Chouette Magazine

Bernard Denis

Bernard Denis

"J'ai testé pour vous"

Catégorie : Voyages

Chroniqueur depuis octobre 2012

Marchés de Noël à Prague

publiée le 26 septembre 2017


L’automne est à notre porte et nous entrons dans la période la plus féérique de l’année. Le marché de noël de Cologne n’a plus de secret pour vous et le Christmas Shopping de Londres est déjà programmé ? Avez-vous déjà pensé à la magie de Noël à Prague ? Voici ce que j’ai découvert cette année.


Après un vol direct de 2 heures, le taxi nous attend à l’aéroport pour nous conduire directement à notre hôtel. Un établissement 4* dans un magnifique bâtiment Art nouveau avec une touche moderne et contemporaine. Il est situé au centre-ville historique, à environ 200 m de la Námestí Republiky avec la Tour Poudrière et la belle maison du peuple (Obecní Dum). La rue commerçante et la vieille place ne se trouvent qu'à quelques minutes à pied. Nous nous y installons pour 2 nuits.


La ville d'or nous attend, nulle part ailleurs vous ne trouverez autant de merveilles architecturales de tous les styles dans une telle harmonie romantique et sur une si petite surface. L'imposant château, la ruelle d'Or de Kafka, la cathédrale gothique de Saint-Vitus, les façades Art nouveau du quartier juif, le superbe pont Charles, les palais baroques et les édifices Renaissance du quartier Malá Strana ne sont que quelques-unes des perles qui ont valu à Prague sa place au patrimoine mondial de l'Unesco et qui rempliront bien notre séjour.


Mais l’apothéosée est pour le 2ème Jour : la découverte DES Marchés de Noël.


Le guide local (anglophone) nous attend. Le tour de 2h00 commence avec la présentation de la Noël tchèque : une scène de la nativité dans une grande église. Nous montons ensuite dans le métro et échappons à l'agitation du centre pour découvrir le premier marché sur la liste des haltes que nous allons faire. Nous pouvons y déguster du vin chaud et prendre notre première collation de Noël. Au fur et à mesure des dégustations, nous découvrons les traditions locales comme les carpes de Noël, découvrons ce que le petit Jésus fait avec un petit hérisson, pourquoi il n'y a pas de Père Noël dans cette partie du monde et ce que Noël signifie dans ce pays à majorité laïque. En passant devant notre deuxième marché de Noël, nous nous promenons dans quelques-unes des belles rues de Prague. Nous sommes accueillis avec de l'hydromel chaud et des amandes rôties, et quelque part durant la visite, notre guide choisit les collations à nous faire découvrir, en fonction des meilleures propositions de la journée. Après s’être réchauffés avec les friandises savoureuses, nous revenons au centre-ville, où vous apprenons ce qu'était Noël avant, pendant et après la révolution de 1989.


Sur notre troisième et dernier marché de Noël, nous découvrons le marché qui place Prague sur la carte de Noël. L'arbre impressionnant de la place de la vieille ville n'est qu'un des nombreux spectacles que nous pouvons admirer. C’est ici qu’il est déjà l’heure de quitter notre petit groupe pour partir à la découverte des curiosités que nous offre cette ville Le vol retour étant en fin d’après-midi, il nous reste quelques heures pour terminer nos achats avant que le taxi ne nous reconduise à l’aéroport pour de nouvelles aventures.


Indication de prix : 3j/2n + vols + transfert + visite des marchés de noël àpd €399/personne.



Un train en Ecosse

publiée le 29 août 2017


Aujourd’hui je vous emmène à bord de mon train préféré. Direction le nord de la Grande Bretagne : l’Ecosse et le fabuleux « Royal Scotsman ». Un des trains les plus luxueux du monde. Les 9 voitures historiques datant des années 30, les 2 voitures restaurant servent des mets raffinés et la voiture salon offre une plateforme d’observation exceptionnelle et cela pour 36 privilégiés.


Dès la descente de l’avion à Edimbourg, débute le rêve et l’exclusivité. Notre Rolls-Roys nous attend pour le transfert vers l’hôtel légendaire le « Balmoral » où nous passons la première nuit. Avant de découvrir le train.
Le Royal Scotsman est synonyme de Tradition et raffinement. Il s’agit d’une occasion de découvrir l'Écosse et les Highlands comme je ne les ai jamais vus.


La voiture observatoire est le lieu de rencontre par excellence pour profiter du voyage. En se mêlant aux autres voyageurs autour d'un apéritif, confortablement installé dans les canapés, les images de châteaux, villages et vallées défilent sans oublier les magnifiques ouvrages d’art tels que « Forth Railway Bridge » ou encore « TayBridge ».
Nous profitons d'une matinée à terre pour participer à un ball-trap amusant dans des paysages somptueux. Et avant le déjeuner, en route pour une expédition dans les highlands, suivie de la visite des ruines d'un château ou d'une distillerie de whisky.


En après-midi, un repos bien mérité nous attend autour d'une tasse de thé pour partager nos expériences avec les autres voyageurs tandis que le train poursuit sa route. La journée se termine par un savoureux cocktail pour nous mettre en appétit. A la lueur des chandelles, nous découvrons le succulent dîner. 

La gastronomie est le point d'orgue de chaque voyage à bord. Les repas sont servis dans les voitures restaurants lambrissées de bois d'acajou à des tables de quatre, six ou huit personnes ce qui facilite les rencontres. Les spécialités régionales sont préparées à partir des meilleurs produits locaux. Du petit-déjeuner dans les Highlands aux grillades de poisson frais, en passant par le filet de bœuf Aberdeen Angus fondant en bouche, Mais attention, nous sommes à bord du Royal Scotsman et ici costume-cravate ou kilt pour les hommes et robe de soirée pour les femmes sont de rigueur pour les dîners officiels. Pour les dîners décontractés une veste et une cravate suffisent.


Un voyage à bord du Royal Scotsman vous plonge au cœur des Highlands dans des montagnes imposantes, couronnées de forêts de pins et de lacs étincelants. Celui-ci vous emmène à travers les plus beaux panoramas de l'Écosse sur plusieurs jours. Chaque jour, vous profitez d'excursions à couper le souffle : activités sportives palpitantes et fascinantes, visites de sites historiques et de distilleries de renom sont au programme. Donc il ne vous reste plus qu’à choisir les couleurs de votre kilt…


Un train en Espagne

publiée le 13 juin 2017


Nous continuons notre découverte du monde en train de luxe, et là, je vous emmène faire un tour dans le sud de l’Espagne à bord de « Al Andalus ». Parmi tous les trains celui-ci est un train légendaire, ce n’est pas pour rien qu’il est parfois appelé le « Palace on Wheels » espagnol.


Après 2h40 de vol nous arrivons à Séville où un transfert privé nous attend pour nous emmener à l’Hôtel Hospes las Casas del Rey de Baeza » pour une première nuit. Déjà le luxe est au rendez-vous.


La première partie de la journée est consacrée à la découverte de Séville et je ne me lasse jamais de son magnifique minaret mauresque de Giralda, le Real Alcazar et de l’immense cathédrale gothique de Santa Maria. Après un déjeuner en ville, nous sommes transférés à bord du train. C’est avec des yeux d’enfant que je découvre cette machine à remonter dans le temps. Nous sommes plongés dans les années 30, le charme de la Belle Epoque mélangé avec le confort de l'époque moderne. Nous voici en route pour Jerez. C’est en profitant de la délicieuse cuisine que j’admire le paysage qui défile. Ce n’est qu’une fois arrêté à Jerez que nous irons nous coucher car comme dans tous les grands trains de luxe, c’est en gare que nous dormons. Il faut profiter de chaque instant de voyage.


Après une bonne nuit et un copieux petit-déjeuner, nous débutons par la visite d’une bodega (une cave à vin) de sherry avec dégustation incluse (déjà l’apéro). Il est impossible de passer par Jerez sans découvrir l’école Royale Espagnole de cavalerie où nous assistons à une démonstration de dressage. La journée se terminera par une promenade à Sanlucar de Barramadena.


Ce matin, c’est en car que nous rejoignons Cadix qui est l’une des plus anciennes villes d’Europe. Après une visite toujours en compagnie d’Anna Maria, une guide fabuleuse et un peu de temps libre pour s’aventurer au plus profond de la ville, nous rejoignons notre palace sur roues pour déjeuner et prendre la route de Ronda. Cette ville est véritablement coupée en 2 par la profonde « Gourde Tajo de Ronda », où la rivière Guadalevín s’écoule. C’est ici que nous passons la nuit.


Une demi-journée est suffisante pour découvrir Ronda et c’est en déjeunant que nous prenons la route de la Sierra Nevada avec la ville emblématique de Grenade.


Le vendredi tout entier est dédié à Grenade avec la très célèbre Alhambra, la Grande mosquée de Cordoue qui est le plus prestigieux témoin de la présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe siècle, le quartier d’Albaine, qui est le quartier arabe andalou par excellence, Sacromonte, l’ancien quartier des gitans, et la Cathédrale de Grenade. Nous terminons la journée par un dîner dans un restaurant local.


La journée suivante laisse place à la campagne, nous laissons pour quelques heures la ville de Linares-Baeza dernière nous pour parcourir la campagne couverte avec plus de 70 millions d'oliviers, jusqu’au Musée de l'huile d'olive pour une visite guidée de cette industrie fascinante. La journée se prolongera également par la découverte de la ville historique de Baeza, qui remonte à l'occupation mauresque et qui est le siège de l'Université Internationale d'Andalousie et par Úbeda, avec ses belles pierres taillées main et ses façades blanchies à la chaux, Déjà la dernière nuit à bord du train et c’est en gare de Cordoue que nous la passerons.


Cordoue qui au Xème siècle était devenue le centre intellectuel de l'Europe nous fait voyager dans le temps par un mélange d'architecture romane et mauresque. A ne pas rater : les Reales Alcazares, construits en 1328 et la Cathédrale de la Juderia. Mais malheureusement il n’est pas possible de nous attarder trop longtemps car nous devons reprendre la route, C’est à 17h00 précises que le train entrera en gare de Séville et c’est ici que s’achève cette belle expérience. Je commence à y prendre gout à ces beaux trains et j’ai déjà une petite idée pour l’épisode à venir


Le Voyage en Train

publiée le 18 avril 2017


Débutons une nouvelle série. Il s’agit peut-être de la formule de voyage la plus authentique et qui nous permet de réaliser des circuits à un rythme différent : le Voyage en Train.


Les itinéraires ont été conçus comme des circuits en car ou en voiture mais nos points de rendez-vous sont les gares. Les programmes et les trains sont nombreux à travers le monde et, le luxe de certains rivalise avec les plus grands palaces. La petite touche de voyage dans le temps que nous y trouverons rend l’expérience unique.


Pour ce premier voyage, je vous emmène en Suisse pour découvrir en 8 jours trois fabuleux trains qui sillonnent collines et glaciers grâce à d’impressionnants ouvrages d’arts.


L’aventure débute à Lucerne que nous rejoignons de Bruxelles en avion via Zurich, (pour les puristes en train). Pour cette première expérience, nous ne logeons pas dans les trains donc notre hébergement sera de l’hôtellerie 4* à chaque étape.


Après un bon petit déjeuner, la première expérience s’appelle « Gotthard Panorama Express » Le voyage entre Lucerne et Lugano est composé de 2 parties. En partant de Lucerne, nous sommes accueillis à bord d’un bateau à vapeur radar avec lequel nous traversons le Lac des Quatre Cantons en jouissant durant 3 heures d’une vue panoramique sur le lac et d’un repas servi dans le restaurant première classe. A Fluëlen il est temps de quitter le bateau et c’est là où démarre notre voyage en train. Nous embarquons dans ce train rouge, le Gotthard Panorama Express pour traverser les Alpes suisses et le tunnel du Gotthard. La formule est idéale pour découvrir une des plus belles régions d’Europe en passant par des paysages inaccessibles avec un autre moyen de transport (sauf une bonne paire de chaussures de marche mais c’est moins rapide).


Cette nuit et demain c’est Lugano avec son ambiance italienne. Il faut bien compter 2 nuits pour visiter la plus grande ville du Canton du Tessin et profiter du bord du Lac de Lugano.


Après le petit déjeuner, le Bernina Express-bus ouvre le trajet entre Lugano et Tirano à travers le Nord de l’Italie. C’est un deuxième train d’exception qui nous attend pour nous mener à Saint-Moritz, Le Bernina Express, qui appartient au “Rhätische Bahn”. Il traverse la région impressionnante des Girons, de Tirano en Italie à Davos ou Chur en passant par Saint-Moritz par les Alpes suisses. Le train est composé de wagons panoramiques modernes et confortables de 1ère et 2ème classe. Il traverse des paysages suisses à vous couper le souffle avec toutes ses facettes : les paysages arides et ses sommets enneigés, ses viaducs, ses tunnels, ses impressionnants glaciers et ses petits villages romantiques de montagne. Après une journée complète de repos et de découverte de Saint Moritz, une des perles du Canton du Graubünden, située à 1800 m d’altitude nous prenons la direction de Zermatt. C’est ici que débute une des plus belles expériences ferroviaires au monde : Le Glacier Express. Ce train de légende appartenant aussi au « Rhätische Bahn », assure déjà depuis 1930 le transport des passagers de Saint-Moritz à Zermatt. Durant 8 heures, nous profiterons de cette expérience de manière optimale dans les wagons panoramiques modernisés. Pour ne rien rater, durant le trajet, les explications sur les régions traversées et sur l’histoire de cette ligne sont données en 6 langues, même durant le délicieux repas servi à bord.


Pour clôturer cette expérience, découvrons le village piétonnier de Zermatt, situé à une altitude de 1.620 m au pied du Matterhorn dans la partie alémanique du Valais. Et bien évidement, c’est en train que nous prenons la direction de l’aéroport de Zurich ou bien évidement si vous le souhaitez, la direction de la Belgique. Il y a un train que je souhaiterais tester en Suisse : le train du chocolat qui voyage entre le Gruyère et le chocolat.


À la découverte de Stockholm

publiée le 07 février 2017


En route pour une nouvelle destination ! N’ayant pas encore assez froid en Belgique, j’ai décidé de découvrir Stockholm. Après 2h20 de vol confortable avec notre compagnie « plus nationale » nous voici sur le tarmac de l’aéroport de Bromma. Comment rejoindre le centre-ville? Ayant très mal préparé mon voyage je m’arrête à la librairie de l’aéroport pour demander de l’aide pour acheter un ticket de bus pour me rendre au centre-ville. Quel bonheur ils en vendent ici au prix de 170 couronnes suédoises soit environ 17€ pour deux. Quelques minutes plus tard me voici installé dans le bus « Stockholm City ». Les 20 minutes de trajet me permettent déjà de découvrir la ville. Le terminus est la gare centrale. Par bonheur, mon hôtel s’y trouve justement. C’est alors que je découvre mon lieu de villégiature pour ces 4 prochains jours, un bel hôtel très bien situé au centre de la ville. Nous découvrons notre chambre bien équipée et de style moderne scandinave mais il faut noter que je n’ai pas encore vraiment trouvé de mauvais hôtel dans les pays scandinaves.


Une fois installés, impatients de découvrir la ville, nous nous habillons chaudement et partons nous balader dans les jolies rues du centre-ville. Un incontournable est le quartier Gamla Staan, le centre historique de Stockholm. L’hiver étant là, les trottoirs y sont très glissants, même un court séjour peut être rempli d’aventures. Ce quartier est un joyeux mélange de cafés, restaurants, boutiques de souvenirs, ateliers, galeries et musées. Les incontournable sont le Musée Nobel, le Musée de la Poste et le Cabinet royal des monnaies ainsi que le Palais royal (Kungliga Slottet) de style baroque et la Chapelle royale (Storkyrkan). Entre deux visites, nous partons nous réchauffer autour d’un chocolat chaud.


Après une bonne nuit de sommeil et un copieux petit déjeuner pris à l’hôtel, nous repartons pour une nouvelle journée. Aujourd’hui, nous nous apprêtons à découvrir le musée Vasa. Avant cela, pourquoi ne pas faire une petite croisière en bateau histoire d’avoir une vue d’ensemble de la ville. Installés sur le pont du bateau et munis d’une couverture (ils les fournissent), nous avons profité des explications du guide pour en savoir plus. Nous y avons découvert le quartier Sodermalm, le musée ouvert de Skansen, le Grona Lund qui est le plus vieux parc d’amusement du pays, le musée nordique ainsi que les mats du Vasa dépassant de la toiture du musée. Après cette balade, et ayant repéré avec plus de précision la localisation de ce dernier, nous reprenons la route. Véritable machine à remonter le temps, le Musée Vasa situé sur l'île de Djurgården, présente le seul navire presque entièrement intact du XVIIe siècle. Il s’agit d’un navire de Guerre issu de l’imagination du roi Gustave II Adolphe de Suède. Le bateau a coulé à la sortie du port lors de son voyage inaugural en 1628. Ce n’est que 333 ans plus tard que le navire sera renfloué. La visite en vaut la peine, il est impressionnant et il vous livrera tous ces secrets.


Après une balade au port, il est temps pour nous de profiter des nombreux restaurants qu’offre Stockholm. Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. L’une des particularités de Stockholm est que l’on peut visiter cette ville à pied. Et pour bien clôturer notre séjour, l’incontournable musée ABBA nous attend. Nous replongeons dans l’ambiance des années 70 et 80. Vous pourrez y découvrir de nombreuses tenues ainsi que de nombreux albums du groupe. Très ludique et interactif, ce musée plaira aux petits comme aux grands.


L’heure du retour approche et nous profitons de cette dernière journée pour flâner dans les rues du centre-ville, le temps y est plus froid que les autres jours et pour ce dernier jour nous avons de la neige. Nous en profitons pour rentrer dans certains magasins et notamment les magasins de design scandinave qui valent pas mal de musées sur le même thème. L’heure d’aller récupérer nos bagages à l’hôtel est arrivée. Pour repartir, aussi simple que pour l’arrivée, un trajet du centre de Stockholm nous amène directement à l’aéroport où nous quittons la neige de Suède pour rejoindre celle de Belgique. Bref, une destination dépaysante à à peine 2 heures de chez nous.


Saint-Pétersbourg, sur les traces de Pierre le Grand

publiée le 10 janvier 2017


Aujourd’hui, je vous propose de m’accompagner sur les traces de Pierre le Grand, laissez-vous conquérir par Saint-Pétersbourg en compagnie de notre guide francophone.


3 heures de vol et notre avion se pose sur le tarmac de Saint-Pétersbourg. Après les formalités d’entrée (qui peuvent prendre un peu de temps), nous rencontrons notre guide et embarquons à bord du bus qui nous emmène vers notre hôtel. Nous profitons du trajet pour faire un premier tour d’orientation commenté qui nous familiarise avec les monuments et sites importants. Après un bon repas typique, au dodo car la journée de demain est bien remplie.


Une bonne nuit de sommeil nous a préparé pour ce 2ème jour, toujours accompagné de notre guide francophone, nous débutons notre découverte par un incontournable : le célèbre musée de l’Ermitage. Il occupe le palais d’hiver, construit par l’architecte italien Rastrelli. La collection d’œuvres d’art d’une valeur inestimable qui nous est proposée est toujours aussi impressionnante et il parait que ce n’est qu’une infime partie de la richesse des réserves. Après le déjeuner, en route pour la forteresse de Saint-Pierre & Paul, construite sur la décision de Pierre le Grand en 1703, constituant l’acte de naissance de l’incroyable ville de Saint-Pétersbourg. Nous clôturons ensuite la journée en visitant le Palais Yusupov, où Raspoutine fut assassiné par le Prince Félix Yusupov.


Pour ce 3ème jour, nous quittons le centre pour découvrir le parc de Petrodvorets, à 27 km de la capitale des Tsars. Ce parc de près de 1000 ha recèle de nombreux palais et fontaines. La plus célèbre étant la Grand Cascade, qui est en réalité un ensemble de 37 sculptures agrémentées de 142 jets d’eau et de 64 fontaines (fonctionnant de mai à septembre en fonction des températures extérieures). Après un bon déjeuner dans un magnifique resto tout en bois, décoré des photos de toutes les personnes connues qui l’ont fréquenté, nous nous rendons à Pouchkine pour visiter le grand palais construit par Catherine I, épouse de Pierre le Grand. Après cette journée de découvertes les plus fabuleuses les unes que les autres, nous reprenons la route de Saint-Pétersbourg.


Pour la dernière journée à Saint-Pétersbourg, toujours accompagné de notre guide, nous découvrons l’ancien palais Mikhaïlovski datant du début du XIXème siècle. Depuis 1895 le palais abrite le musée russe et nous poursuivons par la Cathédrale Saint-Isaac, l’une des plus grandes au monde. Après le déjeuner, il nous reste quelques heures de temps libre afin de profiter une dernière après-midi des splendeurs de Saint-Pétersbourg. J’en profite pour descendre dans le métro sur la perspective Nevski pour découvrir ce palais souterrain et je termine ma journée par une petite balade en bateau sur les canaux pour avoir un autre point de vue de La cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé.


Je suis à l’aéroport pour mon vol retour et je profite du temps d’attente pour rédiger ces quelques lignes en pensant à ma prochaine visite. Joignez-vous à moi, elle est programmée pour le 14 août 2017…


L'Islande en hiver

publiée le 13 décembre 2016


À nouveau à l’aéroport pour une nouvelle aventure. C’est en Islande et plus précisément à Reykjavik que j’ai choisi de poser mes valises, dépaysement garanti ! Pour ne pas voyager seul, j’ai choisi une formule de groupe. Je m’envole donc vers Reykjavik, avec la compagnie Icelandair, à peine le temps d’approfondir mon anglais en regardant un film sur ma console individuelle que me voilà arrivé.


Le dépaysement est total, dès mon arrivée, un flybus qui est une navette partagée, me conduit rapidement dans le centre de Reykjavik et j’arrive à mon hôtel, le Natura Icelandair. C’est alors que je rencontre le groupe avec qui je vais voyager. Après un bon repas il est déjà l’heure d’aller se coucher et se préparer pour le lendemain. Pour le dernier petit verre au bar je repasserai car € 10 la bière et € 40 l’alcool je ferai abstinence.


Après un bon petit déjeuner, nous visitons le Centre Northern Lights qui a ouvert récemment à Reykjavik, notre guide local nous explique en français ce phénomène naturel qui attire la majorité des personnes qui visitent les destinations nordiques en hiver. Direction ensuite, le parc national de Thingvellir, patrimoine mondial de l’Unesco où nous en profitons pour déguster du pain Laugarvatn Fontana accompagné de son beurre, un vrai régal ! Et pour bien terminer la journée, j’enfile mon maillot (qu’il faut toujours avoir sous la main en Islande) pour profiter d’un bain de boue au milieu des geysers avant un repos bien mérité.


Le lendemain, toujours accompagné de notre guide local parlant français, nous nous dirigeons vers la côte sud, une des principales régions agricoles du pays. C’est l’occasion de découvrir les fermes typiques et leurs chevaux islandais. Malheureusement pas le temps de découvrir la région en démontrant mes qualités de cavalier (que je n’ai pas mais si vous les avez il existe de magnifiques circuits équestres) Après un arrêt aux cascades de Seljalandsfoss j’ai pu découvrir le glacier Mýrdalsjökull suivi d’une promenade sur la plage de sable noir de Reynisfjara. Bonne nouvelle, ce soir la probabilité d’une aurore boréale est de 7/9 et le ciel est dégagé. Nous nous retrouvons bien emmitouflés, avec l’équipement de base : une lampe de poche, une couverture et un thermos avec du chocolat chaud… le spectacle est au rendez-vous pour clôturer cette longue et inoubliable journée.


Cette nouvelle journée est sous le signe de la glace, nous passons la journée à parcourir le parc national de de Vatnajökull et le plus grand glacier d’Europe,. Au programme les chutes Svartifoss, la cascade de Dettifoss, le canyon de la Jokulsa (25 km de long et 500 m de large), ainsi que la caldeira d'Askja (45 km² en tout, avec le volcan Askja et ses 1500 m).…un véritable bol d’air frais ! Nous avons ensuite profité d’une vue à couper le souffle sur les icebergs flottants de la lagune.


La fin du voyage approche, nous passons déjà notre dernière journée de découverte de l’Islande. Une journée chargée nous attend. Nous partons donc à la découverte de la région autour du Strato-volcan Eyjafjallajokull, qui est probablement le volcan le plus célèbre du monde. Nous profitons de la visite pour regarder un film explicatif sur son éruption en 2010 et son impact sur le monde et les nuits blanches qu’il m’a faites passer et les quelques jours de vacances supplémentaires qu’il vous a peut-être obligé à prendre. Nous partons ensuite à la découverte d’un superbe village Hveragerdi construit sur un champ géothermique. C’est ici que nous comprenons d’où viennent les légumes qui nous ont été servis durant le séjour. Tout est cultivé sous serres chauffées par l’eau chaude. Nous terminons la journée en beauté puisque nous nous baignons dans « the Blue Lagoon », source d’eau chaude au milieu d’un champ de lave noire. Il s’agit du site le plus connu en Islande pour les bains. Peut-être pas le plus secret l’espace est suffisant et la température de l’eau parfaite. Nous retournons ensuite vers Reykjavik et passons cette dernière nuit à l’hôtel Natura Icelandair dans la capitale car demain debout à 4h00 pour prendre le vol vers 07h30.


C’est ainsi que mon voyage se termine, après un petit déjeuner, le flybus me reconduit vers l’aéroport. C’est donc avec des souvenirs plein la tête que je reprends mon vol en direction de Bruxelles et en terminant ces quelques lignes je constate qu’il reste de la place sur les départs du 09, 16 et 23 mars 2017. Si vous souhaitez plus d’informations je poste le programme sur www.denisvoyages.com.


Thaïlande

publiée le 06 décembre 2016


La Thaïlande ne se résume pas exclusivement aux plages de Phuket. En plus des découvertes culturelles il faut prendre le temps de se poser quelques jours pour découvrir les Hommes.


C’est dans cette optique que nous sommes partis à la rencontre des ethnies montagnardes du Nord. Après un parcours classique passant par les incontournables Chiang Rai et son White Temple Wat Rong Khun, Chiang Mai et son Wat Phrathat Doi Suthep, nous voici au pied de la piste pour un trekking de deux jours dans les forêts pour rejoindre le village de l’ethnie Lahu.


Après plusieurs heures de marche dans un paysage de collines à couper le souffle entre forêts et rizières (et oui cette expérience se mérite), nous découvrons ce petit village perdu au milieu de la forêt dense et humide. Très vite nous comprenons que nous ne sommes pas ici pour profiter du confort d’un hotel 5* mais pour un moment de partage inoubliable avec cette population qui nous accueille à bras ouvert alors que leur condition est bien précaire. Il faut savoir que cette ethnie est majoritairement animiste ou chrétienne et se divise en plusieurs groupes linguistiques. Fuyant les conflits en Chine puis en Birmanie, ils peuplent maintenant la Thaïlande depuis 1 siècle sur des terrains prêtés par le gouvernement du pays.


Tout le village est là pour nous accueillir et avant de pouvoir poser nos sacs, nous voici déjà entrainés par les enfants dans une partie de foot. On nous dirige vers ce qui nous servira de logement pour cette nuit, un dortoir d’une dizaine de lits dans un bâtiment en paille torsadée.


Après les efforts physiques j’aspire à une bonne douche pour me rafraichir mais je réalise très vite que la salle de bain se résume à un seau d’eau. Qu’à cela ne tienne, à quelques minutes de marche il y a une cascade qui fera l’affaire. Imaginez cette douche géante plantée au milieu de cette végétation luxuriante (je veux la même à la maison).


Pour s’intégrer, quoi de plus convivial que de participer à l’élaboration de notre repas du soir avec les femmes du village. La barrière de la langue étant là, la communication par geste et par onomatopée nous a procuré quelques beaux fous rires autour du feu. Au menu riz et viande bouillie. Le repas est toujours un moment privilégié d’échanges et ici grâce à la traduction de notre guide nous avons enfin pu communiquer. La soirée s’est terminée bien tard, puisque nous ne voulions pas que ce moment ne prenne fin.


Après une courte nuit quelque peu chaotique sous notre moustiquaire il est déjà temps de faire les adieux pour reprendre notre route. C’est le cœur serré que nous quittons l’ethnie Lahu qui durant quelques heures nous a remis les idées en place en nous faisant comprendre que l’accueil, la gentillesse et leur partage valent beaucoup mieux que tout le confort du monde, cette nouvelle expérience est une leçon de vie.


Pays basque et Navarre

publiée le 22 décembre 2015


C'est toujours avec plaisir que je vous fais part de mes découvertes et que je vous propose de nouvelles destinations insolites et pas si éloignées non plus. Décidément, notre vieille Europe a encore beaucoup à nous dévoiler!. Connaissez-vous la Navarre?...Allons-y


Partez pour BILBAO par un vol direct qui, en moins de 2 heures, vous emmène au Pays Basque espagnol. Consacrez l'après-midi à la vieille ville construite sur la rive droite le long de la ria. Un funiculaire permet d'atteindre un panorama imprenable sur le Nervion et tout Bilbao. Allez déguster des tapas, promenez-vous au soleil couchant le long du fleuve et profitez de votre soirée.


Consacrez le deuxième jour à la rive gauche El Ensanche, beaucoup plus moderne et aérée. Un petit circuit vous conduira au musée Guggenheim, incontournable.


Le troisième jour, prenez votre voiture de location et faites escale à PAMPELUNE, l'ancienne capitale du royaume de Navarre. Elle a conservé son aspect de vieille ville fortifiée. Continuez la route jusqu'à OLITE. J'ai eu un coup de coeur pour le château des rois de Navarre. Le bâtiment à visiter date du 15ème siècle. Sa silhouette entourée de grandes murailles et de nombreuses tours est spectaculaire.
Si vous avez le temps, allez jusque Ujué. Juché sur un sommet le village est resté tel qu'au moyen-âge. Son église fortifiée vous laissera sans voix!


Vous pourrez consacrer toute la quatrième journée au parc naturel: Le désert des BARDENAS. Il vaut à lui seul le voyage!. Un circuit de 65 km vous fait pénétrer dans des sites des plus spectaculaires. L'érosion a créé un paysage féérique. Tout est raboté et raviné par le vent et l'eau. Dépaysement total assuré !.Revenez loger à Olite.
Si vous avez le temps offrez vous une petite excursion à Ainsa. Un des plus beaux villages des Pyrénées. Vous y arriverez après un circuit dans le parc national d'Ordésa. La ville haute vous accueillera de tout son charme.


Le sixième jour, ZARAGOSSE est sur le chemin du retour. Cette ville universitaire très animée, chaleureuse est l'ancienne capitale d'Aragon. La vierge du Pilar est le premier centre marial d 'Espagne. Sa Basilique est remarquable.


En fin de journée rejoignez Bibao. Le lendemain midi prenez le vol pour Bruxelles.


Les meilleures dates me semblent être en mai ou juin pour éviter les trop grandes chaleurs. Retrouvez le programme détaillé sur www.denisvoyages.com et je reste, comme toujours, à votre écoute pour toutes vos questions et remarques. N'hésitez pas...et à bientôt.


Les îles Lofoten et Vestérales

publiée le 05 mai 2015


Certains d'entre-vous sont parfois indécis et se demandent où aller en vacances hors des sentiers battus, tout en restant en Europe. Y-a-t-il un endroit extraordinaire à visiter sur notre vieux continent? Je vous réponds sans hésitation par un grand coup de coeur: Les îles Lofoten et Vestérales au nord de la Norvège .Bien au nord du Cercle Polaire.


Pour y arriver, prenez un vol pour Oslo. Restez-y 2 nuits, la ville en vaut la peine et vous offre de très beaux musées. Partez à la découverte du Fram et des bateaux Viking ou du musée en plein air de la vie rurale: une belle approche de la Scandinavie. Ensuite, envolez-vous pour Svolvaer. L'arrivée sur ces îles montagneuses est très impressionnante. Votre hôtel se situe dans cette ville de pêcheurs et vraiment au centre de l'archipel des Quatres principales îles que constituent les Lofoten, d'une beauté sauvage exceptionnelle! Depuis des générations ces îles excitent l'imagination des voyageurs. L'influence du Gulf Steam rend les températures bien plus douces qu'elles ne le sont à ces latitudes où le soleil ne se couche pas en juin ni en juillet. Nous vous conseillons la visite du musée viking de Borg. Là, vous marcherez sur les traces des chefs et apprendrez comment la vie se passait il y a plus de mille ans. La visite peut être guidée en français.


En passant d'île en île, sans faire beaucoup de km, laissez-vous conduire par votre curiosité, découvrez les ports de pêche, les séchoirs à morues en plein vent, les rorbus sur pilotis en bord de mer qui servent au logement des pêcheurs ou qui sont aménagés en coquets appartements. Le bateau et le matériel de pêche sont à disposition sous le logement!


La visite du centre baleinier est intéressante avant l'incontournable safari baleines à Andenes, au nord des Vestérales. Embarqués sur un ancien bateau de pêche vous partez pour une expédition d'une journée en mer. Après une bonne heure de route, vous arrivez au bord de la fosse océanique et là, vous serez au milieu des baleines qui surgissent de l'eau, qui respirent, qui soufflent et qui s'enfoncent vers les abîmes sans faire de bruit. Seules les ondulations du dos et de la queue avertissent de leur plongée ; vous resterez silencieux, bouche bée, admiratifs...exceptionnel et inoubliable. Ces safaris sont accompagnés par des biologistes marins qui répondront à toutes vos questions; si par malchance vous n'en voyez pas vous recevrez un ticket pour le lendemain.



Andenes est aussi le meilleur endroit pour admirer le soleil de minuit. En bord de mer vous assisterez à ce moment magique.


Des balades à vélo, en kayak, en canoé, un safari de pêche en mer, une partie de golf sous le soleil de minuit...Tout est possible.



Il faut compter une semaine sur place. Si vous aimez la nature et le dépaysement vous ne serez pas déçus. A votre retour il vous manquera le cri des mouettes et des goélands, l'horizon infini. La tombée de la nuit vous surprendra. On s'habitue si vite là-bas ! Laissez-vous tenter, je ne crois pas qu'on puisse le regretter.


En passant par l'Auvergne

publiée le 31 mars 2015


Je voudrais répondre aujourd'hui au cauchemar de nombreux parents: comment faire avaler aux enfants de longues étapes en voiture vers le soleil ?
Ceux-ci se sentent enfermés pendant de longs trajets. Pourquoi ne pas leur offrir une journée de détente au milieu du parcours? Cela permettra aussi au conducteur de faire une pause. Je vous propose une journée au parc de l'aventure de la terre à Vulcania.


Vulcania se trouve à 15 km à l'ouest de Clermont-Ferrand où vous pourriez faire étape. La capitale de l'Auvergne avec le puy de Dôme en arrière-plan s'offre à vous au milieu de la chaîne des Puys.


Vous serez étonnés par la couleur noire de la pierre de lave et la richesse de ce matériau inhabituel. Le lendemain matin partez pour Vulcania. Le parc ouvre à 9h30 (des prix familles sont proposés).Vous entrez dans un autre monde! Les grondements sourds et la fumée du grand cratère rougeoyant marquent le départ de votre voyage au centre de la terre. Au fil du parcours vous découvrirez la diversité des manifestations volcaniques: sensations fortes garanties! Vous pourrez assister, entre autres, au réveil des géants d'Auvergne que l'on visionne dans un siège dont les mouvements sont synchronisés avec les images ou au Dragon ride qui vous plonge dans un monde peuplé de dragons.


Les chercheurs en herbes ne manqueront pas de faire un tour au coin des expériences qui sont proposées et encadrées par des experts. Atmosphère sympathique tout au long de la journée. Si vous aimez, un jeu de piste peut entraîner toute la famille à la découverte de Vulcania. Une restauration abordable est proposée ainsi que des emplacements de pique-nique dispersés dans un magnifique parc de 57 Ha. De quoi se dégourdir les jambes. Des jeux d'agrès en plein air sont à disposition.


Autre possibilité d'arrêt plus court à Saint-Nectaire: la visite des Fontaines pétrifiantes : artisanat permettant l'incrustation par géothermie naturelle. Parcours souterrain très bien expliqué. Original et intéressant.
Cette belle journée dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne pourrait être une belle parenthèse de vos vacances ou le début d'un séjour de quelques jours. En bordure de Saint-Nectaire, je vous recommande l’hôtel « les bains Romains ». Cet établissement confortable offre bon nombre d'activités de loisirs dont une piscine en plein air, un arboretum et une terrasse très agréable. A partir de 2015, l'hôtel dispose également d'un tout nouveau centre de bien-être, offrant par exemple une piscine couverte et un bain à remous (pour bien récupérer entre 2 longues promenades) et la bonne nouvelle, les enfants jusque 14 ans sont gratuits.(remarque :l’hôtel accepte 2 adultes et 2 enfants dans la même chambre mais alors l’espace devient limite). Vulcania est a +/- 35 km.


Où aller quelques jours avec des 10-12 ans?

publiée le 17 mars 2015


Il y a quelques mois j'abordais avec vous le "comment voyager avec un bébé ?". Aujourd'hui, je voudrais vous proposer "où aller quelques jours avec des 10-12 ans ?". Comment rendre attractif et formatif un W.E. (une ou deux nuits) pour 2 adultes et 2 enfants? Je pense à une destination inhabituelle : l'Angleterre et plus précisément YORK. Une mini croisière partir de Zeebrugges vers 18h; le ferry vous attend pour une nuit. Vous prenez possession de votre cabine et le bateau est à vous. Le souper sous forme de buffet ou servi à table vous est proposé et vous serez choyés par des serveurs bien sympas. De nombreux salons sont ensuite à votre disposition.


Après une nuit en mer et un bon petit déjeuner vous arrivez bien reposés à Hull. De là, des cars vous conduiront à York: petite ville close dont les remparts font 5 km. Une belle balade à faire en toute sécurité et qui vous donne une belle vue d'ensemble. En redescendant, jetez un petit coup d'oeil à la cathédrale et à ses magnifiques vitraux. Avalez un sandwich sans traîner pour ne pas manquer votre visite (réservée) au Jorvik viking center qui vous emmènera à travers un voyage de 1000 ans, à l'époque vikings.....comme si vous y étiez...Extraordinaire!!


S'il vous reste du temps le musée national du train vaut le détour. Il est gratuit et propose la visite de nombreux wagons anciens et locomotives. De belles boutiques inhabituelles peuvent aussi vous séduire. Rejoignez ensuite le ferry en car pour 18h. Vous y passerez une bonne nuit après le souper bien mérité. Le lendemain matin, après le déjeuner, vous retrouvez la Belgique comme si vous aviez rêvé.


Si vous disposez de 3 jours je vous conseille de partir avec votre voiture. Prenez plus de temps dans York et logez en ville ou dans les environs. Il y a de nombreuses options de logement. Le lendemain partez en excursion à 25 km au «Castle Howard »: très beau château typique. Au retour passez l'après-midi à Hull, à l'aquarium "The Deep". Il vous transportera dans un voyage autour du globe. Vous traverserez un tunnel panoramique sous-marin au milieu des raies géantes, des requins...Etonnant et impressionnant. Rejoignez ensuite le ferry pour 18h.


Qu'en pensez-vous? Croyez-moi, les enfants seront enchantés et les parents aussi!


La Costa Dorada autrement...

publiée le 03 mars 2015


En fouillant dans les catalogues vous restez indécis? Prenons par exemple l'Espagne pas trop loin: maximum 1400 km de Jodoigne, l'avion ou la voiture...vous arrivez à la Costa Dorada, 100 km au sud de Barcelone, peut-être à Cambrils. Les hôtels sont de toutes catégories: de charme, de thalasso ou classiques. Vous trouvez cela banal, rien à y faire si ce n'est bronzer (ce qui n'est déjà pas si mal vu le temps en Belgique) et pourtant !! Si vous saviez ! Que de trésors à découvrir ! Vous n'aurez pas assez d'une semaine pour vous plonger dans une Espagne historique, artistique authentique bien loin des clichés : piscine, transat et all in. Partons une journée dans le delta de l'Ebre, à 50 km de Cambrils. 7000 ha de rizières à parcourir à perte de vue. Des routes surélevées longent des canaux d'irrigation, les épis de riz d'un vert tendre ondulent au vent ou de drôles de tracteurs préparent des terres inondées. Tout dépend de la saison de votre passage. De multiples oiseaux passent l'hiver dans ces réserves naturelles et de nombreux miradors permettent de les voir sans être vu. Des promenades bien balisées vous conduisent au coeur du delta. N'oubliez pas vos jumelles pour admirer les colonies de flamants roses, les hérons, les ibis...


En revenant vers 4 heures, arrêtez-vous au port d'Ametlla de mar où les bateaux de pêche, sortant de l'horizon, reviennent par dizaines au port pour décharger leurs caisses de poissons multiples et parfois insolites. Assistez ensuite à la criée, vivez avec les autochtones la vente de la pêche du jour. Prenez un petit café au bar du port dans un brouhaha typiquement espagnol. Revenez à votre hôtel pour profiter de la piscine.


Une autre journée peut être consacrée à la découverte du célèbre Gaudi. A Reus, sa ville natale, un magnifique espace Gaudi a été ouvert. Il permet de comprendre ce génie de la construction, toutes ses recherches de l'équilibre extravagant, sa conception différente de l'architecture. Vraiment une belle sortie d'une demi-journée. En rentrant, visitez le port de plaisance de Cambrils. La digue de mer, bien aménagée invite à la promenade et de nombreux bancs le long de la plage permettent des moments de repos.


Prêts pour une journée de montagne? A quelques km de la mer vous pénétrez en montagne par de belles routes en lacet. Vous traverserez de beaux paysages sauvages et peu fréquentés. De belles plantations d'oliviers, de noisetiers, d'amandiers jalonnent le parcours. De beaux citronniers s'épanouissent dans les jardins. Au milieu de la montagne surgira la majestueuse abbaye de Poblet. Pénétrez dans cette cour impressionnante, la Plaça Major, entrez dans l'église d'une grande pureté et admirez le grand retable de marbre blanc. Les tombeaux royaux en albâtre sont exceptionnels .De nombreux mariages y sont célébrés chaque année. Si vous le désirez, vous pourrez y faire une visite guidée.


Des villages perchés tel Tivisa, ont gardé toute leur authenticité. La place de l'Eglise s'ouvre sur un très beau panorama de la vallée où s'entremêlent les différentes cultures. La vieille église est le centre du village où arrivent des rues étroites bordées de belles demeures. Un petit écrin au milieu de nulle part. Peu de touristes, juste un bar où l'on joue aux dominos.


Plus près de Cambrils, des vestiges de villas romaines combleront les historiens. Les mosaïques des thermes sont superbes. Ils complèteront la visite des vestiges romains bien connus de Tarragone. Vous êtes accompagnés d'enfants? Une belle journée peut être organisée au parc à thème Port Aventura dans une ambiance festive et pleine de sensations.


Quelques heures à combler? De nombreux marchés locaux vous accueillent aussi. Les étalages de fruits et légumes vous étonneront. Les agrumes en vrac proviennent des environs. Les fruits secs, les épices abondent. Les fruits comme les kakis ne coûtent presque rien. Les churros réjouiront petits et grands.


Un petit extra: ne manquez pas si vous en avez l'occasion de vous arrêter à Barcelone. Cette ville vous propose ses édifices de Gaudi (que vous comprendrez mieux après les explications de Reus), ses ramblas animées de jour comme de nuit, son marché couvert aux couleurs chatoyantes, son port attractif, ses musées dont celui de la marine, ses tapas....de quoi y consacrer un city-trip.


Hum...je crois qu'il est temps de m'arrêter sinon vous reviendrez trop fatigués de vos vacances ou bien vous prolongerez votre séjour au calme, au bord de la piscine. Enfin le repos!! mais heureux d'avoir découvert un petit bout d'Espagne.


...et pour éviter des frais et un stress de dernière minute , vérifiez dès aujourd’hui les documents d’identités pour votre voyage (carte d’identité valable 6 mois après la date de retour, passeport, visa…) : formalités de voyage.


La Macédoine

publiée le 07 octobre 2014


C’est avec un certain à priori que je suis sur le départ pour la Macédoine. Cette destination est proposée depuis 2 ans mais ne connaissant pas la destination j’ai bien du mal à la conseiller. 2 h 30 de vol plus tard notre petit Ambra-air de Jetairfly atterrit vers 17h00 sur le tarmac de Ohrid. Le temps n’est pas au plus beau car la saison touristique touche à sa fin (plus tard j’apprendrai que mi-septembre la majorité des hôtels ferment). Après les formalités d’usage (la carte d’identité est suffisante) où je suis déjà épaté par la gentillesse des douaniers, en route pour l’hôtel Bisert. Cet hôtel est situé à Struga à plus ou moins 20 km de l’aéroport. La route nous donne déjà un aperçu de ce que nous allons découvrir durant ces 3 jours. Le chemin est bordé de vignes et d’arbres fruitiers. Nous voyageons entre lac et montagne. Le lac d’Ohrid créé par le déplacement des plaques tectoniques, fait pas moins de 655 km² et est entouré du massif de Galitchitsa protégé par un parc national. La ville d’Ohrid et la région ont été classées au patrimoine de l’Unesco tant pour le côté historique de la vieille cité que les parcs nationaux pour leur faune et flore. Comme pour nous accueillir le mieux possible, en s’arrêtant devant l’hôtel, le soleil décide de faire son apparition et nous donne notre premier coucher de soleil sur le lac. L’établissement en soi est une belle découverte. L’adresse est authentique, un bâtiment de 5 étages adossé à la colline et une situation idyllique face à l’eau. Les chambres sont plus que correctes pour ce 3* mais de par la situation, je le recommanderais aux personnes souhaitant profiter des excursions organisées et de profiter le reste du temps d’une grande tranquillité sur la terrasse de l’hôtel (ou la petite plage artificielle). Si vous cherchez de l’animation et la proximité d’un centre, passez votre chemin mais avec un bon bouquin sur la magnifique terrasse face au lac, il y a moyen de revenir bien reposé.


La destination est principalement à recommander aux amateurs de nature grâce aux nombreuses randonnées accompagnées et aux férus de découverte. Il est possible de louer une voiture pour découvrir la région et il est même proposé un auto-tour pour les plus aventureux. Pour ma part, mon cyrillique étant quelque peu rouillé et n’ayant pas le temps de flâner je teste 2 excursions proposées sur place.


Ohrid: promenade dans la ville 1/2 journée
€ 10 (Gratuite si vous prenez une autre excursion)
Il s’agit d’une promenade guidée dans le centre d'Ohrid. Cette ville protégée de l'Unesco, héberge l'histoire d'une civilisation d'il y a 7.000 ans. Vous y visiterez entre autres quelques églises Orthodoxes (par ex. l'église de Ste. Sophie), une galerie d'icônes un théâtre byzantin en plein air et vous profiterez de l’ombre du dédale de petites ruelles moyenâgeuses. Nous terminons la promenade par une petite excursion en bateau pour nous ramener au point de départ… Mon conseil : terminez la journée sur place pour profiter d’un bon plat (+/- € 6) sur une terrasse surplombant le lac et profitez-en pour découvrir la promenade au bord de l’eau et le marché couvert dans la ville plus moderne.


Au bord de l’eau
Balade en bateau vers le monastère de St. Naum
€ 39, prévoyez une petite journée
Au départ du port d'Ohrid, nous embarquons sur le bateau qui navigue au large de la côte aux hautes formations rocheuses en profitant d'une vue fantastique sur le parc national Galicica. Au passage le bateau nous arrête pour visiter une reconstitution d’un village préhistorique sur pilotis (mais je ne suis pas persuadé qu’il s’y arrête à chaque fois) au programme, visite du monastère de Naum, l'un des plus beaux sites aux rives du lac d'Ohrid! Il est surtout réputé pour les moines de St. Naum et de St. Clément, disciples de Cyrille et de Méthode, fondateurs de l'alphabet cyrillique.et, balade en barque avec notre rameur qui nous mène jusqu'aux sources de la Drim Noire qui alimente le lac. Au menu du jour une bonne truite du lac.


Avant de clôturer cette chronique je voudrais vous présenter un hôtel coup de cœur. Il est vrai que pour l’hôtellerie nous faisons un retour dans les années 80 (mais avec la Wifi partout !!) Les 5 hôtels visités sont très bien, propres, spacieux, bien entretenus, le service est excellent, le personnel charmant mais la décoration est un peu rétro. La petite perle existe : L’hôtel Aleksandar Villa**** : Un petit bijou de 12 chambres (toutes avec jacuzzi) planté au milieu d’un magnifique jardin avec une belle piscine. Petit déjeuner également servi en chambre et le magnifique restaurant au jardin pour les repas du midi et du soir. L’accueil y est à l’image des gens de ce pays, charmant. Pour ne pas gâcher son plaisir ils ont un centre de spa (massage € 25 / ½ heure et € 35 euro 1 heure). Attention, il n’y a que 12 chambres et maintenant que l’adresse est connue, il n’y aura de la place que pour les plus rapides (ouverture des ventes en novembre)


Il faudrait plus que ces quelques lignes pour vous faire partager la richesse de cette région. En conclusion j’y retournerai rapidement surtout que cette année il n’était pas rare de trouver des promotions à moins de € 600 / personne


La vie de Château

publiée le 11 février 2014


J’ai bien trouvé ma princesse mais malheureusement elle n’a pas de château alors après quelques recherches j’ai découvert la possibilité de vivre pour quelques nuits la vie de châtelain. Je vous propose de me suivre au « Eastwell Manor Hotel» niché au cœur de la campagne paisible du Kent, région connue pour être le "Jardin de l'Angleterre». Le plus facile est d’emprunter le tunnel sous la manche car il n’est qu’à 26 km de celui-ci, dans le décor rustique de Boughton Lees, à 6 km du centre d'Ashford et à 20 km de l'agréable ville de shopping Canterbury.


En franchissant les grilles, le magnifique jardin à l’anglaise nous plonge directement dans une ambiance de calme et de luxe. Dès l’arrivée à la réception, vous devenez l’invité de cette superbe demeure qui a conservé cette ambiance si typique que seuls les Anglais peuvent apporter en mélangeant le côté champêtre au luxe et à la tradition, L’hôtel propose 63 chambres élégantes mais j’ai une préférence pour celles dans les « Mews Cottages », quelques jolies maisonnettes dans les anciennes étables victoriennes rénovées. J’avoue que le style d'époque - Boiseries sculptées, cheminées en pierre, meubles de style classique sont omniprésents dans les chambres du manoir et que ce n’est pas trop ma tasse de thé. Et la nourriture me direz vous, nous sommes en Angleterre… Détrompez-vous, il est possible de très bien y manger et ici en particulier. Le restaurant du Manoir décline avec talent un large éventail de spécialités françaises ainsi qu'une cuisine anglaise moderne, préparée avec les meilleurs produits de la région. La qualité est leur marque de fabrique.


Pour la détente et la relaxation ne ratez pas le pavillon bien être magnifiquement décoré, il comporte une piscine chauffée de 20 mètres, un bain à remous, un hammam et un sauna. Grande Bretagne oblige, je ne l’ai pas testé, mais il parait que le parcours de golf est excellent.


L'hôtel "Quartier Latin"

publiée le 17 décembre 2013


Dans la rubrique «Je teste pour vous, aujourd’hui une très belle découverte à 1h30 de route de chez nous : L’ hôtel «Quartier Latin » à Marche en Famenne. Si j’y suis arrivé sans GPS c’est que ce n’est pas trop compliqué : autoroute E 411 et suivre les panneaux Marche en Famenne. L’hôtel est en plein centre (j’ai juste un peu tourné avec les sens uniques). Le bâtiment est surprenant car l’hôtel moderne a intégré une église jésuite du 18ème siècle. 70 chambres dont une partie dans l’église et une autre partie dans l’aile contemporaine. Petite astuce en arrivant, il y a un parking pour les clients sous l’hôtel. N’hésitez pas à vous y rendre car dans les petites rues de Marche vous risquez de chercher pour vous arrêter. J’ai opté pour une nuit en chambre supérieure dans l’aile contemporaine avec repas 3 services le soir et 2 soins au Spa.


A l’accueil, service professionnel, digne du 4* qu’il est, avec la petite touche chaleureuse qui met directement de bonne humeur. Après les formalités on nous conduit vers notre chambre. Vraiment rien à redire sur celle-ci. Spacieuse, moderne dans des tons chauds et dotée de tout le confort : sèche-cheveux, téléphone, TV-satellite, wifi gratuit, minibar, mini-coffre et climatisation . Cela augure un bon week-end. L’avantage des chambres supérieures c’est qu’elles sont à quelques mètres de l’ascenseur qui vous emmène au spa. Juste le temps d’enfiler le peignoir et nous descendons profiter du centre de bien être. Ici tout est sobre et raffiné, une douce musique d’ambiance incite à la détente et les effluves d'huiles essentielles dégagent une atmosphère résolument zen où règnent plénitude et sérénité. Obligation professionnelle, nous testons pour vous la piscine de détente avec courant; le sauna, le hammam, les salles de relaxation et la tisanerie aux mille saveurs (ils ont les meilleures dattes que j’ai goutées).Quand à la qualité des soins je n’aurais qu’une phrase après les 60 minutes «c’est déjà fini ?» (pour les amoureux, ils proposent des cabines doubles pour un massage en couple). Comme toute belle journée se termine par un bon resto, en route pour la "salle à manger" où nous est servi notre dîner 3 services. Il faut avouer que le lieu mérite une remise au goût du jour et que l’ambiance d’antan me faisait présager une cuisine familiale. Et bien non! ; bonne surprise, une excellente cuisine recherchée, juste le dessert qui mériterait plus d’attention. Le service impeccable et le personnel attentionné ont fait de ce moment une excellente soirée.


En conclusion, pour un événement à fêter ou même pour une envie d’un bon moment à deux, voici une adresse à recommander.


Le Château de Limelette

publiée le 10 décembre 2013


Dans la rubrique « j’ai testé pour vous », voici le Château de Limelette. Les échos que j’en ai eus vont du pire au meilleur et idem en ligne. Donc j’avoue que c’est avec beaucoup de crainte que je me suis rendu sur place pour passer 2 jours. Voici mes impressions. Pas besoin de décrire la région car, si vous lisez ces lignes, c’est que, comme moi, vous connaissez déjà. L’hôtel est situé dans un joli domaine verdoyant. Arrivée en début d’après-midi. Accueil agréable et chaleureux. La réception nous donne une explication complète sur la région et répond volontiers aux questions tests que nous avions préparées. Direction notre chambre Club avec une appréhension à la vue des critiques. Surprise, une belle grande chambre avec coin salon s’ouvre à nous. Service thé et café disponible, bonne literie et belle salle de bain, beaucoup de place de rangement. Verdict positif donc pour cette partie du test.


Direction la piscine. Nous avons eu de la chance car nous étions seuls durant plus d’une heure. Il est vrai qu’elle n’est plus de toute première jeunesse et mériterait un rafraîchissement. D’un point de vue propreté et température, c’était parfait (emporter les essuies de la chambre). Juste à noter que les vestiaires sont plus que sommaires. Fin de journée au resto. Le cadre est sympathique et à l’image de l’hôtel, dans une gloriette qui avait vue sur les jardins. Le chef de salle nous accueille chaleureusement et il donne l’impression d’avoir toujours été là. Je m’attendais à un resto gastronomique mais j’ai trouvé un resto « gourmand », une belle carte avec des produits de saison, une très bonne cuisine où on ne me propose pas «Cuisses de Nymphes désossées, petits grillons de Ris de Veau, œuf cassé et Sabayon d’Estragon», mais plutôt un excellent foie gras suivi d’une pièce d’agneau divinement cuite.


Avant de reprendre la route après une douce nuit, nous prenons le petit déjeuner. Celui-ci est classique et correct avec 2 petits bémols: pour un hôtel qui s’affiche en 4 étoiles, je regrette l’absence de jus de fruit frais et, pour les œufs, j’ai un doute sur l’œuf frais mais plutôt lyophilisé (mais c’est le cas à beaucoup d'endroits).


En conclusion, j’ai passé un agréable moment. Pour moi, l’hôtel mérite un rafraîchissement pour lequel il ne faudrait plus trop tarder s’il veut renouveler la clientèle et ne pas se contenter des cars de Japonais. En cherchant bien, avec les promotions proposées régulièrement du style 2 jours et 1 nuit avec le repas du soir et accès aux thermes (que je n’ai pas testé) pour +/- €100 / personne, on en a pour son argent.


Euro Space Center

publiée le 20 mai 2014


Il n’est pas toujours besoin de courir au bout du monde pour trouver le dépaysement. A la recherche d’une activité originale pour des enfants, je me suis enfin décidé à franchir les portes d’un lieu devant lequel nous sommes déjà tous passés en se disant « il faudrait qu’un jour je vienne ici »: l’Euro Space Center de Redu. Pour le moment, je ne suis pas encore en mesure de vous proposer le fabuleux voyage qui nous a été offert durant cette journée de découverte et d’émerveillement, pour les petits comme pour les grands. Il est 10h00 (ouverture des portes, y compris durant les vacances de Noël) et nous voici face à l’imposante réplique d’un propulseur. Vu le temps, nous nous concentrons sur le parcours intérieur et nous repasserons en été pour l’extérieur.


A l’accueil, on nous annonce que notre « Space Odyssey » débute dans quelques minutes et que nous pouvons patienter dans le Spatioport. L’ambiance bleutée, la musique et l’égrenage du compte à rebours nous plongent dans un autre univers. Munis de nos casques infrarouges, à la fin du compte à rebours, les portes s’ouvrent sous la puissante lumière rouge. Sur plus de 1700 m², nous allons passer durant +/- 2h de salle en salle pour découvrir successivement, un film présentant les projets passés, présents et futurs gérés par l’Agence Spatiale Européenne, la planète bleue, nous traversons le module Colombus et la réplique grandeur nature de la navette et bien d’autres surprises. La visite se termine par une session de cinéma dynamique ou Space Show: une course folle sur un astéroïde. Décoiffant!!


Matinée enrichissante et c’est avec plaisir que nous nous dirigeons vers le Spaceresto pour nous sustenter. Ce n’est pas du gastronomique et je n’ai pas goûté la nourriture lyophilisée (si si, ils en vendent à la boutique) mais je suis agréablement surpris car, pour un prix plus que raisonnable, il est possible de trouver un bon petit plat chaud


Pour l’après-midi je vous conseille de prendre les 2 options:


  • la visite avec accès au simulateur de la marche lunaire: nous accédons au moon-walk ou simulateur de la marche lunaire. Quelques pas étonnants au cours desquels vous ne pesez qu’1/6 de votre poids (quel bonheur!)
  • la visite avec accès à une séance de planétarium: tous les mystères de l’Univers à la portée de tous grâce aux progrès de l’astronomie.

C’est les yeux remplis d’étoiles que nous avons quitté l’Euro Space Center en se promettant de revenir. Alors, lors de votre prochain passage sur la E 411, arrêtez-vous!


www.eurospacecenter.be - 061 65.64.65 - Prix pour la Journée (hors repas) : €17 adulte/€14 enfant pour le tout


Noël en Allemagne

publiée le 24 septembre 2013


Depuis quelques années, je tente de m’échapper en famille à Noël et de profiter de quelques jours de détente. Voici une adresse incontournable à moins de 3 heures de route d’ici. L’hôtel Moselromantik-Le Kessler-Meyer est incontestablement l’un des plus beaux hôtels de la Moselle, où la famille Kessler-Meyer ne laisse rien au hasard. Le maître-mot est le bien-être à l'état pur dans la splendide villa. Ambiance personnalisée et décontractée, 47 chambres confortables et, pour profiter de la plus belle vue sur le château et la Moselle, optez pour les « Auslese » (type 25). Pour le réveillon, l’établissement nous a concocté un séjour de trois nuits avec, chaque soir, un menu festif 4 services. L’hôtel propose également une superbe balade guidée avec, Allemagne oblige, la traditionnelle halte ‘glühwein’. Pour vous imprégner de l’ambiance de Noël, ne ratez pas les chants traditionnels dans l'ancien couvent des capucins. Nous nous chargeons de la lettre au Père Noël pour le cadeau sous le sapin.


Pour les familles, l’hôtel propose des chambres 4 personnes avec des belles réduction pour les enfants: gratuit pour jusque 6 ans et 50% jusque 14 ans (dans la chambre de minimum 2 adultes) En conclusion: 4 jours de fêtes, personne à la cuisine, pas de vaisselle et pas besoin de chercher un Bob pour le trajet de retour. De vraies fêtes pour tout le monde!


Pour le Canada, osez également l’hiver

publiée le 10 septembre 2013


Il y a quelques mois, j’étais aux îles de la Madeleine, en plein golfe du St Laurent. Elles s'étendent sur 100 kilomètres et sont constituées d'une douzaine d'îles, dont six sont reliées par d'étroites dunes de sable. L’hiver, cet archipel n’est accessible que par avion. La neige et la glace transforment les Îles de la Madeleine en un décor lunaire animé. Ce petit bout de terre vit à son propre rythme. A votre retour, quand vous en parlez avec les Canadiens, leurs yeux brillent et tous vous disent « Ça a toujours été mon rêve d’y aller! »


Enfin, le programme pour la plus belle expérience est prêt : Observation des blanchons sur la banquise


Chaque année, de fin février à début mars, des centaines de milliers de phoques du Groenland viennent donner naissance à leurs petits – les blanchons - sur la banquise ceinturant les Îles de la Madeleine. Des excursions en hélicoptère, encadrées par des spécialistes, sont alors organisées vers la banquise pour observer les phoques adultes et les blanchons dans leur habitat naturel : un spectaculaire paysage de neige et de glace animé par la présence de cet immense troupeau. A l’âge adulte, les phoques du Groenland ont la tête noire et possèdent un pelage gris avec deux larges bandes noires de chaque côté du corps qui se rejoignent sur le dos. A la naissance par contre, les blanchons ont un poil long et blanc. Durant les deux premières semaines de leur vie, les jeunes vont engraisser à un rythme effréné grâce au lait maternel contenant 40% de matières grasses. Pendant ce temps, leur pelage blanc se détache en lambeaux et leur allure leur vaut le surnom de «guenillou». Environ deux semaines après sa naissance, le nouveau-né est sevré et la mère va alors l'abandonner sur la glace pour s'accoupler de nouveau. Sa peau est maintenant argentée et parsemée de taches plus foncées.


Outre ce spectacle naturel exceptionnel, qui ne peut être apprécié que 2 à 3 semaines par an, les îles de la Madeleine valent le déplacement, même (ou surtout ?) au cœur de l’hiver. D'origine acadienne et d'appartenance québécoise, les Madelinots sauront vous charmer avec leur langage coloré et leur accueil chaleureux. Destination gourmande, les îles de la Madeleine offrent une vaste gamme de produits de la mer et du terroir qui sauront satisfaire l'épicurien en vous. Les départs pour 2014 sont programmés entre le 26 février et le 12 mars mais ne l’ébruitez pas trop car il n’y a pas de la place pour tout le monde.


Chouette escapade

publiée le 27 août 2013


Si vous avez besoin de quelques jours d’évasion, voici une solution originale. Il s’agit d’un weekend pour découvrir une facette cachée d’Istanbul en dégustant les spécialités de la cuisine turque.


Jeudi. Rendez-vous a l’aéroport pour embarquer à bord d’un vol Turkish Airlines qui nous emmène en direct vers Istanbul. Arrivé à destination, le transfert nous attend pour nous emmener à l’hôtel Aziyade qui nous replonge dans l’histoire des retrouvailles d'un couple célèbre, l'écrivain français Pierre Loti (qui donne son nom à la rue de l'hôtel) et sa belle turque Aziyade.


Juste le temps de s’installer et c’est avec un verre de bienvenue que nous rencontrons le guide pour une courte réunion d’information. Déjà la première rencontre avec les «meze» et le raki (cela commence bien). Apres cette mise en bouche, départ en groupe de l’hôtel pour le dîner dans le centre de la ville au quartier Beyoglu, dans un «meyhane» du fameux Passage aux Fleurs. En un instant, la table est couverte d'une surabondance de mets. Ne pas oublier de demander tout de suite du pain grillé et du beurre. Avant de boire les premières gouttes de raki, il est préférable de manger un peu de pain beurré, cela permettra de mieux supporter l'alcool. Ensuite, le serveur propose toute une variété de hors-d'œuvre chauds. Après les meze chauds, le plat de résistance. Encore faut-il que nous puissions encore avaler quelque chose !!! Petit truc pour ne pas vous faire prendre : sachez que les meze disposés d'avance sur la table ne sont pas offerts, mais seront compris dans l'addition. Si vous n'en voulez pas, renvoyez-les tout de suite sans y toucher et ne commandez pas tout de suite le plat principal, les meze sont parfois copieux et vous pourrez ne pas souhaiter manger d'avantage. Si vous avez l'intention de manger du poisson, alors restez prudent sur le nombre de meze que vous consommerez. Après tant de bonnes choses, il se peut qu'il ne reste plus de place pour le poisson.


Apres une bonne nuit de repos, nous débutons ce vendredi par un peu de culture: de Byzance aux Ottomans. La journée est consacrée à la découverte des principaux monuments d’Istanbul et d’une partie insolite de la ville. Après le petit déjeuner, départ à pied de l’hôtel pour la visite des plus importants monuments historiques byzantins et ottamans entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XIXe siècle, aux noms évocateurs : le Palais de Topkapi, résidence des sultans ottomans avec ses trésors. La culture c’est bien mais “ventre affamé point d’oreilles”... C’est dans le restaurant populaire de la Gare de l’Orient Express, Kasap Osman, que nous dégustons l’original «döner kebab». Apres midi, promenade digestive avec l’Hippodrome, la Mosquée Bleue reconnaissable à ses six minarets et décorée à l’intérieur par 21.043 faïences d’Iznik à dominante bleue. Fin de la journée dans le Grand Bazar et puis retour à l’hôtel. Le soir, dîner dans le quartier du port de pêche de Kumkapi. Belle découverte mais, professionnellement, je me dois de vérifier s’il est facile de trouver une petite adresse sympa pour un dernier verre……


Déjà le matin. Vite un bon petit déjeuner et il est déjà l’heure de quitter l’hôtel. Ce Samedi nous partons à la découverte d’un côté peu connu d’Istanbul qui a toujours eu la réputation d’être un pont entre l’Orient et l’Occident : les «Bazars» et les «Hans» d’Istanbul qui furent le coeur économique d’un empire depuis les Byzantins jusqu’aux Ottomans. Dans le prolongement du Grand Bazar, découverte du Marché aux Epices (d’où il est impossible de revenir les mains vide), puis visite de la Mosquée de Rustempasa avec ces splendides faïences d’Iznik. Embarquement à bord du bateau pour traverser le Bosphore jusqu’à Skudari. Balade dans cet ancien quartier typique de la côte asiatique et déjeuner au restaurant Kanaat qui offre un grand choix de plats traditionnels. De retour sur la côte européenne et visite de la grandiose Sainte Sophie qui marqua l’époque du règne de l’Empereur Byzantin Justinien, de l’extraordinaire Citerne Basilique dont les voûtes reposent sur une forêt de colonnes aux chapiteaux antiques.


De retour à l’hôtel, juste le temps de prendre une douche et, déjà, nous voilà embarqué au restaurant Develi, une adresse incontournable pour une dégustation de «kebabs», spécialités du sud-est de l’Anatolie.


Pour le dernier jour à Istanbul, après le petit déjeuner, je profite d’un peu de temps libre pour flâner au bord du Bosphore. Si j’avais encore quelques heures, j’irais bien tester un de ces « Kumpir » mais, pour cela, il faudra revenir car il est déjà l’heure de prendre la route de l’aéroport.


Voici un week-end bien rempli.


Quand faut-il réserver les vacances d’été ?

publiée le 8 janvier 2013


L’hiver est bien là mais nous pensons déjà tous à l’été. Dans cette chronique, je vais tenter de répondre le plus clairement possible à la question qui nous est le plus souvent posée en agence : quand faut-il réserver les vacances d’été? Nous allons principalement nous focaliser sur les 2 grands : Jetair et Thomas Cook (pour lesquels j’ai eu les chiffres) mais cette analyse est également valable pour les autres Tours Opérateurs (TO).


Le plus important est qu’en réservant tôt, vous avez le choix de la destination et de l’hôtel. Depuis 2 ou 3 ans, le TO applique également le « Yield Management ». Cette technique de marketing joue sur les variables prix et coefficient d’occupation à l’aide d’une politique de tarification différenciée. Ce qui signifie : moins de place il reste, plus le prix augmente. Directement, vous me répondez donc : beaucoup de places de libres, grosses réductions… En théorie, vous avez raison mais régulièrement les TO analysent les tendances du marché et déplacent la capacité aérienne vers la plus forte demande. Exemple : les réservations sur la Grèce débutent très bien mais par contre l’Egypte ne prend pas (c’est juste une hypothèse). Déjà en février, le TO va décider de diminuer la capacité sur l’Egypte et d’augmenter celle sur la Grèce. Par conséquent : d’une part, augmentation de places à vendre sur la Grèce où la demande est forte et pas de last minute sur l’Egypte qui sera rapidement complète. Les opérateurs ont également mis en place de nombreux avantages pour les réservations rapides. En plus des réductions, depuis 1 an déjà, si vous réservez rapidement (avant mi-janvier), vous bénéficiez de la garantie meilleur prix. Si une promo sort après votre réservation, elle vous est octroyée.
Quelques chiffres de la saison dernière :
- en moyenne, le montant des réductions “réservation rapide” était 10% plus élevé que les last minute.
- Pour les mêmes hôtels que vous auriez souhaité réserver en dernière minute, comparés à la réservation rapide et garantie de prix, 50 % étaient complets, 30% plus chers et pour 20%, nous avons appliqué la réduction et remboursé la différence.


En résumé, si vous réservez rapidement, vous mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir un bon prix et avoir le choix. En réservant en dernière minute, il est peut-être encore possible de trouver une promotion mais, avec le système de management, je ne serais pas étonné que rapidement beaucoup soit complet et que les quelques dernières places disponibles soient plus chères que dans la brochure (les prix des brochures sont valables jusqu'à 2 mois avant le départ. Après cette date, les TO se donnent le droit de les modifier vers le bas mais également vers le haut).


Tout ceci n’est bien entendu qu’une analyse personnelle et, si vous êtes joueur, peut être me ferez vous mentir… Mais vous aurez reçu une information complémentaire avant de prendre votre décision.


Vacances à la neige ailleurs qu’en France

publiée le 18 décembre 2012


Enfin il est là depuis le 9 décembre. Il y a plusieurs années que nous l’attendions et ils l’ont fait. Fyra, le nouveau train à grande vitesse vers les Pays-Bas est arrivé. Le train rapide existait déjà mais il mettait 10 minutes de moins que notre bon vieux IC. Aujourd’hui, Amsterdam n’est plus qu’à 2h01 et ce, 10x par jour pour le moment. Pour le grand voyageur, le train fait également un arrêt à l’aéroport de Schiphol et pour le shopping, Anvers n’est plus qu’à 35 minutes de Bruxelles. Si vous ne supportez pas le bruit, réservez dans la voiture 33 : la voiture-silence. Vous profiterez d'un silence total et d'un calme absolu. Sans débourser un cent de plus, que vous voyagiez en 1ère ou en 2ème classe. Vous pouvez ainsi vous concentrer pleinement sur votre travail, admirer le paysage sans être dérangé ou vous détendre en toute quiétude après un city trip intense.


En résumé, Amsterdam à 250 km/h avec un excellent confort pour déjà € 50 A/R en 2ème classe. Pourquoi se priver de visiter cette ville ou même d'y séjourner? Pour cela, optez pour l'Amstel Hotel, comme je vous le recommandais dans un précédent Chouette.


Vacances à la neige ailleurs qu’en France

publiée le 11 décembre 2012


Pourquoi toujours se tourner vers la France pour skier ? A 850 km de chez nous, le domaine skiable Kronplatz a été sacré meilleur domaine skiable italien de 2012 par l'agence 'Mountain-Management'. Il figurait également sur la 3e marche du podium dans les catégories Capacité et confort, Ecoles de ski et Offre gastronomique sur les pistes. Destination familiale par excellence, le Plan de Corones est accessible depuis plusieurs villages typiques tels Rasen (1.078 m) dans la Antholzertal et Welsberg (1.087 m). Nouveau: Reischach (900 m), au pied du domaine skiable, et son télésiège 8 personnes propice aux enfants. La forme étoilée du domaine permet des descentes en toutes directions. Le snowboard se pratique sur le flanc est. Les fondeurs découvriront un réseau relié à celui du Val Pusteria.


Notre conseil hôtel : Petrus**** (Reischach)
Hôtel de luxe doté d'excellentes prestations de bien-être et situé dans un domaine skiable accueillant aux familles. A recommander pour un séjour en amoureux. Tranquille, à 600 m du centre de Reischach et de ses magasins. Les pistes et remontées mécaniques du Kronplatz se situent également à env. 600 m (navette gratuite de l'hôtel). Détente agréable dans le superbe centre de bien-être (1200 m²).


Petite information :
Cet hôtel a encore des disponibilités pour la première semaine des vacances de Noël, les vacances de carnaval et la première semaine des vacances de Pâques. N'attendez plus!


7 jours pour découvrir une Ile

Suite et Fin

publiée le 27 novembre 2012


Il me reste ces dernieres lignes pour vous faire découvrir par écrit une de mes plus belles découvertes de ces dernières années : les Açores. Toujours sur l’île de Sao Miguel et plus que 2 jours pour parcourir ce petit bout de Portugal perdu au milieu de l’Atlantique. Aujourd’hui, c’est la côte nord qui nous attend. 30 minutes de route suffisent pour traverser l’île du sud au nord et nous voici à proximité de Ponta del Gada. Nous laissons la capitale sur notre droite et en 5 minutes, nous rejoignons Sao Roque. C’est ici que nous trouverons les 2 seules plages rencontrées durant ce séjour : Praila do Populo et Praia das Milicias. Pour bien nous rappeler que nous sommes sur une île volcanique, le sable y est noir. Cette couleur confère à cette station un côté hors du temps. Profitez-en pour vous y promener et, si vous envisagez un séjour avec des enfants, c’est ici qu’il faut poser les valises pour profiter de la mer tout en restant au calme à un jet de pierre de Ponta del Gada.


Apres cette petite halte, nous reprenons la route principale pour rejoindre Lagoa. C’est ici que les premiers habitants s’installèrent autour d’un lac aujourd’hui disparu. La région est une des plus fertiles des Açores, ce qui a toujours fait la richesse de la ville. Le port se développa grâce à cette intense activité. La voiture garée entre deux pêcheurs réparant leurs lignes, nous prenons le chemin de la fabrique de Céramique, seule fabrique manufacturée des Açores qui appartienne à la même famille depuis 5 générations (vaut le détour). Ici, je dois m’attarder quelques lignes pour vous présenter la meilleure adresse de l’île pour déguster du poisson. Amis carnivores, ignorez cette table mais, pour les autres, notez bien le « Borda d’Agua ». Impossible à manquer : la terrasse donnant directement sur le port de pêche dans la Largo Do Porto. On débute les festivités avec une petite sélection de coquillages gratinés au beurre à l’ail, suivie d’un succulent poisson grillé soigneusement sélectionné par vos soins dans l’étal. La carte vous propose un choix fabuleux : dorade, requin, espadon, poulpe,… mais seule la pêche du jour est disponible. Laissez-vous également tenter par l’excellent Vinho Verde. A l’heure des douceurs, le dilemme est de choisir entre les pâtisseries maison. Comptez +/- 20€/personne et une bonne partie de l’après-midi pour le tout. Apres une promenade digestive en bord de mer, la route passant par Cabouco et Santa Barbara nous ramène à notre hôtel.


Pour ce dernier jour, la voiture reste en place et nous partons à pied pour enfin découvrir les alentours de l’hôtel. Capelas est un village côtier qui a été un important centre durant la période de la pêche à la baleine, soit jusqu'au milieu du 20e siècle. Ce village tire son nom des chapelles creusées par la mer dans les rochers qui l'entourent. C'est le Rocher Percé de S. Miguel! De plus, ce rocher a la forme d'un éléphant qui trempe sa trompe dans la mer.


Capelas présente peu d'intérêt touristique à l'exception d'un musée-atelier mais cela fait un bien fou de déambuler dans ces ruelles en pentes qui nous mènent aux falaises qui surplombent la mer bleu turquoise. Pour ce qui est du musée-atelier, c'est un musée où il est possible de voir des artisans à l'œuvre et plus de 50 boutiques montées à l'ancienne avec les antiquités (meubles et accessoires) adaptées : école, pharmacie, épicerie, barbier, etc. Pour le repas de midi comme indiqué dans la première partie de ce récit, nous avons fait un saut au supermarché pour du pain, un fromage local car la seule adresse trouvée était un Kebab très local. Les autres adresses étaient fermées ou à vendre. Ici aussi, en discutant avec les habitants, nous avons pu constater que, même si la vie semble calme et paisible, depuis les restrictions européennes sur la pêche qui représentait une grande partie de l’économie de l’île, la vie n’est pas toujours rose.


Déjà une semaine et il me reste tellement de choses à voir. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai ressenti cette impression de « pas envie de rentrer ». Il ne faudra pas longtemps avant que vous retrouviez des nouvelles des Açores dans ces pages


7 jours pour découvrir une Ile

Suite

publiée le 13 novembre 2012


Comme tous les matins depuis mon arrivée, le premier réflexe au réveil est de passer par la terrasse de la chambre pour regarder le ciel. Les habitants le disent eux-même, aux Acores, en une journée, vous pouvez rencontrer les 4 saisons. Il est donc important de s’équiper correctement pour partir en randonnée. L’est de l’île me semble correctement dégagé en ce moment et mon guide me conseille Lagoa do Fogo.


Comme la côte nord-est n’a plus de secret pour nous, nous empruntons la route rapide pour rejoindre le centre de l’île et ce volcan qui culmine à près de 1000m. Attention ici également, prévoyez votre petite laine car même si au niveau de la mer nous accusons un petit 25°c, le thermomètre ne dépasse pas les 10°c, accompagné d’un petit vent rafraîchissant. Il s’agit ici d’un des plus beaux sites de l’île (qui n’en n’est pas avare). Si par chance, comme nous, vous arrivez au sommet sans brouillard, le lac bleu au fond du cratère volcanique apparaît comme suspendu entre ciel et mer : en regardant vers le nord, le relief s’abaisse en pente douce jusqu’à apercevoir la mer en rendant la limite avec le lac difficilement perceptible. Sur la route, n’hésitez pas à suivre les panneaux « Miradores » qui vous emmèneront aux points de vues chaque fois différents.


Pour le repas de midi, nous avons suivi la route jusqu'à la côte sud qui nous a emmenés jusqu’à Villa Franca do Campo. Première capitale de l’île où il est agréable de se promener en bord de mer et de découvrir la charmante place principale en attendant l’heure du déjeuner. Mon adresse « Restaurante Universo », sur un coin d’une des petites rues qui descend de la place. Garez-vous sur le parking à gauche, il est juste en face du resto. Comme toujours ici, ne vous privez pas de l’excellent poisson (+/- € 15 par personne). Déjà le 5ème jour et il est temps que je me mette en quête des fameux thermes des acores. Direction Furnas. Cet ensemble de cratères volcaniques est situé à l'est de l'île de São Miguel. On y trouve des geysers - les caldeiras das Furnas - dont le plus célèbre est celui de Pero Botelho. Avec vingt- deux sources d'eaux thermales, le Val de Furnas est une région d'une grande richesse hydrologique. La ville est assez agréable mais ici, nous revenons à la civilisation après quelques jours de nature. De nombreux centres de thermes privés sont proposés mais je conseille les thermes publics « banhos ferreos » délicieusement vieillots. Oubliez votre première impression et allez-y. Il s’agit d’une petite piscine d’eau ferrugineuse en provenance directe du geyser. Optez pour la formule avec la douche (€ 3 / personne).


Pour le restaurant, pas de conseil mais évitez O Miramas, j’ai été déçu. Poursuivez votre chemin jusqu’au Lagoa das Furnas. Une route goudronnée conduit de Três Bicas au lac de Furnas. En montant, vous arrivez aux Caldeiras, où les cozidos sont cuits grâce à la température du sol. Il n’est pas rare de rencontrer les habitants en train « d’enterrer » leur marmite. Le sentier de terre battue, accessible et agréable, continue toujours au bord du lac. Au bout de trois kilomètres, la chapelle Nossa Senhora das Vitórias, de style néo-gothique. Plus loin, une chaussée de presque deux kilomètres, et une route qui descend vers Furnas. N’hésitez pas à vous arrêter et à parcourir à pied la promenade qui fait le tour du lac.


A suivre…


7 jours pour découvrir une Ile

publiée le 30 octobre 2012


La destination m’attirait déjà depuis quelques années et jamais je n’avais fait le pas. Il est vrai que jusqu’il y a peu il n’existait pas de vols directs. Aujourd’hui c’est chose faite et me voici dans l’avion pour « LES ACORES ». Tout le monde connait le nom mais qui peut situer cet archipel sur une carte ? Les 9 îles sont à +/- 2500 km au large du Portugal ; au milieu de l’océan atlantique.


En terme de superficie, ces îles mystérieuses ne sont pas très grandes, mais elles cachent un nombre inestimable de trésors. Chacune a ses caractéristiques propres, si bien que vous pouvez vous attendre à une nouvelle découverte dans tous les virages. Piscines naturelles dans l’océan tout le long des côtes des îles, sites volcaniques le Pico Alto, la plus haute montagne du Portugal ( et oui car ici nous sommes au Portugal) 60 types de végétations différentes que vous ne trouvez nulle part ailleurs. Mais pour une première visite, il ne faut pas se disperser et j’ai concentré mes 8 jours sur Sao Miguel, l’île principale et qui, parait-il me donnera un aperçu des plus diversifié. L’avion est a peine posé à Ponta Del Gada que je suis dans la voiture de location et je prends la route de Caletas où j’ai décidé de séjourner. Pour ce faire il me faut traverser l’île du Sud au Nord (+/- 20 minutes) et l’hôtel qui nous accueille « Vale do Navio » est vivement à recommander en ½ pension car le poisson y est excellent (et en plus il n’y a pas d’autre restaurant valable aux alentours immédiats)


Pour débuter ma découverte, j’ai repéré sur la carte la ville de Ribeira Grande. Pour rejoindre le but de la journée j’opte pour le chemin des écoliers … toujours emprunter la « route » qui est la plus proche de l’eau … le mot route est parfois relatif C’est ici où j’ai pris pleine conscience des Acores. Ce périple nous a fait traverser cette partie de l’île verdoyante composée principalement de prés clôturés par de petits murets de pierres de lave qui contrastent avec le bleu turquoise de l’océan qui vient découper la côte de falaises noires. Le programme, y compris les arrêts dans les petits villages typiques pour découvrir les charmantes places fleuries flanquées de leur église blanche et ocre, nous prendra une bonne partie de la journée et c’est avec plaisir que nous prendrons la route directe pour rejoindre notre chambre et un excellent repas. C’est les yeux toujours remplis des fabuleux paysages de la veille que nous prenons, pour ce 2ème jour la route de Sete cidades. C'est le plus grand lac d'eau douce de l'archipel des Açores. C'est un cratère volcanique qui semble composé de deux lacs, l'un de couleur verte, le Lagoa Verde et l'autre bleu, le Lagoa Azul. La légende raconte que ce sont les larmes versées sur leur amour impossible par une princesse et un berger qui ont donné ces couleurs caractéristiques au site. Le point culminant du volcan est le Pico da Cruz, qui culmine à 845 m. La route sinueuse qui nous emmène est de +/- 30 km et nous fait découvrir un paysage magique entre mer et végétation zigzagant entre les plantes qui veillent sur de superbes allées d’agapanthes et d’hortensias.


En chemin arrêtez-vous à Bretanha. Une petite localité pittoresque qui ne respire pas l’euro sonnant et trébuchant et je vous recommande vivement le restaurant Cavalo Branco (en entrant dans le village sur la gauche) au dessus du café du village. On y déguste une cuisine traditionnelle pour € 30 A DEUX vin compris…. Enfin l’arrivée au sommet, avant de basculer vers le centre du cratère, est à couper le souffle. La caldeira, avec des falaises de quelques centaines de mètres en apique, a un périmètre d'environ 12 km pour une largeur maximale de 5 km. La ville de Sete Cidades qui abrite aujourd'hui 850 âmes nous attend là, en bas, baignée de soleil au cœur du cirque. Le lieu est idéal pour laisser la voiture et faire le tour des lacs a pied. La ville en soit n’est pas très intéressante mais avant de prendre la route, arrêtez vous a l’épicerie (un comptoir dans le salon de la maison) à côté de la poste et faites le plein d’un excellent fromage frais enrobé de feuille de bananier. Je n’ai jamais trouvé le nom mais c’est un régal à grignoter avec une croute de pain (ou même sans).


Pour le retour je vous conseille de poursuivre la route qui passe entre les 2 lacs, direction Covoado et juste après l’aqueduc il ne faut pas rater le chemin sur la gauche (suivre le vieux panneau indicateur délavé) vers Capelas. Le chemin n’est pas mauvais mais il nous a donné quelques bons fou-rires. De toute façon, l’île n’est pas grande, les gens charmants…. donc il est toujours possible de retrouver le chemin du bercail.


Lors du prochain numéro, je vous proposerai la suite de cette découverte mais si vous voulez en savoir plus en avant première, nous vous donnons rendez vous le Mardi 13 novembre à la Salle des Rendanges dès 19h30


Chouette Magazine (Ma Coccinelle Communication) | rue de l'Abyme 5, RAMILLIES (Belgique) | +32 81 34 27 33

Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter