Chouette Magazine

Carole Walschot

Carole Walschot

Nouvelle Vie

Catégorie : Vie Quotidienne

Chroniqueuse depuis octobre 2013



Ecole de Conscience Co-Créons

Rejoignez-nous sur Facebook

Stop ou encore?... où l'usage des showstoppers

publiée le 25 mars 2014


Jeune adulte, je travaillais dans le conseil en entreprise. Lors d’un projet assez dur pour une grosse société de télécommunication, je faisais partie d’une équipe d’experts venant de différents pays. Le projet était lourd, les parcours et formations étaient très variés et l’échéance était courte. (Pff, j’ai bien fait de changer de parcours). Les tensions étaient palpables et nous n’avancions pas beaucoup.


Un jour, lors d’une réunion mémorable, où chacun discutait âprement à défendre son point de vue, une consultante canadienne a interrompu la réunion. Très calmement, elle a proposé une notion que, depuis plus de 20 ans, je garde à l’esprit dans chaque projet ou même dans chaque discussion : le showstopper – que l’on pourrait traduire par l’essentiel mais qui contient une notion supplémentaire.


Le principe est très simple : lorsque vous n’êtes pas d’accord avec un élément apporté par une autre personne, demandez-vous si cela est suffisamment important pour arrêter le show (la réunion, la discussion, …) ou bien pouvez-vous vivre avec cette divergence et laisser le projet/ la discussion évoluer?


Bien sûr, cela vous demande de mettre votre ego en veilleuse et d’être à l’écoute de vos émotions pour sortir du schéma classique du pouvoir, du vouloir avoir raison à tout prix, …


Egalement, cela vous invite à partir à l’écoute de vous-même, à définir vos priorités et vos limites. Car ne pas arrêter le show alors que vos valeurs essentielles ou vos éléments fondamentaux sont bafoués entraînera inévitablement frustration, démotivation et colère.


Bref, que le show continue mais pas à n’importe quel prix. Chacun y gagnera en efficacité et en satisfaction.


Quelques références pour parents nouveaux d'enfants nouveaux

publiée le 25 février 2014


Beaucoup de parents en réflexion par rapport à leurs enfants, aux rapports de ceux-ci avec l’école, la collaboration à la vie de famille, l’hyperactivité, les troubles de l’attention, … me demandent si je n’ai pas de livres à leur conseiller. Alors voici quelques références intéressantes :


Parents épanouis, enfants épanouis
Adèle Faber et Elaine Mazlish
Editions Relations plus
Ce livre témoigne du cheminement poursuivi par deux mères de famille qui appliquent dans leur quotidien les outils de communication qu’elles ont appris lors d’ateliers. Elles partagent les techniques et les résultats obtenus, ou pas, avec humilité et réalisme. Inspirant et encourageant.


Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent : Adèle Faber et Elaine Mazlish
Editions du Phare
Ce deuxième volume est un guide concret reprenant, pas à pas, des exercices et des réflexions à mener pour se mettre en mouvement vers cette communication efficace et respectueuse avec nos enfants.


Ces écoles qui rendent nos enfants heureux
Antonella Verdiani
Editions Actes Sud
Ce livre, richement documenté, propose un tour d'horizon de toutes les initiatives éducatives innovantes, en détaillant à la fois la spécificité et l'originalité de chacune d'elles. Conçu de manière pratique, il fournit aux parents, citoyens et enseignants des informations et références pour découvrir des écoles qui replacent l'enfant et son épanouissement au coeur du processus éducatif.


Et je n’ai jamais été à l’école
André Stern
Editions actes sud
Ce livre raconte l’histoire réelle de cet homme qui a grandi loin de toute scolarisation, sans stress, sans compétition, sans programme préétabli. André Stern raconte son enfance heureuse où seul l’enthousiasme a été son moteur pour devenir l’homme accompli qu’il est aujourd’hui, bien inséré dans la société, exerçant les métiers choisis avec une maîtrise au-delà de tout diplôme.


L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir
Jeanne Siaud-Facchin
Editions Odile Jacob
Ce livre, même si le vocabulaire de surdoué est chargé de nombreuses connotations, reste un des meilleurs ouvrages pour comprendre les enfants qualifiés de HP (haut potentiel). L’enfant y est vu dans sa globalité et décrit dans ses forces et ses faiblesses, sa grande capacité intellectuelle et sa grande sensibilité émotionnelle


Calme et attentif comme une grenouille
Eline Snel
Editions Les Arènes
Directement inspirée de la pratique de la pleine conscience élaborée par Jon Kabat-Zinn, ce livre reprend des exercices de respiration simples, qui aident peu à peu à se recentrer sur l'instant présent et à prendre du recul par rapport à l'agitation et aux ruminations. C’est une véritable boîte à outils pour les parents et les enfants (livre + CD)


Aimer la main ouverte

publiée le 11 février 2014


"Une personne compatissante, voyant un papillon lutter pour se libérer de son cocon, et voulant l'aider, écarta avec beaucoup de douceur les filaments pour dégager l'ouverture. Le papillon, libéré, sortit du cocon et battit des ailes... mais ne put s'envoler. Ce qu'ignorait cette personne compatissante, c'est que c'est seulement au travers du combat pour la naissance que les ailes peuvent devenir suffisamment fortes pour l'envol. Sa vie raccourcie, il la passa à terre. Jamais il ne connut la liberté, jamais il ne vécut réellement.


Apprendre à aimer la main ouverte est une toute autre démarche. C'est un apprentissage qui a cheminé progressivement en moi, façonné dans les feux de la souffrance et de la patience. J'apprends que je dois laisser libre quelqu'un que j'aime. Parce que si je m'agrippe, si je m'attache, si j'essaie de contrôler, je perds ce que je tente de garder. Si j'essaie de changer quelqu'un que j'aime, parce que je sens comment cette personne devrait être, je lui vole un droit précieux, le droit d'être responsable de sa propre vie, de ses propres choix, de sa propre façon de vivre. Chaque fois que j'impose mon désir ou ma volonté, que j'essaie d'exercer un pouvoir sur une autre personne, je la dépossède de la pleine réalisation de sa croissance et de sa maturation. Je la brime et la contrecarre par mon acte de possession, même si mes intentions sont les meilleures. Je peux brimer et blesser en agissant avec la plus grande bonté, pour protéger quelqu'un. Une protection et une sollicitude excessive peuvent signifier à une autre personne plus éloquemment que des mots : « tu es incapable de t'occuper de toi-même, je dois m'occuper de toi parce que tu m'appartiens, je suis responsable de toi. »


Au fur et à mesure de mon apprentissage et de ma pratique, je peux dire à quelqu'un que j'aime: "Je t'aime, je t'estime, je te respecte et j'ai confiance en toi". Tu as en toi, ou tu peux développer, la force de devenir tout ce qu'il t'est possible de devenir à condition que je ne me mette pas en travers de ton chemin, je t'aime tant que je peux te laisser la liberté de marcher à côté de moi dans la joie, dans la tristesse. Je partagerai tes larmes, je ne te demanderai pas de ne pas pleurer, je répondrai si tu as besoin de moi, je prendrai soin de toi, je te réconforterai, mais je ne te soutiendrai pas si tu peux marcher tout(e)seul(e).


Je serai prête à être à tes côtés dans la peine et la solitude, mais je ne les éloignerai pas de toi. Je m'efforcerai d'écouter ce que tu veux dire avec tes paroles à toi, mais je ne serai pas toujours d'accord avec toi". Parfois, je serai en colère, et quand je le serai, j'essaierai de te le dire franchement, de façon à ne pas avoir besoin d'être irritée de nos différences ni de me brouiller avec toi. Je ne peux pas toujours être avec toi ou écouter ce que tu dis, parce qu'il y a des moments où je dois m'écouter moi-même, prendre soin de moi quand cela arrivera, je serai aussi sincère avec toi que je pourrai l'être. J'apprends à dire cela à ceux que j'aime et qui sont importants pour moi, que ce soit avec des mots ou par ma façon d'être avec les autres et avec moi-même.


Voilà ce que j'appelle aimer la main ouverte. Je ne peux pas toujours m'empêcher de mettre mes mains dans le cocon, mais j'y arrive mieux, beaucoup mieux depuis que je me respecte aussi."


– texte de Ruth Stanford


J'ose rêver grand pour accrocher mon wagon à mon étoile

publiée le 28 janvier 2014


Cette semaine, j’ai choisi de co-créer. Je vous transmets en effet une invitation de mon amie Florence Béliard, qui vit à Quebec à ancrer nos rêves, nos résolutions et leur donner la chance de se réaliser. Tout part du rêve. Se permette de rêver sans limitation, comme un enfant, pour se donner toutes les possibilités de manifestation. N’est-ce pas le principe des bonnes résolutions du début de l’année ? Mais peu d’entre nous s’y tiennent vraiment car nous manquons de persévérance. Florence nous invite en ce mois de Janvier à vivre l’innocence. L’innocent est un amoureux de la vie pour qui rien n'est impossible !


Elle nous propose l’exercice suivant


1. J'écris sur une très belle feuille de papier avec ma plus belle écriture tous mes rêves. Dans les différents secteurs de ma vie: Affectif, travail, loisirs, spirituels, santé.
Exemples:
Relation de couple, relation avec les enfants, famille, amis,...
Travail, planifications, finances, projets communautaires,...
Loisirs, détentes, ressourcements, voyages, jeux, invitations,...
Développement personnel, bien être, vertus et qualités à intégrer, …
Santé, alimentation, respiration, sports.


2. En méditation:
Je prends le temps de me mettre en état méditatif, bien détendue et en état de disponibilité à la guidance de mon âme. Je répète tout haut la phrase: "J'ose rêver grand pour accrocher mon wagon à mon étoile." et je laisse venir les inspirations et les ajoute à ma feuille.


3. Une fois tout écrit, je choisis de les lire tout haut, chaque soir, avant de m'endormir pendant 21 jours.( Sans oublier un seul jour, essentiel pour l'intégration !) Je prends le temps de me placer dans mon cœur, de me sentir en paix et détendue, pour les lire un à un.


4. Pour renforcer ma capacité à rêver durant ce mois de janvier, j'affirme tout haut et répète plusieurs fois avant de m'endormir la phrase suivante: "Ce soir je fais un rêve, dont je me souviens au lever, qui me montre clairement ce que mon Être cherche à vivre de passionnant ici sur terre." Avec une force d'intention et plusieurs fois jusqu'à ce que je sente qu'elle soit suffisamment inscrite en moi. Je garde un carnet et un bic à côté de mon lit et au matin, je l'inscrit ou si je suis réveillée dans la nuit.


Le design humain: à la rencontre de soi !

publiée le 14 janvier 2014


« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. » Merci Albert Einstein d’énoncer aussi clairement une source de frustrations, de colère ou d’amertume qui régit notre société. C’est pourquoi il est important de savoir si on est un poisson …ou pas, si nos enfants, nos élèves sont des poissons … ou pas. Bien sûr, le Design Humain ne vous renseignera pas sur vos origines zoologiques ! Ce formidable outil, synthèse unique de sciences anciennes comme l’astrologie, le Yi King, la connaissance des chakras et la Kabbale, et de sciences modernes très pointues comme l’astrophysique et même la génétique vous permet de rapidement mettre des mots sur … ce que bien souvent vous ressentez déjà (parce que, tout compte fait, vous vivez avec vous au quotidien !) mais que la société vous pousse trop souvent à ne pas respecter. En effet, le piège et donc la souffrance découle du fait que certains types et profils sont valorisés par la société et que, si vous n’avez pas « la chance » d’avoir ce type ou ce profil, vous en arrivez à une dévalorisation et à des efforts, vains pour vous transformer (vous améliorer ??)


Notre société occidentale valorise le type manifesteur : cet entrepreneur intrépide, qui fonce, collecte les succès tant pour lui que pour l’entreprise qui l’emploie ou cet enfant curieux de tout, qui prend des initiatives et tire toute la classe avec lui (quoique dans le cas de l’enfant, son besoin de liberté et d’être son propre maître peut poser des problèmes aux parents ou enseignants contrôlant). Alors chacun essaye d’imiter ce manifesteur (qui ne représente pourtant que 8% de la population) afin d’être reconnu et valorisé. Et puis, tombe dans les colères et frustrations de ne pas se respecter.


Si découvrir votre type (manifesteur, générateur, projecteur et réflecteur) ainsi que votre profil, votre stratégie et votre guide intérieur pique votre curiosité ou si vous voulez comprendre et accompagner au mieux vos enfants, votre partenaire, … je vous recommande le site très bien conçu et riche en informations : www.designhumain.eu


En quelques heures, vous aurez appris ou confirmé énormément de choses sur vous ou sur l’autre, information qui vaut largement le temps investi car agir conformément à notre vraie nature, n’est-ce pas la plus belle résolution à mettre sur votre liste pour 2014 ?


Calimero, Staline... ou un être puissant ?

publiée le 10 décembre 2013


En regardant autour de nous, nous sommes tous entourés de petits poussins noirs avec une coquille blanche sur la tête. Calimero, cela vous dit quelque chose? « C’est trop injuste! » Entendez: « je subis les événements et je ne peux rien y faire ». Ou alors se cache sous des visages variés une pâle copie des célèbres tyrans que l’histoire a connus, des êtres qui brillent dans la prise de pouvoir.


Pourquoi est-il si difficile pour chacun d’entre nous de contacter notre Puissance, ce moteur de vie, d’autonomie, de réalisation, de paix, de sérénité dans les relations?


Notre mental est souvent confus quant à cette notion de puissance et il est utile de la distinguer du pouvoir.


Le pouvoir est un scénario qui se joue à deux minimum car il implique un dominant et un dominé. Le dominant exerce, consciemment ou non, une emprise sur le dominé. Bien souvent ce scénario est accompagné de peur, de volonté d’immobilisme, d’égoïsme, de peur de perdre,… De tels scénarii ont créé notre histoire collective et individuelle. Bien souvent, le dominant deviendra plus tard le dominé jusqu’à ce qu’il reprenne le dessus, etc.


La puissance, elle, est notre vraie nature! Elle est logée dans notre ventre et nous anime d’un feu positif. Nous sommes… Pas besoin d’une autre personne pour Etre. Pour accéder et oser sa Puissance, il est nécessaire d’éliminer les peurs (d’écraser l’autre, d’être rejeté,...), les interdits (de briller, de faire de l’ombre aux Calimeros,…), de croire suffisamment dans notre bonté comme garant de ne pas tomber dans le pouvoir et de vouloir sortir des scénarii que nous jouons avec les autres. Juste en en prenant conscience et en observant.


Un texte de Marianne Williamson illustre merveilleusement cette invitation à retrouver notre puissance, ce merveilleux outil de la paix. « Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,


Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites. C'est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus. Nous nous posons la question...


Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être? Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petits, ne rend pas service au monde.


L'illumination n'est pas de vous rétrécir pour éviter d'insécuriser les autres. Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus, elle est en chacun de nous. Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.


En nous libérant de notre propre peur, notre puissance libère automatiquement les autres. »


Neurofeedback dynamique: faites de votre cerveau votre professeur, votre guide, votre entraîneur, votre coach, votre médecin !

publiée le 26 novembre 2013


Cette semaine, ma gratitude va à mon fils de 12 ans qui m’a permis de découvrir le NeurOptimal, un système de neurofeedback dynamique. Bien que j’aie refusé de lui coller une étiquette, mon fils est ce que l’on appelle communément un enfant à « haut potentiel ». Il faut savoir qu’un tel profil est loin de coller à l’imagerie entourant la notion de « génie » pour qui tout est facile. Cet enfant présente une hypersensibilité émotionnelle, une tendance à la dépression par sa grande maturité et les questions existentielles qu’il se pose, des difficultés du sommeil car le cerveau ne s’arrête jamais, une difficulté à activer les deux hémisphères cérébraux en même temps, un apprentissage kinesthésique (associé au mouvement) qui tend à l’associer à un hyperactif (qu’il n’est pas),… Bref, un enfant extraordinaire parmi de nombreux autres, souvent en souffrance dans notre société rationnelle de cerveaux gauches et qui ont besoin d’aide pour être eux-mêmes!


Après 5 séances de NeurOptimal, sa créativité s’est libérée tandis que la pression créée par la performance baissait. Les deux hémisphères ont commencé à collaborer (il peut par exemple créer un texte tout en ayant accès à la base de données orthographique).Une plus grande confiance en lui et une prise en main de son chemin de vie sont les bénéfices les plus encourageants pour son développement. Et il continue à chaque séance d’optimiser l’accès à ses ressources cérébrales. Les changements sont tellement spectaculaires que j’ai acheté le système pour le mettre au service de mes clients.


Le neurofeedback est une approche découverte au début des années 70 aux Etats-Unis qui permet d’aider le cerveau à se réorganiser de lui-même pour mieux fonctionner. Au moyen d’électrodes placées sur le crâne, le système analyse l’activité électrique du cerveau et lui renvoie ensuite des informations sur son propre fonctionnement. Le cerveau, alerté sur son activité, se réorganise et des changements positifs surviennent, d’ordre psychique ou physique.


Le NeurOptimal est une méthode récente de neurofeedback qui s’intéresse à la variabilité de votre propre cerveau, c’est-à-dire aux caractéristiques de ses fluctuations, sans faire référence à une norme. Pas besoin de « diagnostic préalable », le feedback se fait automatiquement grâce à l'interruption d’une musique et agit au niveau non conscient du cerveau.


Il vous suffit de vous installer confortablement et d’écouter de la musique pour que des améliorations surviennent dans des cas de troubles d’apprentissage, du sommeil, de mémoire, de concentration, d’angoisses, de phobies, d’hyperactivité, dépression, douleur, créativité, performance, burn-out, addiction,…


Etes-vous un créatif culturel sans le savoir ?

publiée le 8 octobre 2013


Aux hommes et aux femmes qui ont vécu sur Terre et qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour faire évoluer la société, pour apporter du confort, de la modernité à nos conditions de vie, du fond du cœur, je dis merci !


Mais entre nous, nous souffrons toujours, depuis des millénaires, des mêmes schémas: la peur, le pouvoir, la soumission, la victimisation, le rejet de la différence, l’égoïsme, la violence et l’amour conditionnel. Bien sûr, la forme a évolué mais le fond… ?


Lorsque la porte de mon bureau de thérapeute est fermée, un grand nombre de mes clients clament leur envie de créer des réponses novatrices aux aspects de leur quotidien qui ne leur parlent plus: la façon d’être en couple, les valeurs développées dans la relation professionnelle, dans l’échange commercial, la façon de prendre soin de leur santé et de leur corps, le lien à la terre et l’exploitation des ressources qu’elle nous offre, le rapport à l’argent, l’éducation des enfants,…Tout leur semble clair. Ils sont alignés sur leur ressenti, leur intuition et leur conscience. Et puis, ils rentrent chez eux et se trouvent face au poids du passé, face aux traditions et à la pression des structures établies, de leurs proches,… seuls! Du moins, c’est ce qu’ils croient !


Et bien, bonne nouvelle: la réalité l’atteste: nous sommes des millions à ressentir, soutenir et créer une nouvelle culture émergeante plus solidaire, responsable, durable et porteuse de sens: 4% de la population dans les années 60, 35% aujourd’hui.


Les Créatifs Culturels, ou "Créateurs d'une nouvelle Culture » est le nom donné à ce segment de la population mondiale qui est en train de transformer la société, jour après jour, en revisitant tous les aspects de sa vie et en inventant des réponses inédites et plus authentiques. Le site belge de la mouvance (www.creatifsculturels.be) partage ces informations optimistes quant à l’avenir de l’humanité et crée un lien de reconnaissance entre les acteurs de cette nouvelle façon de vivre ensemble.


Alors… en êtes-vous un?


Chouette Magazine (Ma Coccinelle Communication) | rue de l'Abyme 5, RAMILLIES (Belgique) | +32 81 34 27 33

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter