de cette façon, ils s’autorégulent, contrairement aux chats contraints d’ingurgiter de gros repas 1 ou 2 fois par jour.


Le comportement alimentaire du chat n'a désormais, plus de secrets pour vous. Mais que faut-il lui donner à manger? Quelques conseils dans le prochain numéro...


Quand, comment et avec quels produits bien vermifuger son animal... Une question fréquente !

publiée le 15 juillet 2014


Comment vermifuger un chien ou un chat ? Quand et à quelle fréquence donner les vermifuges à nos animaux ? Pourquoi est-il vraiment important de vermifuger son animal ?
Nos animaux de compagnie font souvent partie de la famille, ils dorment parfois dans nos lits, partagent les jeux des enfants, montent sur nos tables ou encore nous lèchent le visage...Or nos petites boules de poils peuvent être porteurs naturels de parasites internes, plus fréquemment appelés "vers". Ces vers peuvent avoir des effets réellement néfastes pour la santé de votre animal: diarrhées, retard de croissance, diarrhées hémorragiques, vomissements, problèmes respiratoires... De plus, certains d'entre eux sont transmissibles à l'homme (plan de travail, contact avec la salive, contact avec les selles...).


Il existe deux types de vers pouvant infecter votre animal: les vers plats ou cestodes et les vers ronds ou nématodes. Dipylidium caninum est le vers plat (ténia) le plus couramment rencontré chez nos animaux domestiques. Il est présent dans l'intestin des chiens et chats lors d'infestation par les puces. Lorsqu'un animal est porteur, le propriétaire peut noter la présence de segments de vers dans les selles de son animal et/ou à l'endroit de couchage. Ceux-ci ressemblent à des petits grains de riz séchés. Les vers ronds sont, quant à eux, plus répandus chez les chiots. Cependant, les chiens adultes peuvent être contaminés tout au long de leur vie. Les plus populaires sont les ascaris, ils ressemblent à des fins spaghettis blancs-jaunâtres de 5 à 10 cm de long. Chez le chien ou le chat, leur présence peut entraîner une alternance de diarrhée et de constipation, une perte d'appétit, des vomissements, une perte de poids ou des occlusions intestinales. Leur présence chez l'adulte peut passer inaperçue, d'où l'importance de vermifuger votre animal même à titre préventif. D'autres vers ronds nommés ankylostomes sont plus dangereux pour la santé de nos compagnons. Ce sont des vers fins de petite taille qui se fixent à la paroi intestinale du chien/chat et qui se nourrissent de son sang. Ils peuvent provoquer de graves maladies, une perte de poids et une diarrhée noirâtre qui est un signe d'alerte pour le propriétaire. Attention, les vers ne sont pas tous intestinaux. Ils peuvent élire domicile dans les muscles, dans les poumons ou encore dans le coeur. Ces derniers sont fréquents dans les pays tropicaux et dans le sud de la Fance. Pensez à traiter votre animal contre la Dirofilariose si vous partez en vacances avec votre compagnon.


Votre animal peut être infesté de différentes manières. Soit directement, par contact oral avec un environnement contaminé (trottoir, jardin, ingestion d'herbe, bac à sable, ...) Soit de façon indirecte: les chiots sont contaminés par les larves d'ascaris transmises par la mère (via le placenta ou le lait maternel). Les animaux adultes sont en contact avec les vers en consommant de la viande crue ou des rongeurs (et autres proies pour les chats).


En outre, certains vers intestinaux peuvent présenter un danger pour votre santé (risque de contamination plus important pour les enfants.)


Il est donc important de vermifuger votre animal, mais à quelle fréquence? Pour un animal adulte, 4 vermifugations par an sont recommandées. Pour les jeunes animaux (chiots ou chatons), il faut un traitement mensuel jusqu'à l'âge de 6 mois. Ensuite, de l'âge de 6 mois à un an: 1 prise de vermifuge tous les 2 mois. Chez les femelles, il est conseillé de vermifuger avant la saillie et avant la mise bas (quinze jours), puis cinq semaines après la mise bas. Le fureton (petit furet) doit être vermifugé dès l’âge de six semaines à raison d’une fois par mois jusqu’à ses 10 mois. Ensuite, il faudra donner un vermifuge deux à quatre fois par an, selon le mode de vie de l’animal.


Il existe, de nos jours, des vermifuges sous toutes sortes de formes: pâte, cachets, spot-on (pipettes), comprimés aromatisés facilitant la prise spontanée par l'animal...Chacun peut donc choisir la forme la plus facile à administrer à son compagnon.


Demandez conseil à votre vétérinaire quant au spectre d'action de chaque vermifuge et à celui le plus adapté à votre animal.


Le départ en vacances...

publiée le 17 juin 2014


Le soleil brille et les vacances se profilent à l'horizon. Vous emmenez votre compagnon? Quelques petites précautions et vérifications pour que tout se passe bien...


Quelle que soit votre destination à l'étranger, votre chien ou chat doit être vacciné contre la rage. La vaccination ou le rappel doit être effectué minimum 21 jours avant le départ pour être valable. Attention, cela s'applique également pour les week-ends en Ardennes et toute région au sud du sillon Sambre et Meuse. Cependant, certains pays ont des législations un peu plus complexes comme l'Angleterre, la Suède ou Malte. Pour ces pays, il faut prévoir un délai de 6 mois pour les formalités.


Le trajet en voiture: Si votre compagnon est habitué aux trajets en voiture, pas de problèmes mais s'il est jeune ou non habitué, il peut souffrir du mal des transports (nausées, tremblements, bave excessive ou même vomissements dès la mise en route.) Ce n'est pas une fatalité! Il existe des solutions faciles et efficaces: par exemple un traitement à donner quelques heures avant le départ assure un voyage agréable pour tout le monde. Dans l'habitacle, installez-lui un endroit sécurisé: cage, couverture, ceinture de sécurité (obligatoire en Allemagne), ... Prévoyez des arrêts fréquents pour qu'il puisse se dégourdir les pattes, se désaltérer et faire ses besoins. Sur les aires de repos, les promenades se font en laisse pour éviter les accidents. Ne laissez jamais votre chien seul dans la voiture surtout au soleil et vérifiez la température de l'habitacle... Pour les chats, les trajets se font dans une cage de transport suffisamment grande et munie d'une surface confortable (coussin, couverture,...) pour un meilleur confort. . Vérifiez que celle-ci ne se trouve pas en plein soleil lors du trajet.


Le trajet en train: Le voyage est gratuit pour votre compagnon s'il est dans une cage. Pour les grands chiens, ils doivent être tenus en laisse et avoir un titre de transport. Prévoyez toujours une muselière, les mauvaises rencontres peuvent se faire partout.


Le trajet en avion: Chaque compagnie aérienne à ses propres règles. Contactez-les pour plus d'informations.


Sur place...: Dans les pays méditerranéens, on trouve des maladies inconnues dans nos régions. Elles sont transmises par des vecteurs (tiques, puces, moustiques,...) contre lesquels vous pouvez protéger vos animaux. Pour une bonne protection, il faudra prévoir un traitement contre les tiques (pipette ou collier) ainsi qu'une pince adéquate afin de les retirer le plus rapidement possible. Les tiques peuvent transmettent la Babésiose, la maladie de Lyme, l'Erlichiose,... Pensez à mettre votre compagnon à l'abri des moustiques et des phlébotomes, vecteurs de vers cardiaques (Dirofilariose) et de Leishmaniose. Les insectes sont plus actifs au lever et au coucher du soleil, évitez donc les promenades pendant ces périodes. De plus, il existe des colliers répulsifs et des sprays qui vous aideront dans cette lutte. Les autres insectes (abeilles, guêpes, araignées,..) peuvent eux aussi piquer nos animaux et provoquer une réaction allergique. En cas de rougeur, gonflement et/ou suintement, consultez un vétérinaire.


Dernier conseil, les chiens souffrent plus vite de la chaleur que nous car ils ne transpirent pas! Haleter est le seul moyen dont dispose votre compagnon pour réguler la température de son corps. S'il n'arrive pas à baisser sa température, il risque un coup de chaleur...qui peut être mortel. Vérifiez qu'il puisse toujours se reposez à l'ombre avec une gamelle d'eau fraiche...si l'état de votre compagnon est préoccupant, consultez rapidement un vétérinaire.


Bonnes vacances à tous....


Pour un lapin toujours en bonne santé...

publiée le 20 mai 2014


Les lapins sont des animaux de compagnie plutôt populaires. Ce sont des animaux charmants avec un caractère doux et paisible mais qui demandent de l'attention et des soins particuliers tout au long de leur vie. La décision d'acquérir un lapin doit être mûrement réfléchie car c'est un engagement à long terme.


Les jeunes lapins peuvent être adoptés dès la fin du sevrage, vers l'âge de 8 semaines. La durée de vie moyenne est d'environ 8 à 10 ans. Le mâle atteint la maturité sexuelle vers l’âge de 6 à 7 mois, tandis que la femelle le devance généralement d’un mois. La femelle peut être en chaleur pendant les 12 mois de l'année et la période de gestation est d'environ 30 à 32 jours.


Les lapins sont coprophages (ils mangent leurs selles). Les selles ingérées sont molles et recouvertes d’une sécrétion mucoïde. Cette activité nocturne est nécessaire afin qu’ils puissent conserver une flore intestinale en bonne santé. C'est pourquoi les cages grillagées ne sont pas recommandées car le lapin ne peut pas avoir accès à ses selles. Avec un peu d'entrainement et de la patience, les lapins peuvent apprendre à uriner et déféquer dans une litière exactement comme les chats.


Les lapins peuvent vivre en semi-liberté à l'intérieur. Pour cela, vous devez sécuriser leur environnement car les lapins aiment creuser et ronger. Protégez donc vos meubles, et pour la sécurité de votre lapin, protégez tous les fils électriques à l'aide de protèges câbles (risques d'électrocution...)


Leur cage doit leur permettre de s'étirer, de creuser, de courir, de se divertir, de se cacher et de se tenir debout sur leurs pattes arrière. L'idéal est d'offrir à votre lapin, en plus de sa cage (minimum 1 mètre), un espace sécurisé (enclos) dans lequel il pourra faire son exercice et explorer son environnement. L'idéal est de garder le lapin sur une litière (paille, copeaux, tapis, ...) Cependant, il faut éviter les copeaux de cèdre ou la sciure qui peuvent provoquer des problèmes respiratoires. La cage doit être placée dans un endroit bien ventilé et à une température constante de 15-20°C. Le lapin est très sensible aux écarts de température (autant la chaleur que le froid). La cage doit être nettoyée deux fois par semaine. Nous vous recommandons de lui faire faire de l’exercice (environ 4 heures par jour), surtout si sa cage est petite. Un lapin qui ne bouge pas assez peut avoir des problèmes de digestion et d’obésité.


Le lapin est un herbivore strict. Pour lui assurer une alimentation équilibrée, il faut lui proposer des granulés complets pour lapins et du foin à volonté. Des fruits et légumes frais qu'il apprécie beaucoup, sont alors distribués en supplément. Votre lapin peut ingérer des boules de poils mais est incapable de les vomir. Pour les lapins qui ont ce problème, vous pouvez mélanger au biberon environ 10 ml de jus d’ananas frais. Cette ‘cure’ peut être faite quelques fois par année, au moment de la mue. Afin de lui éviter des problèmes de santé, vous pouvez également lui donner une pâte laxative féline deux à trois fois par semaine.


Les dents du lapin poussent en permanence et s'usent par frottement. Chez certains sujets, l'usure ne se fait pas bien et peut rendre l'alimentation difficile, voire impossible. Il est facile de voir que des incisives sont anormalement longues, en revanche lorsque le problème concerne les molaires, un diagnostic par le vétérinaire est nécessaire. Dans tous les cas, la coupe-limage des dents doit être réalisée. Les griffes : elles ont du mal à s'user chez le lapin qui vit en appartement et peuvent devenir trop longues. Il est nécessaire de les couper (ou de les faire couper) afin d'éviter qu'elles ne gênent ou blessent. La castration du lapin mâle se fait vers 6 mois et elle diminue l’agressivité et les comportements de marquage.


La femelle peut aussi être stérilisée à 6 mois. La stérilisation diminue aussi les risques d’infection de l’utérus et de tumeur utérine. Il est recommandé de faire vacciner votre lapin contre deux maladies graves : la myxomatose et la maladie virale hémorragique, surtout si votre compagnon à un accès à l'extérieur.


La tique, petit acarien beaucoup trop présent !

publiée le 22 avril 2014


Les tiques sont des parasites malheureusement très répandus en Belgique.


C'est un acarien de grande taille présent dans l'environnement, en particulier dans les zones forestières et broussailleuses, essentiellement au printemps et à l'automne.


Au cours de sa vie, une tique passe par trois stades différents: larve, nymphe, et adulte. Elles peuvent parasiter des rongeurs aussi bien que des oiseaux, des bovins ou des chiens-chats.


La tique guette le passage d'un hôte appétissant, du haut d'une branche ou d'une brindille. Lorsqu'un animal passe en dessous d'elle, la tique le repère à sa chaleur et à son odeur et se laisse tomber sur lui. Elle se déplace ensuite à la recherche d'une région à peau fine, où elle pourra manger tranquillement. La tique perce alors la peau grâce à ses pièces buccales élaborées (le rostre), qui vont lui permettre de se fixer au chien. La larve se nourrit sur un chien pendant deux jours, puis se laisse tomber sur le sol, et y cherche une cachette. Elle y reste de quelques jours à plusieurs semaines, avant de muer en nymphe et de repartir à la recherche d'un chien. Le même processus se répète pour la nymphe, jusqu'à la mue en tique adulte. L'adulte femelle peut se nourrir sur un chien pendant plusieurs semaines, tandis que le mâle prend de multiples repas sanguins. Après l'accouplement, la femelle se laisse tomber sur le sol où, elle va pondre de façon ininterrompue de 1500 à 4000 œufs. Elle n’y survivra pas! Il faudra de six jours à plusieurs semaines avant l'éclosion des œufs, et la sortie de fragiles larves à six pattes. Et le cycle recommence!! La tique en elle-même n’est pas dangereuse mais, lors de ses repas, elle peut transmettre des maladies. Ces maladies ont des noms plutôt barbares comme par exemple : l’Ehrlichiose, la Maladie de Lyme (maladie transmissible à l’homme) ou la Piroplasmose.


Comment se protéger au mieux de ce vicieux petit acarien?


Le mieux est de traiter son animal régulièrement avec un produit adapté pour chaque espèce! A la fin de chaque balade, caressez votre chien un peu partout pour vérifier si des tiques ne se sont pas logées dans son pelage. Et enfin essayez d'éviter les balades dans les broussailles!!


Lorsque l'on découvre plusieurs dizaines de tiques galopant sur son chien (ou déjà plantées), au retour de la promenade, la première chose à faire est d'en retirer un maximum. Pour les retirer, le mieux est d'utiliser un crochet à tiques, qui permet d'extraire la bestiole sans risquer de laisser sa tête dans la peau du chien.


Attention : n’essayez jamais d’enlever une tique avec une pince à épiler en tirant dessus : vous risquez de laisser le rostre dans la peau du chien, ce qui serait à l’origine d’inflammations et d’infections, pouvant former des abcès au niveau de la piqûre chez l’animal. N’utilisez surtout pas d’alcool à brûler, ni de briquet ! Maintenant vous avez toutes les cartes en mains pour lutter contre ces parasites!


L'obésité chez le chien

publiée le 25 mars 2014


Le surpoids chez le chien est la conséquence d’un excès d’énergie apportée par la nourriture par rapport à l’énergie dépensée par l’animal. En adoptant notre mode de vie, plus urbain, plus sédentaire, nos compagnons à 4 pattes ont, à leur tour, été rattrapés par l’obésité. L'obésité nuit considérablement à la santé du chien : elle diminue l’aisance des déplacements, elle altère le fonctionnement de nombreux organes réduisant le confort du chien ainsi que son espérance de vie.


Chez l'homme, l'obésité est évaluée à partir de l'indice de masse corporelle (IMCCM) avec : IMCCM = poids en kg/taille en mètre au carré.


Chez le chien, il n'existe pas, à ce jour, de formule mathématique donnant le poids optimal pour une taille donnée. On connaît le poids moyen du chien adulte pour une race donnée, mais l'approche reste subjective. L'appréciation du poids et d'une éventuelle obésité est visuelle. Suivant différentes études, 24 à 44% des chiens dans les pays occidentaux seraient obèses.


Il existe plusieurs facteurs de risque pouvant conduire à l’obésité chez le chien. La race : certaines races ont des métabolismes de base moins élevés et nécessitent des quantités de nourriture moindre comme le Labrador Retriever, les Cockers, les Colleys, les Teckels et les Beagles. Le risque d'obésité augmente également avec l'âge du chien et/ou du propriétaire qui favorisent la sédentarité et le manque d'exercice. Une alimentation trop énergétique ainsi que les restes de repas et friandises sont à déconseiller, cela augmente l'apport de calories et déséquilibre la ration. La stérilisation peut entrainer une diminution de l’exercice physique et des besoins énergétiques. Diverses pathologies et la prise de certains médicaments ont un effet sur le poids de l'animal, comme le diabète sucré, l'hypo-thyroïdie, l'hypercorticisme, les glucocorticoïdes et les antiépileptiques.


Comment savoir si votre chien souffre de surpoids?


L'évaluation du poids idéal est visuelle mais il y a des signes qui ne trompent pas:


Si les côtes sont difficilement palpables, l'animal est en surpoids par contre si les côtes sont impossibles à palper, l'animal est obèse !


L’apparition de masses graisseuses (bourrelets) sur le thorax, le dos et à la base de la queue sont des signes de surpoids.


La baisse de tonus, un essoufflement à la fin de la promenade ou une intolérance à la chaleur (chien qui halète longtemps après un «bain de soleil ») doivent vous alerter.


Le traitement de l'obésité chez le chien est un traitement diététique et passe par une alimentation adéquate: (pauvre en calories, riche en fibres, etc). Le but est de restreindre l'apport énergétique alimentaire pour que le chien puise dans ses réserves graisseuses. Le besoin énergétique à apporter est calculé en fonction du poids à atteindre, de la race, de l'âge et de la coexistence d'autres maladies (diabète). Dans tous les cas, la prise en charge doit être accompagnée par le vétérinaire. Il faut également assurer un minimum d'activité physique régulière ou de longues promenades en favorisant notamment la rencontre de votre chien avec des congénères pour qu’il joue.


Consultez votre vétérinaire, il vérifiera la bonne santé de votre chien et vous indiquera le bon régime alimentaire en fonction du degré de surpoids.


La maladie parodontale

publiée le 25 février 2014


Votre petit compagnon commence à avoir une haleine peu « engageante» ? Ses dents sont recouvertes d’une substance grisâtre inesthétique? Certaines d’entre elles commencent à se déchausser et tombent spontanément? Il souffre probablement de maladie parodontale.


La maladie parodontale est la maladie infectieuse la plus répandue chez les animaux de compagnie, elle touche près de 80 % de nos compagnons. Elle est beaucoup plus fréquente chez les chiens de petites tailles.


Comment se développe la maladie parodontale? La présence de bactéries dans la bouche est normale mais lorsque celles-ci se développent trop rapidement, elles peuvent entraîner la formation de plaque dentaire. Si la plaque s'accumule et n'est pas éliminée par une brossage régulier ou une alimentation adaptée, une gingivite (inflammation des gencives) peut apparaître. En l'absence de traitement, la maladie évolue en périodontite, caractérisée par une inflammation plus importante des gencives, des dépôts de tartre (plaques grisatres) et un déchaussement des dents. L'atteinte peut être prise en charge mais, est a ce stade, irréversible. De plus, la parodontite peut entraîner la perte des dents et la propagation d'infections graves au niveau du foie, du cœur ou des poumons.


La mauvaise haleine (halitose) est souvent le premier signe de la maladie parodontale chez le chien. L'halitose est tellement fréquente que, souvent, les propriétaires ne s'en soucient pas. Si votre chien a mauvaise haleine, qu'il éprouve des difficultés à manger ou si vous pensez qu'il pourrait avoir une maladie parodontale, contactez votre vétérinaire afin qu'il effectue un bilan dentaire.


Le traitement repose essentiellement sur le détartrage qui consiste à éliminer de manière mécanique la plaque et le tartre présents sur chaque dent. À un stade plus avancé, une extraction des dents atteintes peut être nécessaire. Ces interventions doivent être pratiquées sous anesthésie chez un vétérinaire. Les antibiotiques jouent un rôle important dans le traitement en complément du détartrage.


La prévention reste la meilleure approche. Une alimentation adéquate, un brossage régulier des dents à domicile et un détartrage chez le vétérinaire sont indispensables pour la bonne santé bucco-dentaire de votre compagnon. De plus, le fait de donner des aliments secs et durs contribue à prévenir la maladie. Il est essentiel de commencer à brosser les dents de votre chien dès son plus jeune âge afin qu'il s'y habitue.


Pour de plus amples informations demandez à votre vétérinaire...


Chouette Magazine (Ma Coccinelle Communication) | rue de l'Abyme 5, RAMILLIES (Belgique) | +32 81 34 27 33

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter